Anna et le Roi (film, 1999)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anna et le Roi.

Anna et le Roi

Titre original Anna and the King
Réalisation Andy Tennant
Scénario Steve Meerson
Peter Krikes
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Sortie 1999
Durée 148 minutes (2h28)

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Anna et le Roi (Anna and the King) est un film américain de Andy Tennant sorti en 1999.

Comme de nombreux autres films et téléfilms, il est librement adapté de l'histoire d'Anna Leonowens, une professeur d'anglais au Siam, aujourd'hui connu sous le nom de Thaïlande, au XIXe siècle.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le film suit l'histoire d'Anna Leonowens et du roi de Siam Mongkut (Rama IV). Anna, veuve depuis peu, vient au Siam avec son fils Louis pour enseigner l'anglais aux enfants du Roi. Intelligente, et dotée d'un fort tempérament, elle plaît beaucoup au roi qui veut à la fois moderniser son pays, le protégeant des menaces du colonialisme (notamment britannique et français, présent alors en Indochine et en Birmanie), et protéger la plupart des anciennes traditions donnant au Siam son identité.

Anna est enchantée par les enfants du roi, particulièrement la princesse Fa-Ying, et lorsque celle-ci vient à mourir du choléra, les deux personnages principaux du film deviennent intimement liés. Ce lien qui les unit va être mis à rude épreuve lors de l'exécution d'une des concubines du roi, Tuptim, et de son amant. Désireuse de revoir son premier amour, devenu moine, elle se rase la tête et se fait elle-même moine bouddhiste; découverte, elle est faussement accusée d'avoir eu une relation sexuelle avec le moine (son présumé complice). Les deux ont la tête tranchée, malgré la tentative publique et maladroite d'Anna pour sauver la jeune Tuptim : le roi ne peut se permettre de perdre la face aux yeux de son peuple (et de passer pour un faible en écoutant les supplications d'une gouvernante, anglaise qui plus est).

En effet, malgré la brillante cérémonie organisée par Anna en l'honneur des Britanniques présents au Siam afin d'en faire des alliés, le moment est crucial. Le roi s'apprête à déclarer la guerre à la Birmanie (alors sous protectorat britannique) car depuis peu, le Siam est victime d'attaques près de sa frontière commune avec ce pays... mais contrairement à ce que le Roi et ses ministres pensent, il ne s'agit pas là d'une manœuvre des Britanniques mais bien d'une trahison par son général en chef Alak, qui empoisonne son propre régiment, loyal au roi, pour récupérer les uniformes siamois et en vêtir ses troupes, et tue le frère du roi (le prince Chaofa). Les intentions d'Alak sont claires: bouter les étrangers hors du royaume, et conquérir la Birmanie (pour réaliser un ancien rêve exprimé par un roi siamois). Grâce à un Anglais toutefois, représentant la Compagnie des Indes Orientales britannique et qui a donc tout intérêt à rester dans le pays, le complot est mis à nu. Dès lors le roi et sa famille tentent de fuir la désormais vulnérable capitale du royaume (Bangkok), et de gagner le monastère où le roi a passé la plus grande partie de sa vie. Prétextant la recherche d'un éléphant blanc, symbole de prospérité, la famille royale se met en marche, avec Anna qui, convaincue par le Premier ministre et malgré son profond chagrin pour Tuptim, décide de soutenir le roi (et très probablement d'empêcher son assassinat).

Rattrapé par l'armée rebelle d'Alak, les gardes du corps du roi décident alors de faire sauter un pont pour ralentir la progression de l'ennemi, et pour donner du temps aux renforts (alors au Nord, amassés à la frontière birmane). Dans une scène d'un grand suspense, le roi garde son flegme, en tentant d'attirer le général Alak sur le pont pour le faire sauter et lui avec. Mais Anna, contrairement aux ordres du roi, et plutôt que de fuir vers le monastère, décide alors de sauver l'homme qu'elle aime et, grâce à son fils Louis, réussit à persuader l'ennemi de la présence derrière le roi d'une importante force britannique (les feux d'artifices donnant l'illusion d'un déluge de fusées Congreve, alors utilisées par l'armée britannique en tant qu'arme offensive, tandis que le clairon sonné par Louis parfait ce stratagème). L'armée rebelle fuit alors, tandis qu'Alak dans un dernier élan tente d'abattre le roi avec un mousquet, mais un fidèle garde du corps provoque alors l'explosion du pont alors qu'Alak y est encore dessus).

La scène finale, après une touchante représentation théâtrale des enfants, a lieu à Bangkok, alors qu'Anna se résigne à partir, ne pouvant bien sûr épouser l'homme qu'elle aime, tandis que le roi ne peut non plus épouser une gouvernante anglaise. On découvre alors l'identité du narrateur, qui n'est autre que le futur roi (alors prince et ami proche de Louis Leonowens) Chulalongkorn, et qui dans une dernière phrase résume comment une seule femme a pu autant illuminer le Siam.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

Distribution[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]