Anode

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'anode d'un appareil passif parcouru par un courant continu est l'électrode où, en courant conventionnel, sort le courant (en courant électronique, électrode d'où entrent les électrons). Pour une résistance, c'est l'électrode reliée au pôle positif du générateur ; pour une pile électrique faisant office de générateur, c'est l'électrode positive.

En chimie[modifier | modifier le code]

L'anode est l'électrode où a lieu une réaction électrochimique d'oxydation (émission d'électrons) par opposition à la cathode où se produit une réaction électrochimique de réduction (absorption d'électrons).

  • Il s'agit du pôle négatif (-) dans une pile électrique (élément actif) qui débite.
  • En revanche, dans le cas d'un électrolyseur (élément passif), l'anode est reliée au pôle positif du générateur extérieur.
  • Dans un accumulateur, ces rôles s'inversent selon que l'appareil débite (actif) ou se charge (passif).
  • Dans le cas de la production de l'aluminium, une anode est également appelée ensemble anodique[1].
  • Il s'agit également d'un dispositif utilisé pour protéger une structure en métal (coque de navire, ...) de la corrosion. Voir l'article protection cathodique.

En physique[modifier | modifier le code]

Dans une lampe à décharge, les ions positifs ou cations, issus de l'ionisation par la décharge des atomes du gaz, vont de l'anode à la cathode. Si cette dernière est ajourée, ils peuvent passer outre sous la forme de rayons canaux semblant provenir de l'anode, d'où le nom qui leur est également donné de rayons anodiques.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Ce terme fut créé en 1834 à partir du grec ἄνοδος (anodos càd ascension) par William Whewell à qui Michael Faraday avait demandé[2] quelques nouveaux noms nécessaires pour publier l'un de ses travaux sur l'électrolyse, processus récemment découvert. Dans cette publication, Faraday explique que lorsqu'une cellule électrolytique est orientée pour que le courant électrique traverse le «corps qui se décompose» (électrolyte) de l'Est vers l'Ouest, ou, pour soulager la mémoire, de la façon dont le soleil semble se déplacer, l'anode est celle par laquelle le courant entre dans l'électrolyte, du côté Est : «ano vers le haut, odos un chemin ; la façon dont le soleil se lève» ([3], réédition[4]).

L'utilisation de l'Est pour décrire le chemin entrant (plus précisément qui entreEstle soleil qui se lèvevers le haut) peut sembler artificiel. Auparavant, Faraday avait utilisé le mot «eisode», plus transparent (la porte par laquelle le courant entre). Il choisit d'utiliser «l'électrode de l'Est» (d'autres candidations : «eastode», «oriode», «anatolode») pour immuniser sa définition à un éventuel changement ultérieur du sens conventionnel du courant électrique, dont la nature exacte n'était pas connu à l'époque. La référence qu'il utilisait était donc la direction du champ magnétique terrestre qu'on tenait pour immuable à l'époque.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Site perso sur les ensembles anodiques
  2. Ross, S, Faraday Consults the Scholars: The Origins of the Terms of Electrochemistry in Notes and Records of the Royal Society of London (1938-1996), Volume 16, Number 2 / 1961, Pages : 187 - 220, The Origin of the Termes of Electrochemistry consulté le 2006-12-22
  3. Faraday, Michael, Experimental Researches in Electricity. Seventh Series, Philosophical Transactions of the Royal Society of London (1776-1886), Volume 124, 01 Jan 1834, Page 77, Experimental Researchesin Electricity consulté le 2006-12-27 (Faraday y présente les mots électrode, anode, cathode, anion, cation, électrolyte, électrolyse)
  4. Faraday, Michael, Experimental Researches in Electricity, Volume 1, 1849, réédition des séries 1 à 14, accessible librement via le projet Gutenberg.org Experimental Researches in Electricity, Volume 1 by Michael Faraday - Project Gutenberg consulté le 2007-01-11

Voir aussi[modifier | modifier le code]