Anne de Pérusse des Cars

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Pérusse des Cars.
Anne de Pérusse des Cars
Image illustrative de l'article Anne de Pérusse des Cars
Biographie
Naissance 29 mars 1546
Paris
Décès 19 avril 1612
Vic-sur-Seille
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
5 juin 1596 par le
pape Clément VIII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de S. Susanna
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 1er mai 1585
Fonctions épiscopales Évêque de Lisieux
Évêque coadjuteur de Langres
Évêque de Metz

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Anne de Perusse d'Escars de Givry (1546 - 1612) a été cardinal, évêque de Lisieux puis évêque de Metz. Homme consciencieux et politique avisé. Il saura ne pas porter trop loin son engagement pour la Ligue après la conversion et le sacre d'Henri IV.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né le 29 mars 1546, il est le fils de Jacques de Pérusse, seigneur des Cars, de Juillac et de Ségur, conseiller et chambellan du roi, et de sa seconde épouse Françoise de Longwy, fille de Jean IV, seigneur de Givry-sur-le-Doux, et de Jeanne d'Angoulême, et veuve de Philippe Chabot. Sa condition de cadet et sa constitution malingre lui interdisent le métier des armes.

Par son grand-père Charles d'Orléans-Angoulême, Anne de Pérusse est identiquement un proche cousin, issu de germain, des derniers rois de la Maison de Valois (François II, Charles IX, Henri III), et d'Henri de Bourbon, de la Maison de Navarre (Henri IV). Un cousinage qu'Henri IV partagea donc avec sa première épouse Marguerite de Valois.

Après des études à Paris, il intègre l'ordre des bénédictins à l'abbaye de Saint-Bénigne de Dijon pour obéïr aux désirs paternels. Il est abbé de l'Abbaye Notre-Dame de Molesme en 1575 et 1577[1]

Élu évêque de Lisieux le 1er octobre 1584, il prend ses fonctions le 1er mai 1585.

Son ralliement à Henri IV ne se fait pas si aisément. Givry croit devoir se réfugier à Rome pour se soustraire au ressentiment de son cousin. En juillet 1596, en visite à Paris, le Légat du Pape, cardinal de Florence, intervient en sa faveur. La réponse que le roi fait à ce dernier n'est pas des plus paisibles : Le Roi me répondit que le cardinal de Givry était un porte étendard de la Ligue et qu'il s'était arrangé pour être fait cardinal non par son entremise mais par celle du duc de Mayenne, et de Joyeuse ; aussi lui semblait-il pénible de lui pardonner. Je répondis que ce personnage n'avait pas brigué le cardinalat et qu'il ne s'y attendait point. Le secrétaire qui nous servait d'interprète M. de Fresnes, et à qui j'en avais d'abord parlé, vint à mon aide et apaisa le Roi. Celui-ci, après que je lui eus dit tout ce que je savais, finit par déclarer que, pour l'amour de Notre-Seigneur, il ferait tout, mais que ce n"était pas le lieu de traiter pareille question.

En effet, Anne de Pérusse vient d'être nommé cardinal le 5 juin 1596 par Clément VIII. Il abandonne la direction de l'évêché de Lisieux vers 1598.

Depuis 1484 l'évêché de Metz est tenu par la Maison de Lorraine. Le roi Henri IV de France souhaite en confier la charge à son bâtard Henri de Bourbon-Verneuil. Cela est refusé par le pape, l'enfant n'étant âgé que de sept ans[2]. Le cardinal de Givry est donc choisi à sa place avec l'objectif que celui-ci démissionne quand Henri aura atteint sa majorité[3]. Anne cherche à prouver sa fidélité au roi, qui peut compter sur sa docilité. Il est nommé évêque de Metz le 23 mai 1608 par le pape Paul V.

Il décède le 19 avril 1612 à Vic-sur-Seille. Il est enterré dans la cathédrale Saint-Étienne de Metz.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hugues Du Tems, Le Clergé de France, ou..., à Paris chez Brunet, 1775, t.IV, p.536.
  2. Les évêques dans l'histoire de la France p. 264, Jean Julg 2004 ISBN 2-7403-1135-4
  3. Mémoires de Sully, principal ministre de Henri-le-Grand p445 Sully Maximilien de Béthune,1814

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Raymond Ritter, Lettres du Cardinal de Florence sur Henri IV et sur la France 1596-1598 (Documents inédits tirés des Archives Vaticanes), Bernard Grasset éditeur, Paris, 1955.