Anne d'Orléans (1938)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anne d'Orléans.

Anne d’Orléans — de son nom de naissance, Anne Marguerite Brigitte Marie d’Orléans —, « fille de France » et, par son mariage, « duchesse de Calabre », est née le 4 décembre 1938 au Manoir d’Anjou, à Woluwe-Saint-Pierre, en Belgique. C'est une fille de la maison capétienne d’Orléans, un membre de la famille royale d’Espagne et, pour certains monarchistes napolitains et siciliens, une « reine des Deux-Siciles ».

Famille[modifier | modifier le code]

Anne est la troisième fille et le cinquième enfant d'Henri d'Orléans (1908-1999), « comte de Paris » et prétendant orléaniste au trône de France, et de son épouse la princesse franco-brésilienne Isabelle d’Orléans et Bragance (1911-2003).

Le 11 mai 1965, Anne d'Orléans épouse, à la Chapelle royale Saint-Louis de Dreux, Carlos de Borbón-Dos Sicilias (1938), « duc de Calabre » et prétendant au trône des Deux-Siciles. Ce dernier est le fils d'Alfonso de Borbón-Dos Sicilias (1901-1964), « duc de Calabre » et infant d'Espagne, et de son épouse Alice de Bourbon-Parme (1917).

De cette union naissent cinq enfants :

  • Cristina de Borbón-Dos Sicilias y Orléans, princesse des Deux-Siciles (née à Madrid le 15 mars 1966), qui épouse en 1994 Pedro López-Quesada y Fernández-Urrutia (1963), d’où deux enfants : Victoria et Pedro.
  • María-Paloma de Borbón-Dos Sicilias y Orléans, princesse des Deux-Siciles (née à Madrid le 5 avril 1967), qui épouse en 1996 Siméon de Habsbourg-Lorraine (1958), prince impérial et archiduc d’Autriche, prince royal de Hongrie et de Bohême, d’où cinq enfants : Johannes, Ludwig, Isabel, Carlota et Philipp.
  • Pedro de Borbón-Dos Sicilias y Orléans (1968), duc de Noto, époux de Sofía Landaluce y Melgarejo et père de quatre garçons et deux filles :
    • Jaime de Borbón-Dos Sicilias y Landaluce
    • Juan de Borbón-Dos Sicilias y Landaluce
    • Pablo de Borbón-Dos Sicilias y Landaluce
    • Pedro de Borbón-Dos Sicilias y Landaluce
    • Sofia de Borbón-Dos Sicilias y Landaluce
    • Blanca de Borbon-Dos Sicilias y Landaluce
  • Inés de Borbón-Dos Sicilias y Orléans, princesse des Deux-Siciles (née à Madrid le 20 avril 1971), qui épouse en 2001 le nobile Michele Carrelli Palombi, des marquis di Raiano (1965), d'où deux filles : Teresa et Blanca.
  • Victoria de Borbón-Dos Sicilias y Orléans, princesse des Deux-Siciles (née à Madrid le 24 mai 1976), qui épouse en 2003 Merkos Nomikos (1965), d'où quatre enfants : Anastasios, Ana, Karlos et Simeon.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anne d'Orléans passe les premières années de sa vie en exil en Belgique, au Maroc, en Espagne et au Portugal. Adolescente, elle est cependant autorisée à venir poursuivre ses études en France et à y passer son baccalauréat[1].

En 1960, Anne d'Orléans noue une idylle avec son cousin, le roi en exil Siméon II de Bulgarie (1937). Cependant, le Vatican lui refuse le droit d’épouser un non-catholique et le « comte de Paris » met un terme à la relation des deux jeunes gens[2].

En 1961, Anne d'Orléans fait la connaissance, à Madrid, de son futur époux, Charles de Bourbon-Siciles (1938). Très rapidement, une relation se développe entre les deux cousins et, dès 1963, le journal Point de Vue fait état de leurs fiançailles prochaines[3]. Mais les choses ne sont pas aussi simples pour le jeune couple. Le « comte de Paris » est en effet en froid avec le père de Carlos, l’infant Alfonso de Borbón-Dos Sicilias, parce qu’il ne reconnaît pas ses prétentions dynastiques sur le trône des Deux-Siciles. De son côté, Carlos soutient son père et se déclare même Chef de la Maison royale des Deux-Siciles à la mort de celui-ci[4].

Finalement, après bien des concessions, Anne et Carlos obtiennent l’autorisation de se marier en 1965. L'année suivante, les jeunes mariés s’installent à Madrid où le « duc de Calabre » est avocat spécialiste du droit des affaires[5]. De son côté, Anne d’Orléans s'adonne à la peinture, discipline à laquelle elle s'initie dans l’atelier du peintre espagnol Pablo Echevarría et qu’elle pratique ensuite de manière semi-professionnelle, comme plusieurs de ses frères et sœurs.

Ses œuvres ont été temporairement exposées dans divers musées d'art contemporain[réf. nécessaire], et la « duchesse de Calabre » réalise régulièrement des expositions en Espagne. La dernière en date, intitulée « Évasion. Aquarelles 2003-2004 », s'est ainsi déroulée dans la « Galería Arteveintiuno » de Madrid en octobre 2007.

Titulature[modifier | modifier le code]

  • 4 décembre 1938 : Son Altesse Royale la princesse Anne, « fille de France »
  • 1965 : Madame la duchesse de Calabre

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Arturo E. Beéche, « Ruby Wedding Anniversary of the Infante don Carlos of Bourbon-Two Sicilies and Princess Anne of France » dans European Royal History Journal no 45, juin 2005.
  • (fr) Philippe de Montjouvent, « S.A.R. La Princesse Anne de France » dans Le Comte de Paris et sa descendance, Du Chaney Eds, Paris, 1998, p. 249-272 (ISBN 2913211003).
  • (fr) Isabelle d’Orléans, comtesse de Paris, Tout m’est bonheur (t. 1), Éditions Robert Laffont, Paris 1978, (ISBN 2-22-100107-9).
  • (fr) Isabelle d’Orléans, comtesse de Paris, Tout m’est bonheur, Les Chemins creux (t. 2), Éditions Robert Laffont, Paris 1981, (ISBN 2-22-100834-0).
  • (fr) « Claude et Anne, les fiancées de la famille de France » dans Point de Vue, Images du Monde no 795, 06/09/1963.
  • (fr) « Chez la princesse Anne de France, duchesse de Calabre » dans Point de Vue, Images du Monde no 1452, 25/05/1975.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Isabelle d’Orléans, comtesse de Paris, Tout m’est bonheur (t. 1 & 2), Éditions Robert Laffont, Paris 1978 et 1981.
  2. Philippe de Montjouvent, Le Comte de Paris et sa descendance, Du Chaney Eds, Paris, 1998, p. 250-251.
  3. « Claude et Anne, les fiancées de la famille de France » dans Point de Vue, Images du Monde no  795, 06/09/1963.
  4. Philippe de Montjouvent, Le Comte de Paris et sa descendance, Du Chaney Eds, Paris, 1998, p. 251-252.
  5. Philippe de Montjouvent, Le Comte de Paris et sa descendance, Du Chaney Eds, Paris, 1998, p. 253.