Anna Magdalena Bach

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait présumé de Jean-Sébastien et Anna Magdalena Bach, 1736[1]

Anna Magdalena Bach née Wilcke (* Zeitz, 22 septembre 1701 - † Leipzig, 27 février 1760) est une chanteuse et musicienne allemande qui fut la seconde épouse de Johann Sebastian Bach.

Biographie[modifier | modifier le code]

Anna Magdalena était la plus jeune fille d'un trompettiste travaillant pour la cour de Saxe-Weissenfels nommé Johann Kaspar Wilcke. Quant à sa mère, Margaretha Elisabeth Liebe, elle était fille d'un organiste. Elle était arrivée en 1720 à Köthen comme soprano à la cour du Prince Leopold d'Anhalt-Köthen. Elle y connut Johann Sebastian Bach qui était depuis décembre 1717 le maître de chapelle du prince. Bach étant devenu veuf par le décès de sa première épouse Maria Barbara survenu le 7 juillet 1720, il se remaria avec Anna Magdalena à Köthen le 3 décembre 1721. Bach avait alors quatre enfants survivants de son premier mariage, entre 13 et 6 ans.

Petit livre de notes d'Anna Magdalena

Le mariage fut heureux, les deux époux ayant en commun l'amour de la musique. Johann Sebastian écrivit de la musique à l'usage de sa femme et notamment les deux Petits livres de notes d'Anna Magdalena Bach. Elle l'aidait également dans ses travaux de copie et de transcription et il est possible qu'elle soit l'auteur de certains morceaux attribués à son mari[réf. nécessaire]. Le foyer familial était un lieu convivial où l'on organisait régulièrement des soirées musicales, en famille et avec les amis, les élèves, les invités.

Ils eurent ensemble treize enfants entre 1723 et 1742, parmi lesquels sept moururent en bas âge. Deux fils furent des musiciens de talent.

  1. Christiania Sophia Henrietta (* Leipzig printemps 1723 - † Leipzig 29 juin 1726)
  2. Gottfried Heinrich (* Leipzig 26 février 1724 - enterré à Naumburg le 12 février 1763)
  3. Christian Gottlieb (baptisé à Leipzig le 14 avril 1725 - † Leipzig 24 août 1728)
  4. Elisabeth Juliana Friederica, surnommée «Liesgen» (baptisée à Leipzig le 5 avril 1726 - † Leipzig 24 août 1781)
  5. Ernestus Andreas (baptisé à Leipzig le 30 octobre 1727 - † Leipzig 1er novembre 1727)
  6. Regina Johanna (baptisée à Leipzig le 10 octobre 1728 - † Leipzig 25 avril 1733)
  7. Christiania Benedicta (baptisée à Leipzig le 1er janvier 1729 - † Leipzig 4 janvier 1730)
  8. Christiania Dorothea (baptisée à Leipzig le 18 mars 1731 - † Leipzig 31 août 1732)
  9. Johann Christoph Friedrich, le Bach de Bückeburg (* Leipzig 21 juin 1732 - † Bückeburg 26 janvier 1795)
  10. Johann August Abraham (baptisé à Leipzig le 5 novembre 1733 - † Leipzig 6 novembre 1733)
  11. Johann Christian, le Bach de Milan ou de Londres (* Leipzig 5 septembre 1735 - † Londres 1er janvier 1782)
  12. Johanna Carolina (baptisée à Leipzig le 30 octobre 1737 - † Leipzig 18 août 1781)
  13. Regina Susanna (baptisée à Leipzig le 22 février 1742 - † Leipzig 14 décembre 1809)

Après la mort de son mari en 1750, les fils s'étant dispersés, Anna Magdalena resta seule avec ses deux plus jeunes filles et Catharina Dorothea, l'aînée du premier lit. Les autres membres de sa famille ne se préoccupèrent pas d'elle et elle vécut progressivement dans la précarité, vivant de subsides ou de legs jusqu'à sa mort. Des légendes rapportent qu'elle quêtait à la sortie des églises, la confusion venant du fait que les « aumônes » de l'époque correspondaient en fait à des allocations de la municipalité et de l'université. Pendant la guerre de Sept Ans, ces subsides s'arrêtant, la municipalité lui acheta plusieurs œuvres manuscrites de son mari.

Son autobiographie fictive La petite Chronique d'Anna Magdalena Bach a été rédigée en 1930 par l'écrivain Esther Meynell. Ce portrait sentimental de la vie familiale de Bach se base sur peu de sources et a peu à voir avec la personnalité d'Anna Magdalena Bach. Une adaptation théâtrale de cette œuvre pour quatre comédiennes et une pianiste a été créée par la Compagnie du Passage - Hélène Darche en 2010. Une anthologie de documentations sur Anna Magdalena Bach a été publiée par Maria Hübner en 2005, Anna Magdalena Bach. Ein Leben in Dokumenten und Bildern, complété par un essai biographique de Christoph Wolff.

Un film Chronik der Anna Magdalena Bach a été réalisé par les cinéastes Danièle Huillet et Jean-Marie Straub, en 1967.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. L'historien Teri Noel Towe estime qu'il peut s'agir d'un portrait de Bach et de son épouse npj.com.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Lesage, Anna Magdalena Bach et l’entourage féminin de Jean-Sébastien Bach, Papillon,‎ 2011, 304 p. (ISBN 9782940310432)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]