Anneau adélique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

En mathématiques et dans la théorie des nombres, l'anneau adélique (ou anneau des adèles) est un anneau topologique contenant le corps des nombres rationnels (ou, plus généralement, un corps de nombres algébriques), construit à l'aide de toutes les complétions du corps.

Le mot "adèle" est une abréviation pour "additive idele" ("idèle additive") (le fait que ce soit aussi un prénom féminin français est typique de l'esprit bourbakiste). Les adèles ont été appelés vecteurs de valuation ou répartitions avant 1950.

Définitions[modifier | modifier le code]

La complétion profinie \hat{\Z} des entiers est la limite projective (ou limite inverse) des anneaux Z/nZ :

\hat{\Z}=\lim_{\leftarrow}\Z/n\Z~.

Par le théorème des restes chinois, il est isomorphe au produit de tous les entiers p-adiques :

\hat{\Z}=\prod_p\Z_p,

le membre de droite étant muni de la topologie produit.

L'anneau adélique des entiers est le produit

\mathbb{A}_\Z=\R\times\hat{\Z}.

L'anneau adélique des rationnels est le produit tensoriel

\mathbb{A}_\Q=\Q\otimes_{\mathbb Z}\mathbb{A}_\Z

(topologisé de sorte que \mathbb A_{\mathbb Z} en est un sous-anneau ouvert). Plus précisément, une base de topologie est donnée par les ensembles de la forme

U\times \prod_{p\in S} V_p\times \prod_{p\notin S} {\Z}_p

U est un ouvert de \R, S un ensemble fini de premiers et V_p un ouvert de \Q_p. La topologie adélique est plus fine que celle induite par la topologie produit de \R \times \prod_p \Q_p.

Plus généralement, l'anneau adélique d'un corps de nombres algébriques quelconque K est le produit tensoriel

\mathbb{A}_{K} ={K}\otimes_{\mathbb Z}\mathbb{A}_\Z

(topologisé comme le produit de deg(K) copies de \mathbb A_{\mathbb Q}).

L'anneau adélique des rationnels peut aussi être défini comme le produit restreint (en)

\mathbb{A}_\Q=\R\times{\prod_p}'\Q_p

de toutes les complétions p-adiques \Q_p et des nombres réels (ou en d'autres termes, comme le produit restreint de toutes les complétions des rationnels). Dans ce cas, le produit restreint signifie que pour un adèle (a_\infty, a_2, a_3, a_5, ....) tous les ap sont des entiers p-adiques, sauf un nombre fini d'entre eux.

L'anneau des adèles d'un corps de fonctions sur un corps fini peut être défini d'une manière similaire, comme le produit restreint de toutes les complétions de ce corps.

Propriétés[modifier | modifier le code]

Les adèles rationnels forment un groupe localement compact, les nombres rationnels ℚ formant un sous-groupe discret co-compact. L'utilisation des anneaux adéliques en relation avec les transformations de Fourier a été exploitée dans la thèse de Tate. Une des propriétés-clef du groupe additif des adèles est qu'il est isomorphe à son dual de Pontryagin.

Applications[modifier | modifier le code]

L'anneau des adèles est beaucoup utilisé en théorie des nombres, souvent comme anneau de coefficients dans des groupes matriciels : combiné avec la théorie des groupes algébriques, cela permet de construire les groupes algébriques adéliques (en) (ou groupes des idèles). Le groupe des idèles de la théorie du corps de classes apparait comme le groupe des éléments inversibles de l'anneau des adèles. En identifiant ce groupe au sous-ensemble fermé des points (x, y)\in \mathbb A_{\mathbb K}\times \mathbb A_{\mathbb K} tels que xy=1, avec la topologie induite, on en fait un groupe topologique. Il est à noter que l'inclusion des idèles dans les adèles est une application continue, mais n'est pas une immersion, et son image n'est ni ouverte ni fermée.

Une étape importante dans le développement de la théorie a été la définition du nombre de Tamagawa (en) pour un groupe algébrique adélique linéaire. C'est une mesure de volume reliant G(\Q) avec G(A), disant comment G(\mathbb{Q}), qui est un groupe discret dans G(A), est plongé dans ce dernier. Une conjecture d'André Weil (en) était que le nombre de Tamagawa était toujours 1 pour G groupe algébrique simplement connexe. Ceci découlait du traitement moderne de Weil des résultats de la théorie des formes quadratiques ; la démonstration fut finalement complétée par Kottwitz.

Pendant ce temps, l'influence de l'idée du nombre de Tamagawa se faisait sentir dans la théorie des variétés abéliennes. Il semblait (et il semble toujours) qu'aucune adaptation directe n'en soit possible. Toutefois, durant la mise au point de la conjecture de Birch et Swinnerton-Dyer, la considération de ce que pour une courbe elliptique E, le groupe des points rationnels E(\Q) pouvait être mis en relation avec E(\Q_p) fut une motivation et donna une direction de travail sur le chemin menant des résultats numériques à la formulation de la conjecture.

Article connexe[modifier | modifier le code]

Fonction de Schwartz-Bruhat (en)

Références[modifier | modifier le code]

La plupart des livres sur la théorie algébrique des nombres moderne, tels que :

(en) J. W. S. Cassels et A. Fröhlich (de), Algebraic Number Theory, Academic Press,‎ 1967 (ISBN 978-0-95027342-6)


(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Adele ring » (voir la liste des auteurs)