Anthelme de Chignin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Anthelme de Belley)
Aller à : navigation, rechercher
Anthelme de Chignin, (Antelmus Ciniensis)
Image illustrative de l'article Anthelme de Chignin
Anthelme de Chignin
Évêque et seigneur de Belley
Naissance 1107
Chignin (Savoie)
Décès 1178  (71 ans)
Nationalité Savoyard
Vénéré à Belley (Ain)
Fête 26 juin

Anthelme de Chignin (né en 1107 - mort en 1178), ou Anthelme de Belley ou saint Anthelme, est un moine chartreux, né au château de Chignin près de Chambéry en Savoie, devenu prieur de la Grande-Chartreuse, puis évêque et seigneur de Belley (Ain) entre 1163 et 1178. C'est un saint catholique fêté le 26 juin[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fils d'Hardouin, seigneur de Chignin [2], gentilhomme du comté de Savoie de la maison de Migain, il serait né dans une maison forte qui porte le nom de la Biguerne, à Chignin. Sur son emplacement, Jean Ruffin de la Biguerne et les Chartreux font édifier une chapelle à son nom[3].

Il est très tôt placé comme sacristain à la cathédrale Saint-Jean de Belley. À l'âge de vingt cinq ans il visite les monastères de chartreux installé dans le Bugey et trois ans plus tard il est ordonné prêtre par Bernard de Porte, évêque de Belley. Lors d'une visite à la chartreuse de Portes il va voir à la Correrie son parent Bozon alors procureur (Religieux chargé des intérêts temporels d'une maison religieuse) et homme de vertu. Avec lui il forme le projet d'entrer au monastère. Après avoir distribué ses biens aux pauvres il reçoit l'habit de Chartreux en 1137[4].

Hugues II, évêque de Grenoble, après l'avoir envoyé auprès de Guigues pour renforcer la communauté de la Grande Chartreuse décimée par une avalanche le 30 janvier 1132, l'établit procureur de ce monastère en 1138. L'année suivante il en est élu prieur. Son œuvre principale est d'avoir convoqué un chapitre général réunissant les supérieurs des autres chartreuses qui jusque là avaient été indépendantes. La Grande Chartreuse devenait ainsi chef d'ordre. Plus tard il chargera Jean d'Espagne de rédiger les statuts qui règleront la vie des maisons de moniales chartreuses. Anthelme agrandit le territoire de la Grande Chartreuse, fit élever de nouveaux bâtiments, érigea un mur de clôture, établit des aqueducs, développa les fermes et les bergeries[4].

En 1152 il abandonne la direction du monastère à Basile de Bourgogne souhaitant retrouver une vie de moine. Mais bientôt Bernard de Varin, prieur de la chartreuse de Portes, sentant sa fin proche, demande à Anthelme de venir prendre la direction de son monastère. Louis VII, à son retour du concile de Toulouse de 1161, vient le visiter et cette marque d'estime du souverain pèsera dans le choix d'un nouvel évêque de Belley lors de la mort de Ponce de Thoire. Quelque temps plus tard Frédéric Barberousse, ayant entendu parler des vertus de ce moine l'investit du titre de prince du Saint-Empire romain germanique en 1175[4].

Après sa mort, survenue le 26 juin 1178, il fut choisi comme saint patron de la ville de Belley.

Canonisation[modifier | modifier le code]

Saint Anthelme de Chignin a été canonisé en 1368 par le pape Urbain V.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Amédée de Foras, Armorial et nobiliaire de Savoie, Allier, Grenoble, 1878, Tome 2, pages 32 à 41.
  • Jean Prieur, Hyacinthe Vulliez, Saints et saintes de Savoie, La Fontaine de Siloé,‎ 1999 (ISBN 2-84206-465-8 et 9782842064655), p. 73-75.
  • Saint Bruno - Guigues Ier Le Chartreux - Anthelme de Chignin : Lettres des premiers chartreux, I, éd. Cerf, Coll. « Sources chrétiennes » no 88, 1962, 1988, 2002 (288 pages).
  • Jean-Irénée Depéry, Histoire hagiologique de Belley ou recueil des vies des saints et des bienheureux nés dans ce diocèse, édition Bottier, 1834, p. 218 à 286 .Google livres.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Nominis : Saint Anthelme de Chignin
  2. Amédée de Foras, Armorial et nobiliaire de Savoie, Tome 2, pages 32 à 41
  3. Chanoine Adolphe Gros, Dictionnaire étymologique des noms de lieu de la Savoie, La Fontaine de Siloé (réimpr. 2004) (1re éd. 1935), 516 p. (ISBN 978-2-84206-268-2), p. 62, Article « Biguerne (la) ».
  4. a, b et c Jean-Irénée Depérys, Histoire hagiologique de Belley ou : recueil des vies des saints et des bienheureux nés dans ce diocèse, Bottier,‎ 1834, 404 p. (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]