Annus mirabilis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour l’article homonyme, voir Annus Mirabilis

Annus mirabilis est une locution latine pouvant se traduire par « merveilleuse année », « année de merveilles » ou encore « année des miracles ». Elle aurait été utilisée la première fois par John Dryden dans le poème du même nom pour désigner l'année 1666.

Au XXIe siècle, elle sert surtout à désigner différentes années qui ont marqué la physique : publication de plusieurs travaux d'importance par Isaac Newton en 1666 et publication de quatre articles par Albert Einstein en 1905.

Par extension, elle peut désigner une année particulièrement féconde chez une personnalité[1].

1543 : le début de la science moderne[modifier | modifier le code]

En 1543, ce fut le début de la révolution scientifique[2] car :

1666 : l'année des merveilles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Annus Mirabilis (poème).

Selon l'Oxford English Dictionary, la locution Annus Mirabilis apparue pour la première fois en tant que titre d'un poème écrit par John Dryden : Annus Mirabilis, lequel décrivait des évènements survenus pendant les années 1665 et 1666. L'Angleterre vivait de grandes calamités : la Grande peste de Londres (1665) et le Grand incendie de Londres (1666). Dryden préféra interpréter l'absence de plus grands désastres comme une intervention miraculeuse de Dieu, car « 666 » (le nombre de la bête) est dans 1666, ce qui amena certains à prédire de grandes catastrophes.

De plus, la flotte anglaise défit la flotte hollandaise lors de la bataille de North Foreland. Cependant, en 1667, la flotte hollandaise a brûlé la plupart des vaisseaux de la flotte anglaise lors du raid sur la Medway et Charles II dut négocier pour obtenir la paix.

1666 : l'année d'Isaac Newton[modifier | modifier le code]

Page de Couverture de Principia Mathematica.

En 1666, Isaac Newton a publié plusieurs résultats importants en physique. Il a créé une nouvelle branche des mathématiques : l'Analyse, ce qui lui permet de résoudre plusieurs problèmes de physique liés aux vitesses et aux accélérations. Il a proposé un nouveau modèle théorique pour expliquer les comportements des ondes optiques (le modèle corpusculaire). Il publiera son œuvre maîtresse Principia Mathematica en 1687 avec l'énoncé de la loi universelle de la gravitation.

1759 : l'année de William Pitt[modifier | modifier le code]

En 1759, l'Angleterre obtint une série de victoires, tant en Amérique du Nord, qu'aux Indes et dans divers engagements navals. Elle permit de mettre fin à la guerre de Sept Ans. Pour cette raison, cette année est qualifiée d'annus mirabilis de William Pitt l'Ancien.

1905 : l'année d'Albert Einstein[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Annus mirabilis (Einstein).

En 1905, Albert Einstein publie quatre articles dans Annalen der Physik[3]. Un article traite de l'effet photoélectrique et un autre traite du mouvement brownien, ils permettent d'asseoir la théorie quantique sur une base expérimentale. Un troisième, qui décrit la théorie de la relativité restreinte, bouleverse plusieurs notions physiques sur le mouvement. Finalement, son quatrième article décrit l'équivalence masse-énergie, le plus souvent résumée par E=mc2.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]