Anne-Pierre-Jacques Devismes du Valgay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anne-Pierre-Jacques de Vismes[1] Sieur du Valgay, Ecuyer, cordon de Saint Denis en 1816 né en 1745 à Paris, mort en avril 1819 à Caudebec, est un homme de lettres et musicographe français. Son père Pierre Martin de Vismes, chevalier secrétaire du roi en 1757, lui-même fils de Pierre Sr Devysmes, écuyer Lieutenant de cavalerie au régiment royale de Chartres Conseiller procureur du Roi en la Monnaie d'Amiens. Son Frère Joseph chevalier de Saint Louis Louis Lieutenant colonel gouverneur de Bitche, il est cousin par alliance aux Rohan Chabot

Devismes était sous-directeur des fermes lorsqu’il soumissionna, en septembre 1777, la régie de l’Académie royale de musique. Ses offres, qui furent acceptées, portaient qu’il donnerait un cautionnement de 500 000 francs, que la ville de Paris lui payerait une indemnité annuelle de 80 000 francs et que son privilège s’étendrait à douze années.

Entré dans l’exercice de sa concession le 1er avril 1778, il y déploya une grande activité. En moins d’un an, il reprit les principales œuvres de Lully, de Rameau et de Gluck, fit venir la première troupe de bouffons qu’on ait entendue à Paris, commença à habituer le public aux intermèdes musicaux de Paisiello, d’Anfossi et donna deux opéras de Piccinni, Roland et Atys.

La représentation de ces deux pièces fit éclater l’orage qu’avaient soulevé contre Devismes ses essais de réforme dans les abus qui viciaient l’administration. Lullistes, ramistes et gluckistes se réunirent contre la nouvelle musique, et les piccinistes, bien que soutenus par la reine, furent impuissants à garantir Devismes des attaques de ses ennemis. Aux épigrammes succédèrent les cabales; des amateurs puissants par leur richesse ou par leur position, le financier La Borde, les agents du ministre Maurepas, empiétaient sur son autorité. Lorsqu’il offrit de résilier son bail, le Conseil d’État accepta sa demande (19 février 1779). Il resta cependant administrateur, mais sous la dépendance du prévôt des marchands. Les intrigues ne cessèrent pas, et le Conseil d’État, par arrêt du 17 mars 1780, lui enleva ses fonctions et retira le privilège de l’Opéra à la ville pour le rendre au roi en déclarant que Devismes « n’avait pas les connaissances requises ».

Devismes revint à l’Opéra en 1799, en qualité de coadministrateur. Il en devint directeur le 18 mars 1800 pour voir ses fonctions supprimées par arrêté du 28 décembre suivant. Il se retira alors en Normandie, où il mourut.

On a de lui Pasilogie, ou la Musique considérée comme langue universelle ; Paris, 1806, in--8 ° ; Éléonore d’Amboise, duchesse de Bretagne, roman historique, Paris, 1807, 2 vol. in-12, Recherches nouvelles sur l’origine et la destruction des pyramides d’Égypte, suivies d’une Dissertation sur la fin du globe terrestre, Paris, 1812, in--8 °.

Il a donné au théâtre Montansier deux opéras-comiques, la Double récompense, Eugène et Lanval, tous deux représentés en 1800.

Il était le frère du auteur dramatique et librettiste Devismes de Saint-Alphonse. Sa femme, Jeanne-Hypolyte Moyroud, née vers 1767 à Lyon, a composé la musique de Praxitèle, donné à l’Opéra en 1800.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Ou Devismes.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Ferdinand Hoefer, Nouvelle Biographie générale, t. 46, Paris, Firmin-Didot, 1866, p. 298-9.

Liens externes[modifier | modifier le code]