Anna Timireva

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anna Vassilievna Timireva ou Timiriova (en russe : Анна Васильевна Тимирёва), née Safonova le 18 juillet 1893 à Kislovodsk et décédée le 31 janvier 1975, est une poétesse russe, fille de Vassili Safonov, compagne de l'amiral Koltchak, mère du peintre Vladimir Timirev (en). Elle fut plusieurs fois arrêtée du temps de l’Union soviétique.

Anne Vassilievna Safonova, épouse Timireva.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anna Safonova est née dans la famille du célèbre musicien et directeur du Conservatoire de Moscou, Vassili Safonov. Kislovodsk est une station thermale russe du kraï de Stavropol, dans le nord du Caucase. À la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, Kislovodsk accueille beaucoup d'artistes, de musiciens et de membres de l'aristocratie russe.

En 1906, la famille s'installe à Saint-Pétersbourg, où Anna obtient un diplôme de l'école de la princesse Anna Obolensky et apprend le dessin et la peinture avec Zeidenberg. Elle parle couramment le français et l'allemand. Anna Safonova, en 1911, se marie avec un officier de marine, Sergueï Timirev. En 1914, ils ont un fils, Vladimir[1].

En 1915, Anna rencontre l'amiral Koltchak. Elle est l'épouse de son ami le plus proche, mais devient l'amour de sa vie. Ils ne se séparent pratiquement plus, jusqu'en 1920, à la mort de l'amiral.

Dans les années 1918-1919, elle est traductrice au département de l'Office des affaires du Conseil des ministres, du gouvernement russe de Sibérie.

L'amiral Koltchak pendant la 1re guerre mondiale.

Anna Timireva, au moment de l’arrestation de l'amiral Koltchak, va voir les bolcheviks et leur déclare : « Arrêtez-moi. Je ne peux pas vivre sans lui ». Elle est libérée en octobre 1920.

Cela ne dure pas, car elle est de nouveau arrêtée en mai 1921 et envoyée dans un camp de concentration. Le scénario se répète en 1922, en 1925, 1935. Lors des grandes purges staliniennes, en 1938, elle est déportée pendant huit ans, car elle est accusée d'être une ennemie de l'État soviétique. Vladimir, son fils unique est exécuté en 1938, pour l'unique motif d'être le beau-fils de Koltchak, alors qu’il est le fils de Timerev et que sa mère est remariée avec un autre homme.

Elle n'a pas le droit de vivre dans les quinze plus grandes villes de Russie, jusqu'en 1960. Entre ses arrestations, elle travaille comme bibliothécaire, archiviste et accessoiriste dans un théâtre. Elle a le paludisme. Après sa libération, elle et son deuxième mari vivent à Rybinsk. Elle est encore emprisonnée en 1949.

Elle retravaille comme peintre dans un théâtre local et, après sa réhabilitation, ils peuvent enfin s’installer à Moscou. Dans la seconde moitié du XXe siècle, Anna travaille comme consultante pour Serge Bondartchouk et son Guerre et Paix qui passe sur les écrans en 1966.

Elle est décédée le 31 janvier 1975 à Moscou. Elle est enterré au cimetière Vagankovo.

Anna Timireva au cinéma[modifier | modifier le code]

Elizaveta Boïarskaïa est Anna Timireva dans le film Amiral.

Son rôle est joué à l’écran par Veronika Izotova dans la série Le Cheval blanc (en russe : Конь белый), en 1993, et par Elizaveta Boïarskaïa dans le film Amiral.

La principale chanson originale pour le film Amiral s'appelle Anna. Elle est interprétée par la chanteuse russe Victoria Dayneko (en). La musique de la chanson a été composée par Igor Matvienko et le poème lui-même a été écrit par Anna Timireva en mémoire de l'amiral.

Livres[modifier | modifier le code]

  • Lettres de Timirev à Koltchak, le 18 juillet, 1916 - 17-18 mai 1917 à Saint-Pétersbourg, Dmitri Boulanine, 2002.
  • Ne pas haïr, mais aimer (Poèmes en souvenir de A.V. Kniper). Kislovodsk: Grace, 2003.
  • Tcherkassov, George, Koltchak et Timireva. Moscou: Vagrius, 2006.
  • Le miel, mon amour, Anna V. ... TF Pavlova, FF Perchenok, IK Safonov, Chemin de Russie / Progrès-Tradition 1999.
  • Vladimir Maximov, Uno sguardo nell'abisso, Spirali Uno sguardo nell'abisso

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Peter Fleming, Le Destin de l'amiral Koltchak, Plon, Paris, 1967, p. 265.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]