Années 420

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

IVe siècle | Ve siècle | VIe siècle

Années 400 | Années 410 | Années 420 | Années 430 | Années 440

420 | 421 | 422 | 423 | 424 | 425 | 426 | 427 | 428 | 429


Événements[modifier | modifier le code]

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Religion et philosophie[modifier | modifier le code]

Art et culture[modifier | modifier le code]

Fibules du trésor de Szilágysomlyó
  • 422-432 : construction de l'église Sainte-Sabine de Rome.
  • 424 : construction de l'église Saint-Jean l’Évangéliste à Ravenne.
  • 424-425 : trésors de Szilágysomlyó (Transylvanie), composés de fibules d’or et d’argent ornées de pierreries, attribués aux Gépides en fuite, installés depuis le IIIe siècle dans les vallées de la Tisza supérieure, du Szamos et de la Kraszna.
  • Découverte d’offrandes funéraires destinées à de haut dignitaires huns en Hongrie (sites de Pécs-Üszögpuszta, Bátaszék et Pannanhalma) : pièces de harnachement (ferrets et pendentifs de bride, mors en fer à aiguille dorées, garnitures de selle en or), armes (pointes de flèches à trois ailettes, pointe de lance en fer, longue épée, petits arcs de parade couverts de tôles d’or), plaques-boucles cloisonnées (de ceinture, de bottes, de suspension d’épée).
  • Trésor de la tombe de Szeged-Nagyszéksos (non datée exactement) : torque d’or massif de 401 g, plaques-boucles, vêtements cousus de fil d’or et paillettes d’or, garniture en or d’un fourreau d’épée, d’un arc d’apparat, d’un carquois, de selles, récipients (coupes d’électrum…).
  • Découverte de quelque 25 chaudrons hunniques de bronze ou fragments du fleuve Ob jusqu’à Troyes, dans l’aire d’expansion (pour les régions conquises) et l'aire commerciale des Huns. Leur technologie et leur ornementation sont d’origine chinoise. Les plus nombreux ont été retrouvés dans les plaines de la rive gauche du bas Danube et dans le bassin de Tisza et du Danube en Hongrie, les deux centres du pouvoir hunnique. Ces chaudrons, hauts de 35 cm à un mètre, sont tenus pour des récipients sacrificiels, utilisés pour des offrandes, parfois liés à des inhumations[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Le Bas, France : Dictionnaire encyclopédique, vol. 9, Paris, Firmin Didot frères,‎ 1843 (présentation en ligne)
  2. Jean-Marie Salamito, Les virtuoses et la multitude : aspects sociaux de la controverse entre Augustin et les pélagiens, Éditions Jérôme Millon,‎ 2005 (ISBN 9782841371686, présentation en ligne)
  3. René Nouailhat, Saints et patrons : les premiers moines de Lérins, Presses Univ. Franche-Comté,‎ 1988 (ISBN 2251603824, lire en ligne)
  4. István Bóna, Les huns : le grand empire barbare d'Europe (IVe-Ve siècles), Errance,‎ 2002 (présentation en ligne)