Antalas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Antalas[1] ou Antalus (en tifinagh : ⴰⵏⵜⴰⵍⴰⵙ, en grec Ἀντάλας) est un chef berbère de la première moitié du VIe siècle qui se rebella contre l'Empire byzantin.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né vers 500, Antalas est le fils d'un certain Guenfan[2]

À la fin de la période vandale en Afrique du Nord, il devient le chef de l'armée berbère de la dorsale tunisienne, faisant de fréquentes incursions dans le royaume vandale, alors en déclin. En 523, peu de temps après l'avènement du vieux et faible roi vandale Hildéric, impopulaire et peu attiré par la guerre, il bat sévèrement l'armée vandale dans la région de Gafsa. Après la reconquête byzantine de 533-534, il s'allie à un peuple de nomades venus de la Cyrénaïque, les Luwata, pour combattre les Byzantins devenus les nouveaux maîtres de l'Afrique qu'il réussit à vaincre en bataille rangée en Byzacène. Son armée vaincra et tuera en 544 Solomon, le gouverneur byzantin de l'Afrique.

En 545, il s'allie au rebelle vandale Guntharic, duc de Numidie pour le compte des Byzantins mais révolté contre l'Empire. Guntharic et Antalas marchent sur Carthage et s'emparent des portes de la cité ; les troupes byzantines se débandent et la ville tombe aux mains des rebelles.

Vaincu en 547 par Jean Troglita, lieutenant du général Bélisaire, vainqueur des Vandales, Antalas décide de se soumettre en 548[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Antala, Antal.
  2. Corippe, La Johannide, Chant III.
  3. René Pottier, Histoire du Sahara, Nouvelles Éditions Latines, 1947, p. 149.

Sources[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arnold Hugh Martin Jones, John Robert Martindale, The Prosopography of the Later Roman Empire, Volume III : A.D. 527–641, Cambridge University Press, 1992. ISBN 978-0-521-20160-5
  • René Pottier, Histoire du Sahara, Nouvelles Éditions Latines, 1947.