Anouar Benmalek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anouar Benmalek

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Anouar Benmalek (Strasbourg, 2009)

Activités Mathématicien, écrivain
Naissance 16 janvier 1956
Casablanca
Langue d'écriture français
Genres Romans, nouvelles, poésie

Anouar Benmalek, né le 16 janvier 1956 à Casablanca, est un écrivain, poète et journaliste franco-algérien d'expression française. Mathématicien de formation, maître de conférences, il vit en France, où il enseigne à la faculté de Pharmacie de l'Université Paris-Sud. Qualifié de « Faulkner méditerranéen »[1] par la presse française (L'Express) et comparé à Camus par la prestigieuse revue américaine Harvard Review, le nom d'Anouar Benmalek a parfois été cité dans la liste des écrivains nobélisables[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Casablanca d'une mère marocaine et d'un père algérien, Anouar Benmalek a fait des études de mathématiques à l’Université de Constantine (Algérie). Il est titulaire d'un doctorat d’État en probabilités et statistique soutenu à Kiev et a enseigné comme professeur des universités à l’Université des sciences et des technologies d’Alger à Bab-Ezzouar. Longtemps chroniqueur journalistique, il a également effectué des reportages dans le Moyen-Orient en guerre[3].

Membre fondateur du Comité algérien contre la torture, il a été l'un des éditeurs du Cahier noir d'Octobre[4], recueil de témoignages sur les tortures commises par l'armée et la police algériennes sur les manifestants des émeutes d'octobre 1988 en Algérie.

Auteur de romans lui valant la haine et des appels au meurtre des intégristes de tous bords (religieux après Ô Maria, nationalistes après Le Rapt), doué d'un « art de visionnaire »[5], et « d'un imaginaire romanesque exceptionnel »[6], il est considéré comme « le plus grand écrivain algérien depuis Kateb Yacine »[7]. « Chef-d’œuvre profond et délicat »[8], son livre des origines Tu ne mourras plus demain est un « grand chant d'amour »[9] consacré à sa mère.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Cortèges d'impatiences, poésie, Éd. Naaman, 1984, Québec
  • La Barbarie, essai, Éd. Enal, 1986, Alger
  • Rakesh, Vishnou et les autres nouvelles, Éd. Enal, 1985, Alger
  • Ludmila, roman, Éd. Enal, 1986, Alger
  • Les amants désunis, roman, Éd. Calmann Lévy, 1998, Paris ; Éd. Livre de Poche, 2000 ; Prix Mimouni 1999 (traduit en 10 langues, sélections Fémina et Médicis).
  • L'enfant du peuple ancien, roman, éditions Pauvert, août 2000, Paris ; Ed. Livre de Poche, 2002 ; Prix des auditeurs de la RTBF (Radio Télévision Belge) 2001, Prix RFO du livre 2001, Prix BeurFM-Méditerranée 2001, Prix Millepages 2000 (sélection Fémina, sélection rentrée littéraire 2000 Libraires et lecteurs de la Fnac, sélection du journal Le Soir de Bruxelles, sélection France Télévision, sélection Côté Femmes… traduction en 8 langues)
  • L'amour Loup, roman, Éd. Pauvert, février 2002, Éd. Livre de Poche, 2004, Paris
  • Chroniques de l'Algérie amère, Éd. Pauvert, janvier 2003, Paris
  • Ce jour viendra, roman, Éd Pauvert, septembre 2003
  • Ma planète me monte à la tête, poésie, Fayard, janvier 2005
  • L'année de la putain, nouvelles, Fayard, 2006
  • Ô Maria, roman, Fayard, 2006
  • Vivre pour écrire, entretiens, Éd. Sedia, février 2007
  • Le Rapt, roman, Fayard, 2009 (traduit en italien, Il rapimento, Éd. Atmosphere libri, janvier 2014)
  • Tu ne mourras plus demain, récit, Fayard, 2011

L'auteur a également contribué, entre autres, aux ouvrages collectifs suivants :

  • Une journée d'été, Éd. Librio, 2000
  • Étrange mon étranger, Seloncourt, 2001
  • Ma langue est mon territoire, Éd. Eden, 2001
  • Nouvelles d'aujourd'hui, Éd. Écoute, Spotlight Verlag, 2001
  • Contre offensive, Éd. Pauvert, 2002
  • Lettres de ruptures, Éd. Pocket, 2002
  • Des nouvelles d'Algérie, Éd. Métailié, 2005
  • Le Tour du Mont en 80 pages, Les Lettres européennes, 2005
  • Nouvelles d'Algérie, Éd. Magellan, 2009
  • Les Enfants de la balle, Éd. Lattès, 2010
  • Algérie 50, Éd. Magellan, 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Lettres d'Algérie », article de Pascal Dupont, L'Express, 10 septembre 1998 /www.lexpress.fr
  2. article de Kathleen Rooney, Harvard Review , 12 janvier 2004
  3. Chroniques de l'Algérie amère, Pauvert, 2003
  4. Cahier noir d'octobre, Comité national contre la torture, Entreprise nationale des arts graphiques, Alger, 1989
  5. article de Jean-Noël Pancrazi, Le Monde , 9 septembre 1998,
  6. article de Bernard Fauconnier, Le Magazine Littéraire , octobre 2006
  7. « Anouar Benmalek signe un chef-d'œuvre », article de Rémi Yacine, El Watan , 27 juillet 2009
  8. Zeitung Vum Lëtebuerger Vollek, 1er semestre, 2012
  9. France Inter, Paula Jacques, "Cosmopolitaine", 4 décembre 2011

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Cortège funèbre », article de Jean-Noël Pancrazi dans Le Monde, 9 octobre 1998
  • « Corps insurgés », article de Jean-Luc Douin dans Le Monde, 22 septembre 2000
  • « Les rencontres extraordinaires d'Anouar Benmalek avec ses lecteurs », article de Catherine Bédarida dans Le Monde, 2 octobre 2001

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :