António Galvão

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Antonio Galvão.

António Galvão (souvent Galvano, mort en 1557) est un colonisateur portugais, gouverneur de Ternate dans les Moluques (en Indonésie actuelle) qui est surtout connu pour son importante relation des voyages d'exploration portugais et espagnols de la première moitié du XVIe siècle, notamment celui d'Hernando de Grijalva, du Pérou à la Nouvelle-Guinée. En 1537, il semble avoir été en Inde.

Sa relation est traduite en anglais sous le titre The discoveries of the world, from their first original unto the year of Our Lord 1555 (/ by Antonio Galvano ; « corrected, quoted, and published in England » (corrigé, cité et publié en Angleterre) par Richard Hakluyt en 1601 (rééd. 1862) ; titre original de 1601 The discoueries of the world from their first originall vnto the yeere of our Lord 1555. Briefly written in the Portugall tongue by Antonie Galuano, gouernour of Ternate, the.... En portugais, le titre est Tratado dos descobrimentos antigos, e modernos, feitos ate a era de 1550 com os nomes particulares das pessoas que os fizerao : e em que tempos, e as suas alturas, e dos... par Galvao, Antonio ou Tratato. Que compôs o nobre & notavel capitão Antonio Galvão, dos diversos & desvayrados caminhos, por onde nos tempos passados a pimenta & especearia veyo da...

Né sans doute vers 1490, c'est le premier à écrire une narration complète des principales explorations réalisés jusqu'en 1550 (en 1555) par les Espagnols et les Portugais. Son Tratado dos descobrimentos est publié à Lisbonne en 1563 et traduit en anglais par Hakluyt en 1601 (d'où son nom Galvano). Fils de Duarte Galvão, diplomate et chroniqueur d'Alphonse V de Portugal, il s'embarque pour l'Inde en 1527 où il prend rapidement la charge de capitaine des Moluques et de gouverneur du Fort Saint-Jean-Baptiste à Ternate (1536-1540). En 1540, il transfère la charge de la forteresse de Ternate à dom Jorge de Castro et retourne au Portugal où il tombe en disgrâce. Il vit ses dernières années dans l'anonymat et la pauvreté et est recueilli par l'hôpital royal de Tous les saints à Lisbonne (avec une modestes pension). Son œuvre est publiée posthume par son ami Francisco de Sousa Tavares.