Anne de Gaulle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir famille de Gaulle.

Anne de Gaulle (née le 1er janvier 1928 à Trèves, en Allemagne - décédée le 6 février 1948 à Colombey-les-Deux-Églises) était la fille benjamine du général Charles de Gaulle et de son épouse Yvonne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anne de Gaulle est mise au monde par le médecin capitaine Max Party, à Trèves où son père était en garnison.

Anne de Gaulle vivant avec une déficience intellectuelle (elle était porteuse d'une trisomie 21[1]), les époux de Gaulle ne se sont jamais séparés d'elle jusqu'à sa mort. Les membres de la famille de Gaulle et leurs proches ont témoigné que le général de Gaulle, réputé pour avoir un amour retenu avec sa famille, se montrait plus chaleureux et extraverti avec Anne. André Frossard la qualifie de « douce, proche et lointaine »[2].

En octobre 1945, Yvonne de Gaulle acheta le château de Vert-Cœur à Milon-la-Chapelle (Yvelines), où elle installa une maison de santé pour jeunes filles handicapées démunies : la fondation Anne-de-Gaulle.

Anne mourut en février 1948 d'une broncho-pneumonie, dans les bras du général, à Colombey, au sein de la propriété familiale de La Boisserie que le couple avait acquise en 1934 afin qu’Anne bénéficie du grand air de la campagne champenoise. Elle fut inhumée le 8 février au cimetière de Colombey. Son père eut cette phrase émouvante : « Maintenant, elle est comme les autres. »

Par la suite, le 22 août 1962, Charles de Gaulle est victime d'un attentat raté au Petit-Clamart. Il raconta qu'une balle avait été arrêtée par le cadre de la photo d'Anne que son épouse avait toujours avec elle dans une mallette, placée ce jour-là sur la plage arrière de la voiture[3].

En novembre 1970, il est enterré dans le cimetière de Colombey à côté de sa fille. Huit ans plus tard, son épouse Yvonne venait les rejoindre dans leur dernière demeure.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Jonathan Fenby « The little girl who conquered de Gaulle », sur thetimes.co.uk, 15 juin 2010.
  2. Adrien Le Bihan, Le Général et son double : de Gaulle écrivain, Paris, Flammarion,‎ 1996, 282 p. (ISBN 2-08-067341-6), p. 231.
  3. Histoire rapportée par le fils du général, Philippe de Gaulle, dans Michel Tauriac, « Philippe de Gaulle : la mort de mon père », Le Point, no 948,‎ 19 novembre 1990, p. 58.

Voir aussi[modifier | modifier le code]