Anne Laperrouze

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Anne Laperrouze lors de la Convention européenne du MoDem à la maison de la Mutualité, le 8 février 2009

Anne Laperrouze, née le à Puylaurens (Tarn), est une femme politique française, actuellement sans étiquette politique. Elle est maire de Puylaurens et conseillère générale du Tarn depuis 2001. Elle a été députée européenne de 2004 à 2009.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

  • Ingénieur électrochimiste-électrométallurgiste (Institut polytechnique de Grenoble (1978)
  • Assistante de recherche à l'Université du Québec à Chicoutimi (1978)
  • Assistante à l'exportation dans l'Industrie de la Pétrochimie (1980)
  • Chef de service dans l'industrie métallurgique (1981-1990)
  • Chef de service dans l'industrie automobile (1991-2000)
  • Directeur de projet dans l'industrie pharmaceutique (2002-2004)

Mandats locaux[modifier | modifier le code]

Anne Laperrouze est élue maire de Puylaurens lors des élections municipales françaises de 2001, et réélue aux élections de 2008.

Elle est conseillère générale du Tarn depuis 2001. Au Conseil général, elle est membre de la commission territoires et développement durable[1] et de la commission permanente[2].

Elle est candidate aux élections législatives françaises de 2002. Elle obtient 17,5 % des voix, mais elle se désiste au second tour en faveur de Bernard Carayon. Elle se présente aux élections législatives de 2007 et obtient un score de 12,98 % des suffrages, insuffisant pour participer au second tour.

Ayant quitté le Mouvement démocrate[3] (MoDem) en 2009[réf. souhaitée] mais restant fidèle François Bayrou[3], elle est candidate aux élections législatives de 2012 dans la troisième circonscription du Tarn sous les couleurs de l'Alliance centriste[4], soutenue par le Parti radical[5], le Mouvement démocrate[6] et le Nouveau Centre. Son suppléant est le vice-président du Nouveau Centre dans le Tarn Denis Solivèrés[3]. Elle recueille 5,03 % des suffrages et termine en sixième position[4].

Députée européenne[modifier | modifier le code]

Anne Laperrouze est élue députée européenne aux élections européennes de 2004 sur la liste de l'Union pour la démocratie française (UDF) dans la circonscription Sud-Ouest de la France.

Au Parlement européen, elle est membre du groupe parlementaire Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (ADLE). Elle est membre de la commission de l'industrie, de la recherche et de l'énergie (ITRE), dont elle devient vice-présidente en janvier 2008[7]. Elle est rapporteure du Parlement européen sur le système de positionnement Galileo, et siège à partir de 2008 au comité interinstitutionnel de l'Union européenne qui assure la coordination entre le Parlement, la Commission européenne et le Conseil des ministres pour la mise en œuvre de ce projet[8]. En 2009, elle est rapporteure du Parlement européen sur la deuxième analyse stratégique de l'Union européenne sur l'énergie[9]. Elle est également membre de la délégation pour les relations avec la République populaire de Chine et membre suppléante de la commission de l'agriculture et du développement rural (AGRI). Elle participe à la commission temporaire sur le changement climatique à partir de mai 2007[7].

Elle est candidate à sa réélection aux élections européennes de 2009, deuxième sur la liste du Mouvement démocrate menée par Robert Rochefort dans la circonscription Sud-Ouest de la France, mais elle n'est pas réélue[réf. souhaitée].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]