Ann Alexander

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Chasse au cachalot : une baleinière tout près de l'animal en premier plan, un baleinier dans le fond.

L’Ann Alexander était un baleinier de New Bedford (Massachusetts) qui a été défoncé et coulé par un cachalot blessé le 20 août 1851 près des îles Galápagos, une trentaine d'années après l'incident notable dans lequel l'Essex avait été coulé par un animal de la même espèce.

Coulé par un cachalot[modifier | modifier le code]

Après que le cétacé a déjà détruit deux des baleinières dans ses mâchoires, il perfore l’Ann Alexander sous la ligne de flottaison et le navire est abandonné. L'équipage est secouru le 22 août 1851 par le Nantucket.

À peine quelques mois plus tard, le 18 octobre 1851 et le 14 novembre 1851, sont publiées les premières éditions du grand roman de Herman Melville sur la chasse à la baleine, Moby Dick. Ce roman est basée sur un incident similaire impliquant l'Essex, et qui avait eu lieu une génération plus tôt, en 1820.

Réaction de Melville[modifier | modifier le code]

Melville commentera ainsi l'incident : « Dieux ! Quel critique fait ce cétacé de l’Ann Alexander. Ce qu'il a à dire est court et concis et très au point. Je me demande si mon mauvais art a soulevé ce monstre[Note 1]. »

Devenir du cétacé[modifier | modifier le code]

« Cinq mois après la catastrophe cette baleine pugnace a été capturée par le Rebecca Sims… Deux des harpons de l’Ann Alexander ont été trouvés en lui et sa tête avait subi de graves blessures, des morceaux de bois du navire plantés en elle. Le cétacé donna 70 ou 80 barils d'huile[Note 2]. »

Arrivée à la bataille de Trafalgar[modifier | modifier le code]

L’Ann Alexander, construit en 1805, était aussi connu pour arriver sur les lieux de la bataille de Trafalgar pour ravitailler les troupes.

« Le capitaine Snow au commandement du navire Ann Alexander tombé hors du cap Trafalgar, avec la flotte anglaise, quelques jours après la bataille de Trafalgar, entre la flotte anglaise et les flottes de France et d'Espagne, qui a eu lieu le 21 octobre 1805[Note 3]. » […] Le navire « était en voyage de New York à Livourne avec une cargaison de marchandise générale, composée de farine, de tabac, de sel, de poisson, de bois, etc[Note 4]. »

« Comme la flotte de Nelson revenait victorieuse, mais dévastée après la bataille de Trafalgar en 1805, l’Ann Alexander de New Bedford navigua à sa rencontre, transportant pommes, farine et bois — juste ce dont avaient besoin des marins affamés et blessés[Note 5]. »

Piraterie[modifier | modifier le code]

En 1807, lors d'un voyage depuis St Ives (Cornouailles, Angleterre) à Livourne, l’Ann Alexander a été pris à deux reprises par des corsaires espagnols, et une fois par un Man'o'war anglais[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Citation originale en anglais : « Ye Gods! What a commentator is this Ann Alexander whale. What he has to say is short & pithy & very much to the point. I wonder if my evil art has raised this monster[1]. »
  2. Citation originale en anglais : « Five months after the disaster this pugnacious whale was captured by the Rebecca Sims... Two of the Ann Alexander’s harpoons were found in him and his head had sustained serious injuries, pieces of the ship's timbers being imbedded in it. The whale yielded 70 or 80 barrels of oil[2]. »
  3. Citation originale en anglais : « Capt. Snow in command of ship Ann Alexander fell in off Cape Trafalgar with the English fleet a few days after the battle of Trafalgar, between the English fleet and the fleets of France and Spain, which occurred Oct. 21, 1805[3]. »
  4. Citation originale en anglais : « was on a voyage from New York to Leghorn with a cargo of general merchandise, consisting of flour, tobacco, salt, fish, lumber, etc[3]. »
  5. Citation originale en anglais : « As Nelson's fleet lay victorious but battered after the Battle of Trafalgar in 1805, the Ann Alexander of New Bedford sailed into view, carrying apples, flour, and lumber -- just what hungry sailors and damaged ships needed[4]. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Melville's Reflections », sur The Life and Works of Herman Melville
  2. (en) Thomas H. Jenkins, Bark Kathleen sunk by a whale, to which is added an account of two like occurrences, the loss of ships « Ann Alexander » and « Essex », New Bedford, Hutchinson,‎ 1902 (lire en ligne), p. 31–34
  3. a, b et c (en) Representative men and old families of southeastern Massachusetts, Containing historical sketches of prominent and representative citizens and genealogical records of many of the old families, vol. 3, J.H. Beers & Co,‎ 1912 (lire en ligne), p. 1438
  4. (en) « New Bedford Whaling Museum, Research », sur From Old Dartmouth to Modern New Bedford, New Bedford Whaling Museum

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Clement Cleveland Sawtell, The Ship « Ann Alexander » of New Bedford, 1805-1851, Mystic, The Marine Historical Association,‎ 1962 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]