António Vitorino

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
António Vitorino
A. Vitorino (centre) avec William Perry en 1996
A. Vitorino (centre) avec William Perry en 1996
Fonctions
Commissaire européen à la Justice et aux Affaires intérieures
Président Romano Prodi
Prédécesseur Anita Gradin
Successeur Franco Frattini
Ministre de la Présidence du Portugal
Ministre de la Défense nationale
Premier ministre António Guterres
Prédécesseur Fernando Nogueira
Successeur António Costa
(Affaires parlementaires)
José Sócrates
(Adjoint du PM)
José Veiga Simão
(Défense)
Biographie
Nom de naissance António Manuel de Carvalho
Ferreira Vitorino
Date de naissance (57 ans)
Lieu de naissance Lisbonne, Portugal
Parti politique UEDS
Parti socialiste (PS)
Diplômé de Université de Lisbonne
Profession Avocat
Homme d'affaires

António Vitorino

António Manuel de Carvalho Ferreira Vitorino, né le à Lisbonne, est un homme politique portugais membre du Parti socialiste (PS).

Il a notamment été commissaire européen et ministre de la Défense du Portugal.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1981, il obtient une licence de droit à l'Université de Lisbonne. Il y enseigne à partir de l'année suivante, et passe avec succès une maîtrise de sciences juridiques et politiques en 1986.

Trois ans plus tard, en 1989, il est élu juge au Tribunal constitutionnel et y siège jusqu'en 1994. Il a par ailleurs été Vice-président de Portugal Telecom International et professeur à l'Université internationale pendant un an à partir de 1998.

Avocat de profession, il siège aujourd'hui au conseil d'administration de Siemens Portugal, préside le conseil d'administration de la Fondation Res Publica, proche du PS, et commente une fois par semaine l'actualité politique dans le programme As Notas Soltas de António Vitorino sur la première chaîne de la Radio Télévision du Portugal (RTP). Depuis 2008, il est professeur invité à l'Université nouvelle de Lisbonne.

Il est marié et père de deux enfants.

Activité politique[modifier | modifier le code]

Comme militant[modifier | modifier le code]

António Vitorino adhère au Parti socialiste (PS) peu après la révolution des œillets de 1974. Cependant, durant les deux années qui suivent, il participe à la création de divers partis de gauche, dont l'Union de la gauche pour la démocratie socialiste (UEDS), dont il fera partie de 1976 à 1985.

En , il est pressenti comme candidat à la succession d'Eduardo Ferro Rodrigues comme secrétaire général du PS[1] mais décide de ne pas se présenter[2] alors même qu'il faisait l'unité autour de lui[3],[4],[5]. Pendant la campagne interne, il fut même proposé comme candidat à la présidentielle de 2006[6].

Il est aujourd'hui membre de la commission nationale du parti.

Au niveau institutionnel[modifier | modifier le code]

En 1980, il est élu député du district de Porto à l'Assemblée de la République sous les couleurs de l'UEDS, coalisée avec le PS. Réélu trois ans plus tard, il est nommé secrétaire d'État aux Affaires parlementaires dans le gouvernement de grande coalition de Mário Soares.

Le gouvernement chute deux ans plus tard, et il devient représentant du district de Braga aux législatives anticipées qui suivent. Il prend la présidence de la commission parlementaire des Affaires constitutionnelles jusqu'en 1986, puis est choisi comme secrétaire à l'Administration et à la Justice de Macao. En 1987, le président de la République Mário Soares en fait son représentant personnel dans la colonie pour dix-huit mois alors même qu'il se voit réélu au Parlement pour le district de Guarda.

Tête de liste du Parti socialiste aux élections européennes de 1994, il est élu au Parlement européen, puis est porté à la tête de la commission des Libertés civiles et des Affaires intérieures.

À peine un an plus tard, le , il est élu député du district de Setúbal. Le 30 octobre suivant, António Vitorino est nommé ministre de la Présidence et ministre de la Défense nationale du Portugal par António Guterres. Il est contraint de démissionner le suite à des suspicions de fraude fiscale dont il sera finalement blanchi.

Il devient commissaire européen à la Justice et aux Affaires intérieures le et exerce cette fonction jusqu'au . À peine huit jours plus tard, il est choisi par José Sócrates pour coordonner le programme électoral du PS en vue des législatives anticipées du [7], au cours desquelles il est réélu député pour le district de Setúbal.

Il suspend son mandat parlementaire le , puis y renonce le . Il est aujourd'hui retiré de la vie politique.

Antonio Vitorino est Président de Notre Europe-Institut Jacques Delors, le think tank européen fondé par Jacques Delors, depuis juin 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]