Anguillicola crassus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Anguillicola crassus

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Quatre Anguillicola crassus

Classification
Règne Animalia
Embranchement Nematoda
Classe Secernentea
Ordre Spirurida
Sous-ordre Camallanata
Super-famille Chrysomeloidea
Famille Dracunculidae

Genre

Anguillicola
Yamaguti, 1935

Nom binominal

Anguillicola crassus
(Kuwahara, Niimi and Hagaki, 1974)

Anguillicola crassus, ou Anguillicoloides crassus, est un ver nématode marin, originaire d'Asie. C'est un endoparasite qui colonise la cavité abdominale de l'anguille et se fixe ensuite dans sa vessie natatoire.

Espèce invasive[modifier | modifier le code]

L'Anguillicola est un parasite naturel de l'anguille japonaise, où il semble causer peu de dommages[1]. En 1982, des aquaculteurs allemands auraient importé des anguilles japonaises, contaminant ainsi l'anguille d'Europe. L'invasion s'est faite à partir de l'Allemagne et de l'Italie au début des années 1980, et de la France depuis 1988. Le parasite aurait rejoint le Royaume-Uni vers 1987 à partir de souches continentales.
Le ver a ensuite gagné — probablement via la Mer des Sargasses — le Canada et les États-Unis[2].

Cycle de vie[modifier | modifier le code]

Le nématode adulte ingéré par une anguille se fait un chemin du tube digestif vers la vessie natatoire. Il y pond de nombreux œufs, qui seront rejetés via le tube digestif.
Les larves naissent en mer. Elles attendent sur les substrats (vase, sable...) d'être ingérées par un hôte intermédiaire, un copépode ou un autre crustacé, parfois un poisson. La larve évolue alors dans cet hôte jusqu'à ce qu'il soit mangé par une anguille et que le cycle recommence.

Conséquences[modifier | modifier le code]

L'Anguillicola crassus est une des causes de de la forte régression de l'anguille européenne, aujourd'hui considérée comme menacée de disparition. Elle y est peut être plus sensible en raison d'une immunité affaiblie par les nombreux polluants auxquels elle est exposée en mer et en rivière ainsi que dans les estuaires, et suite à la réduction du patrimoine génétique de la métapopulation européenne qui est déjà en déclin régulier depuis au moins 50 ans.

L'Anguilicola crassus semble affecter la survie, mais aussi la fertilité, de l’anguille. En dégradant les fonctions de la vessie natatoire, il rend probablement le voyage de l'anguille adulte vers les Sargasses incertain et par ailleurs affecte sa croissance. Une forte infestation conduit à la mort de l'anguille.
C'est une source probable de maladies opportunistes.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • F. Hartmann (1993): Untersuchungen zur Biologie, Epidemiologie und Schadwirkung von Anguillicola crassus Kuwahara, Niimi und Itagaki 1974 (Nematoda), einem blutsaugenden Parasiten in der Schwimmblase des europäischen Aals (Anguilla anguilla L.). Dissertation an der Universität Hamburg, Fachbereich Biologie (Texte complet en ligne)
  • Kennedy, C.R. (1993). Introductions, spread and colonization of new localities by fish helminth and crustacean parasites in the British Isles: a perspective and appraisal. Journal of Fish Biology, 43: 287-301.
  • Kennedy, C.R., & Fitch, D.J. (1990). Colonisation, larval survival, and epidemiology of the nematode Anguillicola crassus, parasite in the eel Anguilla anguilla in Britain. Journal of Fish Biology, 36: 117-131.
  • Koops, H., & Hartmann, F. (1989). Anguillicola infestations in Germany and in German eel imports. Journal of Applied Ichthyology, 1: 41-45.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nagasawa, K., Kim, Y., Hirose, H.: Anguillicola crassus and A. globiceps (Nematoda: Dracunculoidea) parasitic in the swimbladder of eels (Anguilla japonica and A. anguilla) in East Asia: a review. Folia Parasit., 1994; 41: 87-93.
  2. Document Ifremer (Consulté le 8 mai 2008 / voir notamment page 18/29)