Anoushka Shankar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anoushka Shankar

Description de cette image, également commentée ci-après

Anoushka Shankar en 2007

Informations générales
Nom de naissance Anoushka Shankar
Naissance (33 ans)
Londres
Activité principale Auteur-compositrice-interprète
Activités annexes Sitariste
Genre musical Blues, folk, jazz, pop, soul, country, soft rock
Instruments Piano, Sitar
Années actives Depuis 1995
Labels Angel, Deutsche Grammophon
Site officiel Anoushkashankar.com

Anoushka Shankar (hindi : अनुष्का शंकर), née le à Londres est une joueuse de sitar et une compositrice indienne[2],[3].

Biographie[1][modifier | modifier le code]

Née à Londres d'une famille bengalie/tamoule hindouiste, Anoushka Shankar est la fille de Sukanya Shankar et du célèbre musicien Ravi Shankar. Elle est la demi-sœur paternelle de la chanteuse américaine Norah Jones et Shubhendra "Shubho" Shankar, décédé en 1992. Elle devient l'élève de son père, qu'elle accompagne dans ses tournées, et dont elle écrit une biographie[4].

Durant son adolescence, elle vit à Encinitas, en Californie, aux États-Unis où elle étudie au lycée académique de San Dieguito. En 1999, diplômée avec mention, elle décide poursuivre une carrière de musicienne plutôt que de fréquenter l'université.

Anoushka Shankar se produit en public pour la première fois à treize ans, à New Delhi. Ses débuts discographiques se font dans le respect de la tradition avec l'album Anoushka sorti en 1998, composé de ragas adaptés par son père.

En 2000 son deuxième album, Anourag est aussi composé de ragas que Ravi Shankar adapte pour elle. Il participe également à l'album, donnant lieu à un duo de sitar entre lui et sa fille. En 2001, son album Live at Carnegie Hall est nommé aux Grammy Awards en 2003 dans la catégorie world music. Le 29 novembre 2002, Anouska Shankar participe au Concert for George donné au Royal Albert Hall à Londres en hommage à George Harrison.

Elle collabore avec de nombreux artistes de renommée internationale : Sting[5], Buika, Jean-Pierre Rampal, Joshua Bell, Herbie Hancock, Lenny Kravitz, ou Thievery Corporation, avant d'étonner elle-même avec Rise en 2005. Cet album se situe dans le courant world fusion et vaut à Anoushka Shankar une nouvelle nomination aux Grammy Awards. Elle est également la première femme indienne à se produire lors de la prestigieuse cérémonie. Aidée par le pionnier du courant asian vibes Karsh Kale - soit de l'electro à la mode indo-anglaise - Anoushka Shankar revient sur le terrain de l'expérimentation avec Breathing Under Water en 2007.

Elle revient en 2011 avec un projet qui lui tient particulièrement à cœur[6]. Traveller voit se rencontrer musiciens indiens et flamenco, pour mettre en évidence les liens entre les deux traditions. Le flamenco étant né des gitans, eux-mêmes descendants de populations nomades venues du Rajahstan, il est tentant d'explorer cette hypothèse[7]. Ce disque lui vaut une nomination aux Grammy Awards en 2013, l'année où l'Award de la catégorie meilleur album de musiques du monde est attribué à son père.

Anoushka Shankar sort en 2013 l'album Traces of You, produit par Nitin Sawhney en rendant hommage à son père, décédé à l'âge de 92 ans[8]. Sur ce disque, elle chante en duo avec sa demi-sœur Norah Jones qui est présente sur trois chansons dont celles d'ouverture et de fin[9],[10].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Anouskha Shankar vit partagée entre les États-Unis, le Royaume-Uni et l'Inde[11]. En octobre 2010, elle épouse le réalisateur britannique Joe Wright et eurent leur premier enfant, Zubin Shankar Wright, né le 22 février 2011.

Engagements[modifier | modifier le code]

Anoushka Shankar milite auprès de l'organisme People for the Ethical Treatment of Animals (PETA) pour la défense des animaux. Elle et son père sont apparus dans une annonce de service public contre la maltraitance animale. Elle est également le porte-parole du Programme alimentaire mondial des Nations Unies en l'Inde. Elle a participé à une campagne demandant à l'Inde d'agir après le viol collectif et le meurtre de l'étudiante de 23 ans dans un bus de New Delhi, en décembre 2012[12].

En 2013, elle témoigne dans une vidéo, avoir été abusée sexuellement pendant plusieurs années par un ami de sa famille durant son enfance[13] aux États-Unis[14].

Discographie[modifier | modifier le code]

Albums studio[modifier | modifier le code]

Compilations[modifier | modifier le code]

  • 2000 : Full Circle: Carnegie Hall 2000
  • 2001 : Live at Carnegie Hall
  • 2003 : Concert for George
  • 2005 : Live in Concert at the Nehru Park, New Delhi
  • 2007 : Healing the Divide: A Concert for Peace and Reconciliation

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en)« Biography », sur Anoushka Shankar
  2. (en)Site officiel Anoushka Shankar
  3. (en)« Anoushka Shankar », sur IMDb
  4. Ian Bussières, « Anoushka Shankar: le sitar en héritage », sur La Presse.Ca,‎
  5. (en)« Sting's guitar meets Anoushka Shankar's sitar for 'Bhopal: A Prayer For Rain' », sur Hindustan Times,‎
  6. François-Xavier Gomez, « Le ravissement flamenco d’Anoushka Shankar », sur Libération,‎
  7. Patrick Labesse, « Anouskha Shankar, ravie entre l'Inde et le flamenco », sur Le Monde,‎
  8. « Anoushka Shankar et Norah Jones hommage au père », sur Soudoreille,‎
  9. Paola Genone, « La famille Shankar, stars de père en filles », sur L'Express,‎
  10. Jonathan Hamard, « Norah Jones en duo avec sa soeur Anoushka Shankar : écoutez le titre "Traces of You" ! », sur Charts in France,‎
  11. « En voyage avec Anoushka Shankar », sur La Presse.ca,‎
  12. (en)Aarushi Nigam, « Anoushka Shankar names song after Delhi gang-rape victim », sur The Times of India,‎
  13. (en)« Anoushka Shankar says she was sexually abused », sur BBC News,‎
  14. « Anoushka Shankar révèle avoir été abusée sexuellement », sur Elle,‎
  15. Olivier Nuc, « Anoushka Shankar en espagnol », sur Le Figaro,‎
  16. Ralph Boncy, « Anoushka Shankar: L’héritière magnifique », sur Voir Montréal,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :