Angleur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Angleur
Le pont des Grosses-Battes sur l’Ourthe
Le pont des Grosses-Battes sur l’Ourthe
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Liège Province de Liège
Arrondissement Liège
Commune Liège
Code postal 4031
Zone téléphonique 04
Démographie
Gentilé Angleurois(e)
Population 10 270 hab. (2008)
Densité 726 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 36′ 43″ N 5° 36′ 00″ E / 50.61182, 5.6000250° 36′ 43″ Nord 5° 36′ 00″ Est / 50.61182, 5.60002  
Superficie 1 415 ha = 14,15 km2
Localisation
Les trois quartiers d'Angleur :Rouge : Angleur Brun: Sart-Tilman Rose: Kinkempois
Les trois quartiers d'Angleur :
Rouge : Angleur
Brun: Sart-Tilman
Rose: Kinkempois

Géolocalisation sur la carte : Province de Liège

Voir sur la carte administrative de Province de Liège
City locator 14.svg
Angleur

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Angleur

Géolocalisation sur la carte : Belgique

Voir la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Angleur

Angleur est une section de la ville belge de Liège située en Région wallonne dans la province de Liège.

C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977 composée des quartiers actuels d'Angleur, de Kinkempois et du Sart Tilman.

Elle a une population de 10 270 habitants (2008).

Géographie[modifier | modifier le code]

Angleur est bordé au nord par l’A26/E25 et par l’Ourthe, un affluent de la Meuse.

Histoire[modifier | modifier le code]

Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Bien que des archéologues y aient fait des trouvailles antiques (notamment des bronzes du IIe siècle), la première mention du village émane d'une charte de 847 sous la forme Angledura. L'abbaye Saint-Rémy de Reims possédait alors certains revenus dans cette dépendance du domaine royal de Meerssen, près de Maastricht. Un bon siècle plus tard, la reine de France Gerberge y dispose encore de biens. Un premier château, à Colonster, a pu exister dès le IXe siècle mais Notger l'aurait fait raser.

Bas Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Les choses se précisent au début du XIVe siècle. C'est en effet dans une ferme encore existante (rue Ovide Decroly) qu'après de vilaines querelles, les représentants de la cathédrale, de la noblesse et du peuple signèrent la « Paix d'Angleur » en 1313. À la même époque, dans le quartier de Kinkempois, s'élevait un château relevant du prince-évêque (mentionné en 1318). Le chevalier et échevin Raes de Haccourt en est le premier seigneur connu. En 1331, il en cède l'usufruit à son fils Englebert avant que la forteresse ne passe à d'autres familles. L'abbaye Saint-Laurent finira par l'acquérir en 1459.

Fin de l'Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Si Saint-Laurent conserva Kinkempois jusqu'à la fin de l'Ancien Régime, en 1796, la forteresse de Colonster, reconstruite, passa d'abord de la famille des chevaliers des Prez à celle de l'écuyer et Maître de Liège Eustache de Chabat puis, en 1524, Érard de La Marck en hérita. Le château passa ensuite par mariage aux Horion qui le restaureront au XVIIe siècle, époque où ils sont également signalés comme seigneurs d'Angleur (dès 1613). Cette situation perdura jusque 1788.

Révolution industrielle[modifier | modifier le code]

En 1815, à la fin de la période française, Angleur n'était encore qu'un village de 835 habitants. Le percement par les Hollandais du canal de l'Ourthe et surtout l'apparition des fonderies de zinc de la Société anonyme de la Vieille Montagne (fondée en 1837) modifièrent profondément la commune. Ce type d'établissement métallurgique était à l'époque le plus important de toute l'Europe. Le chemin de fer suivit de peu et en moins d'un siècle, la population avait largement décuplé.

Le Charbonnage d'Angleur exploita par ailleurs la houille du sous-sol pendant tout le XIXe siècle.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

En 1910, Angleur comptait 10 953 habitants. C'est sur ses hauteurs, dans la nuit du 5 au 6 août 1914, sur le plateau du Sart Tilman, qu'eut lieu la première grande bataille de la guerre parmi celles qui se déroulèrent en Belgique. Lors du second conflit mondial, le poète angleurois Arthur Haulot se distingua avec d'autres dans la résistance. Les usines de la Vieille-Montagne et la gare de triage de Kinkempois furent alors très souvent la cible des bombardiers. Avant la deuxième guerre, sous l'impulsion de René Jadot et Gaston Brugmans, la commune crée un laboratoire de psycho-pédagogie destiné aux écoles de la commune. Ce laboratoire, sous la direction d'Andréa Jadoulle, une des disciples d'Ovide Decroly, sera célèbre dans le monde entier. Après la guerre et au départ du laboratoire, Andréa Jadoulle et Gaston Brugmans, associés au Bruxellois Jean Boeckx, créeront la branche belge des CEMEA (Centres d'entraînement aux méthodes d'éducation actives) qui participeront durant des décennies à la formation des éducateurs et des enseignants. Après guerre, la commune connut un long déclin industriel parallèlement au développement, sur son territoire, de l'Université de Liège. Le bourgmestre Davin, un socialiste, fut le dernier à exercer un mandat à Angleur avant la fusion de 1977. Au Sart-Tilman se situe depuis 1971 le Liège Science Park.

Sur les autres projets Wikimedia :

Personnalités liées à Angleur[modifier | modifier le code]

  • Victor Hubinon (1924-1979), dessinateur de bandes dessinées, né à Angleur.

Articles connexes[modifier | modifier le code]