Années 1280

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

XIIe siècle | XIIIe siècle | XIVe siècle

Années 1260 | Années 1270 | Années 1280 | Années 1290 | Années 1300

1280 | 1281 | 1282 | 1283 | 1284 | 1285 | 1286 | 1287 | 1288 | 1289


Évènements[modifier | modifier le code]

Personnages significatifs[modifier | modifier le code]

Culture et religion[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Inventions, découvertes, introductions[modifier | modifier le code]

Art et culture[modifier | modifier le code]

  • Le philosophe juif espagnol Rashba (Rabbi Shlomo ben Adret) tranche la « question de Maïmonide » qui divise la communauté juive : les jeunes juifs doivent pratiquer le Talmud et ses commentaires autorisés de la tradition tosafiste (ceux « qui ajoutent » des commentaires au Talmud), puis après l’âge de vingt ans, sous la surveillance d’un maître, ils peuvent lire Maïmonide, voire Aristote et Averroès.
  • En réaction avec la diffusion des idées rationalistes de Maïmonide, les Cabalistes, suivis par le petit peuple juif, propagent une doctrine mystique en faveur de la foi, de la vie intérieure, de l’adhésion de l’âme et non de l’intelligence à la croyance divine (Josef ha-Cohen de Soria, Josef Gikatila d’Aragon, Todros de Tolède, Abraham Abulafia de Tudela). Le livre le plus célèbre est le Zohar (« Le Livre des Splendeurs ») écrit en araméen tardif, anonyme, se référant à simon bar Yohaï, maître de Méron en Haute-Galilée au début de l’ère talmudique, l’un des premiers prédicateurs de l’extase et de l’adhésion mystique. Le Zohar serait en fait l’œuvre du castillan Mossé de León (vers 1280-1300)[4].
  • Andronic II Paléologue ressuscite l’université de Constantinople sous le nom de Musée (Mouseion), placée sous l’autorité du Grand Logothète[5].
  • Propagation de la culture germanique en Bohême sous le règne de Wenceslas II.

Littérature[modifier | modifier le code]

Jérusalem, enluminure du Descriptio Terrae Sanctae, 1283

Arts plastiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Décennie 1280 en architecture.

Économie et société[modifier | modifier le code]

  • Kubilai Khan fait améliorer le réseau routier en Chine et en Mongolie. Il fait réparer les routes abîmées pendant les guerres. Des arbres bordent les chaussées. Il fait construire des caravansérails et des relais dans lesquels 200 000 chevaux sont à la disposition des messagers. Pour ravitailler Pékin, il fait rétablir et prolonger le canal impérial reliant la ville avec la mer[10]. Il rétablit le système des greniers d’abondance pour parer aux famines.

Europe[modifier | modifier le code]

  • Arrêt des défrichements en France.
  • Stabilité des récoltes de l’abbaye de Saint-Denis entre 1284 et 1342, hormis de brefs accidents climatiques[11].
  • Sous Philippe le Bel, les revenus totaux de l’État atteignent 46,4 tonnes d’équivalent argent dont 39 % fournis par le domaine, le reste par « l’extraordinaire » (impôts irréguliers).
  • Nouveau recensement de tous les domaines et des revenus de tous les seigneurs du royaume d'Angleterre en 1279-1280 (Hundred Rolls) : 46 % des paysans anglais ne disposent plus que d’une exploitation égale où inférieure à six hectares. Dès la fin du XIIIe siècle, 36 % des paysans anglais disposent à peine du minimum vital nécessaire à entretenir leur famille (4 à 5 ha).
  • Les Frescobaldi, banquiers italiens, avancent 122 000 livres aux Plantagenêt de 1280 à 1310.
  • Denis Ier de Portugal développe l’agriculture (plantation de pins pour construire la flotte), le commerce et l’industrie.
  • Au Portugal, les Juifs sont regroupés en sept districts (Tras os Montes, Viseu et Covilhã, Beira, Santarém, Evora ou Alentejo, Faro ou Algarve), dirigés chacun par un arrabi menor, qui désignent l’arrabi mor (Grand Rabin), plus vraisemblablement nommé par le roi sur leur proposition. C’est un personnage considérable, chargé de hautes fonctions économiques et administratives, conseiller et collaborateur du souverain[4].
  • Empire byzantin : à la mort de Michel VIII Paléologue, la crise rurale et les ponctions des Latins vident un Trésor déjà éprouvé par une politique ambitieuse menée pendant 20 ans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Encyclopédie ou Dictionnaire universel raisonné des connoissances humaines, par Fortunato Bartolomeo De Felice, Denis Diderot, Jean Le Rond d'Alembert, 1773
  2. L'Asie, source de sciences et de techniques, par Michel Soutif Publié par EDP Sciences Editions, 1995 (ISBN 2868834523 et 9782868834522)
  3. Le XIIIe siècle européen, par Léopold Génicot Publié par Presses universitaires de France, 1984 (ISBN 2130383424 et 9782130383420)
  4. a et b L'aventure séfarade, par Béatrice Leroy Publié par Flammarion, 1991 (ISBN 208081253X et 9782080812537)
  5. Éric Limousin, 100 Fiches d'histoire du Moyen Age : Byzance et le monde musulman, Editions Bréal,‎ 2005 (ISBN 2749505585, présentation en ligne)
  6. Analectabiblion, de Auguste François Louis Scipion de Grimoard-Beauvoir Du Roure de Beaumont-Brison
  7. Gesta Hungarorum: The Deeds of the Hungarians by Simon of Keza, a Court Cleric of the Hungarian King, Ladislas IV, par Simon Kézai, László Veszprémy, Frank Schaer, Jenő Szűcs Publié par Central European University Press, 1999 (ISBN 9639116319 et 9789639116313)
  8. Transhumances divines: récit de voyage et religion, par Sophie Linon-Chipon, Jean-François Guennoc, Alain Blondy, Université de la Réunion, Conservatoire botanique de Mascarin Publié par Presses Paris Sorbonne, 2005 (ISBN 2840503662 et 9782840503668)
  9. Alfonso X and the Cantigas de Santa Maria: A Poetic Biography, par Joseph F. O'Callaghan Publié par BRILL, 1998 (ISBN 9004110232 et 9789004110236)
  10. Aller et venir : mythe et histoire, par Flora Blanchon, Centre de recherche sur l'Extrême-Orient de Paris-Sorbonne Publié par Presses Paris Sorbonne, 1998 (ISBN 284050099X et 9782840500995)
  11. Histoire de l'Ile-de-France et de Paris Par Michel Mollat, publié par Privat, 1971