Années 770

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

VIIe siècle | VIIIe siècle | IXe siècle

Années 750 | Années 760 | Années 770 | Années 780 | Années 790

770 | 771 | 772 | 773 | 774 | 775 | 776 | 777 | 778 | 779


Événements[modifier | modifier le code]

Roland à Roncevaux, gravure pour l'Histoire de France de François Guizot, par Alphonse-Marie-Adolphe de Neuville, 1883.

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Adrien Ier - Beatus de Liébana - Charlemagne - Cynewulf de Wessex - Didier de Lombardie - Kōnin - Léon IV le Khazar - Telerig (khan) - Widukind de Saxe

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

  • Apparition de la numération arabe. Utilisation du zéro (sifr : vide) connu par les Indiens.
  • Une école de droit arabe est fondée à Médine par Mâlik ibn Anas.
  • Mise au point de l’écriture minuscule « caroline » à Corbie à partir d’une minuscule anglo-saxonne. Grâce à cette calligraphie plus claire et plus nette, de nombreux manuscrits sont recopiés.
  • En 774, le roi Offa de Mercie frappe des monnaies d’or imitées des monnaies arabes[1]. Sous son règne (757-796), le commerce anglais prospère avec les pays de la Méditerranée (dont l’Islam) et l’Europe du Nord.
  • Généralisation de la dîme et du système des missi dominici en Gaule du nord.
  • Alcuin écrit un traité de musicographie, De Musica, aujourd'hui perdu, où il expose les théories de son époque[2].

Religion[modifier | modifier le code]

  • Réforme de la liturgie dans le royaume franc : En 774, Charlemagne demande au pape une collection complète des textes conciliaires et décret pontificaux pour unifier la législation ecclésiastique sur un texte de base[3].
  • L’abbaye de Fulda envoie de 70 à 80 missionnaires en Saxe de 775 à 777.
  • En Tunisie, la Grande Mosquée de Kairouan, qui est le plus important édifice religieux du Maghreb, est reconstruite une nouvelle fois par le gouverneur abbasside Yazid ibn Hatim en 774[4].

Archéologie[modifier | modifier le code]

  • Habitat rural de Villiers-le-Sec[5], où a été découvert un hameau de trois maisons, chacune constituant avec leurs dépendances l’unité d’habitation d’une manse dépendant de l’abbaye de Saint-Denis. Ce sont des maisons hautes et spacieuses, (environ 12,50 m sur 5,50 pour la plus grande), avec une structure de poutres, des murs en claies remplies d’argile et des toits de paille, construites à quelques dizaines de mètres les unes des autres sur la route de Paris à Amiens. Une partie de la construction pouvait servir d’étable, directement en communication avec l’habitation. Un foyer dallé est creusé dans le sol en terre battue et la fumée s’échappe par un trou dans le toit. Une des maisons est pourvue d’une forge, une autre d’un grenier ou une grange aussi grande que l’habitation et de plusieurs annexes dont un four, la troisième d’un robuste grenier quadrangulaire et d’une fosse d’un mètre de profondeur couverte d’un toit, dans laquelle est monté un métier à tisser (laine et surtout lin). Les maisons ont des fenêtres, fermées par des huisseries en bois, et au moins une porte. Des fosses creusées à l’extérieur servent de silo à céréales. Le pain et cuit dans un four creusé dans la terre à côté de la maison, les autres aliments sur le foyer intérieur dans des récipients de terre cuite.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Arthur Engel, Raymond Serrure Traité de numismatique du Moyen Âge. Tome 1 Adamant Media Corporation (ISBN 1421209683 et 9781421209685)
  2. Michel Poizat Vox populi, vox Dei : voix et pouvoir Éditions Métailié, 2001 (ISBN 2864243830 et 9782864243830)
  3. François-Pierre-Guillaume Guizot Cours d'histoire moderne Méline, 1843
  4. Alexandre Lézine, Architecture de l'Ifriqiya, recherches sur les monuments aghlabides, éd. C. Klincksieck, 1966, p. 70
  5. Noëlle Deflou-Leca, Alain Dubreucq Sociétés en Europe: mi VIe-fin IXe siècle Atlande, 2003 (ISBN 2912232392 et 9782912232397)