Anglais américain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Anglais des États-Unis)
Aller à : navigation, rechercher

L’anglais américain (American English) désigne l'ensemble des dialectes et des accents de la langue anglaise parlée aux États-Unis d'Amérique. L’anglais américain se distingue de l’anglais britannique essentiellement par la prononciation et le vocabulaire mais aussi par l’orthographe et certaines règles de grammaire.

L'anglais britannique ne constitue pas la référence aux États-Unis, une langue dite anglo-américaine étant courante depuis le milieu du XIXe siècle. De nos jours, dans les écoles des États-Unis comme dans les chartes graphiques des maisons d'édition et des journaux américains, un usage non britannique est préconisé et fort suivi.

Proportion des locuteurs anglophones aux États-Unis d'après le recensement de 2000 et diverses sources. Le bleu foncé indique les plus hautes proportions.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les Anglais ont apporté leur langue en Amérique du Nord pendant le XVIIe siècle. Au cours de ce même siècle, se trouvaient également sur le continent des locuteurs néerlandais, français, espagnols, allemands, suédois, écossais, gallois, finnois et irlandais, outre les diverses langues indigènes.

Phonologie[modifier | modifier le code]

La phonologie de l’anglais américain est considérée comme plus conservatrice que celle de l’anglais britannique, sans doute en grande partie parce qu’elle représente un mélange de différents dialectes parlés en Grande-Bretagne il y a quelques siècles. Le parler de la côte orientale présente davantage de variétés qu'il n'en existe dans le reste du pays, peut-être parce que cette région a maintenu davantage de contacts avec l’Angleterre, et que les habitants de la côte orientale ont imité les accents anglais de l'époque.

L’intérieur du pays a été colonisé par des personnes qui déjà n’avaient plus de liens avec l’Angleterre (ou n'en ont jamais eu), et qui n’avaient plus accès à l’océan ; aussi ces régions ont-elles un parler plus homogène.

Dans l’anglais parlé dans la plupart de l'Amérique du Nord, on prononce le R dans toutes les positions. Au XVIIe siècle, c’était typique pour tous les anglophones. De nos jours, la majorité des pays anglophones ne prononcent pas le R à la fin d’une syllabe, celui-ci est donc considéré aujourd’hui comme un américanisme. Toutefois, il y a quelques accents américains qui ont aussi perdu le « R » à la fin, par exemple l’anglais new-yorkais, en Nouvelle-Angleterre et dans quelques régions au Sud des États-Unis (surtout les vieux ports sudistes comme la Nouvelle-Orléans, Mobile, Savannah et Charleston).

D’autres changements sont intervenus dans l’anglais britannique depuis le XVIIe siècle qui ne se retrouvent pas dans l’anglais américain.

Phonème ancien Phonème moderne (britannique) Mots avec ce phonème Notes
[æ] avant le [f], [s], [θ], [ð], [z], [v] ou après le [n] [ɑ] bath, dance Aussi [ɑ] en Nouvelle-Angleterre et aussi [æ] au Nord de l'Angleterre[1]
[t] en position intervocale [ʔ] bottle Le [ʔ] n'est pas présent dans tous les accents britanniques et il est aussi utilisé aux États-Unis[2],[3], ce que intervient dans le processus de devenir [ɾ]

D’autre part, on relève des changements en Amérique qui n'existent pas dans l’anglais britannique ni dans celui parlé internationalement :

Phonème ancien Phonème moderne (américain) Mots avec ce phonème Notes
[t] ou [d] en position intervocale [ɾ] bottle
[ju] juste après des consonnes alvéolaires [u] new, duke, Tuesday, suit, resume, lute /ju/ est aussi utilisé dans le Sud des États-Unis mais la prononciation du Nord commence à prendre sa place[4]
[e], [i], [u] avant le /ɹ/ [ɛ], [ɪ], [ʊ] pair, peer, poor N'est pas présent dans tous les accents
[ɛ] avant les consonnes nasales [ɪ] pen Au sud des États-Unis
[aɪ] avant le /t/ intervocal [ʌɪ] writer Au Canada et dans quelques États du Nord des États-Unis (comme le Minnesota)

Autres différences :

Les deux phonèmes /ɑː/ et /ɒ/ en anglais britannique ne représentent qu’un seul phonème en anglais américain : /ɑ/. Donc father et bother se prononcent avec la même voyelle.

Voici quelques exemples :

Mot français Traduction anglaise Prononciation
américaine
Prononciation
Received Pronunciation
(standard britannique)
terre earth [ɝθ] [ɜːθ]
eau water [ˈwɔɾɚ] [ˈwɔːtə]
manger to eat [it] [iːt]

Orthographe[modifier | modifier le code]

En 1828, l’Américain Noah Webster publia le premier dictionnaire de l’usage américain en y incluant des réformes de l’orthographe anglaise. Nombre de ses suggestions furent adoptées. De l’autre côté de l’océan Atlantique, d’autres réformes orthographiques entrèrent en vigueur, qui n'ont pas cours aux États-Unis, alors qu’au Canada ce sont grosso modo les règles britanniques qui sont suivies.

Règles d’orthographe[modifier | modifier le code]

  • La plupart des mots se terminant par -our en anglais britannique se terminent en -or en anglais américain.
    • Exemple : behaviour s’écrit behavior en anglais américain.
  • Cette règle s’applique aussi aux mots dérivés de mots en -our.
    • Exemple : de même que favour devient favor, favourite devient favorite.
    • Seuls les mots unisyllabiques (ex : four, your) et les mots étrangers (ex : glamour) font exception à la règle.
  • Les mots en -ence en britannique se terminent en -ense en américain.
    • Exemples : defence, offence, pretence deviennent respectivement defense, offense, pretense.
    • Exception : difference.
  • Les mots ayant la terminaison -tre en anglais britannique ont la terminaison -ter en américain.
    • Exemples : centre devient center, theatre devient theater.
  • Les mots ayant la terminaison -bre en britannique ont la terminaison -ber en américain.
    • Exemple : fibre est orthographié fiber aux États-Unis.
  • Beaucoup de verbes polysyllabiques en -ise se terminent en -ize en américain (terminaison issue du suffixe grec ancien -izein).
    • Exemple : to realise s'écrit to realize aux États-Unis.
    • Une petite vingtaine de mots ne suivent pas cette règle et restent inchangés, parmi eux : to advertise, to surprise, to disguise, to compromise (où le s ne provient pas d'un zêta grec)
  • Souvent (mais pas dans tous les cas) -ogue devient -og en américain.
    • Exemples : catalogue/catalog, dialogue/dialog.
  • Avant une terminaison en -er ou -ing, il n'y a pas de redoublement de la lettre l en américain.
    • Exemples : jeweller devient jeweler, travelling devient traveling
Quelques exemples de différences dans l’orthographe
Britannique Américain
- re (centre, theatre…) - er (center, theater…)
- ise (realise…) - ize (realize…)
- ogue (catalogue…) - og (catalog…)
- our (colour, harbour) - or (color, harbor)
South-East Southeast
sceptical skeptical
jewellery jewelry
licence license
tyre tire
mum mom
aeroplane airplane
aluminium aluminum
arse ass
behove behoove
bogeyman boogeyman
moustache mustache
disc disk
programme program
doughnut donut

Dans les réclames publicitaires américaines, on peut même trouver thru à la place de through, tonite à la place de tonight et while U wait à la place de while you wait.

Vocabulaire[modifier | modifier le code]

Nouveaux mots d’origine américaine[modifier | modifier le code]

Beaucoup de mots qui sont utilisés dans tout le monde anglophone sont d’origine américaine, par exemple :

  • O.K. : « bon », ou « suffisant » ; utilisé comme interjection, adjectif, et adverbe ;
  • teenager : adolescent âgé de 13 à 19 ans ;
  • belittle : rabaisser, dénigrer ;
  • blizzard : grande tempête de neige ;
  • gerrymander : découper les circonscriptions électorales.

Un nombre important de mots nés aux États-Unis sont passés dans l'anglais international :

  • termes politiques : caucus (« comité électoral »), filibuster (« obstruction parlementaire »), exit poll (« sondage de sortie des urnes »), landslide (a/ « avalanche », « raz-de-marée » ; b/ « victoire écrasante »), run for office (« se présenter aux élections ») ;
  • affaires et finances : employee (« employé »), breakeven (« seuil de rentabilité »), human resources (« ressources humaines »), blue chips (« valeurs sûres »), CEO (PDG), downsize (« réduire la taille de »), disintermediation (« suppression des intermédiaires ») ;
  • automobile : hatchback (« voiture à hayon »), compact car (« petite cylindrée »), sport utility vehicle (SUV, « VUS », pour « véhicule utilitaire sport », au Québec), crossover, station wagon (le franglais « break »), tailgate (« hayon »), motorhome (le franglais « camping car »), truck (« camion ») ;
  • verbes à postposition substantivés : backup (a/ « soutien » ; b/ « renforts » ; c/ « sauvegarde (informatique) »), stopover (« escale »), lineup (a/ « ligne d'attente » ; b/ « ordre de passage »), shakedown (a/ « fouille » ; b/ « extorsion »), tryout (a/ « essai d'un produit » ; b/ « audition d'un acteur »), spinoff (a/ « produit dérivé » ; b/ « filiale »), rundown (« récapitulatif », « topo »), shootout (« bataille rangée ») ;
  • constructions grammaticales : as of (« à compter de »), outside of, headed for (« faisant cap sur »), meet up with (« rejoindre », « retrouver »), not to lack for (« ne pas manquer de »), like to + base verbale (« aimer faire qqch. ») ;
  • expression familières : cool, screw up (tr. « faire foirer » ; intr. « merder »), fool around (« déconner »), nerd (a/ « crétin » ; b/ « mordu », « fana », « accro », « obsédé »), nip and tuck (« au coude à coude »), 24/7 (« 24 heures par jour », « 7 jours par semaine »), the heads-up (« les dernières informations »[5]) ;
  • parlé : get the hang of (« se familiariser avec »), make the grade (« se montrer à la hauteur »), take for a ride (« mener en bateau » - sens figuré), bark up the wrong tree (« faire fausse route », « se tromper de cible »[6]), keep tabs on (« tenir à l'œil »), run scared (« avoir peur » ; « craindre la défaite »[7]), take a backseat (« s'effacer »), have an edge over (« avoir un avantage sur ») ;
  • autre : motel (« motel »), waterfront (« front de mer »), gridlock (« paralysie d'un réseau »), fix (« arranger », « réparer »), overview (« vue d'ensemble »), backdrop (« toile de fond »), about-face (« volte-face »), cash register (« caisse enregistreuse »), automated teller machine ou ATM (« guichet automatique bancaire ou GAB »).

Mots anglais abandonnés hors d’Amérique du Nord[modifier | modifier le code]

Il existe quantité d'anciens mots d'origine anglaise qui, tombés en désuétude en Angleterre, ne sont plus utilisés de nos jours qu'aux États-Unis et au Canada anglophone, et sont désormais considérés comme étant de l'« anglais américain », par exemple :

  • candy, du français « sucre candi », terme attesté en Angleterre dès le XVIIIe siècle qui veut dire bonbon, aujourd'hui délaissé en Grande-Bretagne au profit de confectionery.
  • crib, pour lit d'enfant, terme attesté en Angleterre dès les années 1640, aujourd'hui délaissé en Grande-Bretagne dans ce sens au profit de cot.
  • diaper, qui veut dire couche, terme attesté en Angleterre dès les années 1590, aujourd'hui délaissé en Grande-Bretagne au profit de nappy.
  • fall, abréviation de fall of the leaf (« chute des feuilles »), terme qui veut dire « automne », autrefois répandu en Angleterre du XVIe siècle jusqu'aux alentours de 1800, puis délaissé au profit d'autumn[8].
  • faucet, p.-e. du français « fausset », terme qui veut dire « robinet », attesté en Angleterre dès le XVIIIe siècle pour désigner la canule des tonneaux[9]. En Grande-Bretagne, le robinet domestique se dit maintenant tap mais faucet reste employé en anglais technique[10].

Forme :

  • Gotten au lieu de got, participe passé de « to get », dans le sens d'« obtenir ». Cette forme est attestée dans le Lancashire et au nord-est de l'Angleterre, qui continue à l'utiliser ainsi parfois que « putten » comme participe passé de « to put ». « Got » est aussi utilisé aux États-Unis mais il y a une différence de sens entre got et gotten : got n'est utilisé que dans la locution « have got to » (« il faut que », « il est impératif que »)[11].

Grammaire[modifier | modifier le code]

Il existe peu de différences entre anglais américain et anglais britannique au plan grammatical.

  • Emploi de like au lieu de la conjonction as et de la locution conjonctive as if :
    • Do like I tell you au lieu de Do as I tell you, Like we used to au lieu de As we used to
    • He ran like he had seen the devil au lieu de He ran as if he had seen the devil
  • Emploi de like (au sens de « environ », « à peu près »)
    • It is like five miles from here
  • Emploi de l'interjection like chez les jeunes Américains, surtout en Californie :
    • Hey, do you like wanna go to the mall so like we can like get some new clothes?
  • Indication d'une date, d'un jour de la semaine sans on :
    • The store opens March 21st au lieu de The store opens on the 21st of March
  • Emploi de do comme auxiliaire de have (plus courant en anglais américain qu'en anglais britannique)[12] :
    • Do you have a swimming pool? au lieu de Have you got a swimming pool?
  • Le subjonctif présent (c.-à-d. réduit à la base verbale à toutes les personnes, donc sans should) est un peu plus employé.
    • He insisted that his daughter's first name be changed au lieu de should be changed
  • Emploi du preterit à la place du present perfect[12] :
    • He just won the race au lieu de He has just won the race

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) English accents - University College London (UCL), Department of Phonetics and Linguistics [ppt]
  2. (en) T-Glottalization in American English - David Eddington
  3. (en) Flaps and other variants of /t/ in American English: Allophonic distribution without constraints, rules, or abstractions - David Eddington [PDF]
  4. (en) JSTOR: American Speech, Vol. 56, No. 1 (Spring, 1981), pp. 72-78
  5. « Heads-up (to give) » - Dictionnaire des idiomes anglais et américains
  6. « Bark up the wrong tree » - Dictionnaire des idiomes anglais et américains
  7. « Run scared » - Dictionnaire des idiomes anglais et américains
  8. (en) The New Fowler's Modern English Usage, third Edition, edited by R. W. Burchfield, Clarendon Press, Oxford, 1996, p. 282.
  9. Comparer « robinet » et « champlure », respectivement en français standard et québécois.
  10. The New Fowler's Modern English Usage, op. cit., p. 287.
  11. (en) British and American Grammatical Differences, in International Journal of Lexicography, 1988, vol.1, issue 1, pp. 1-31 [PDF]
  12. a et b (en) Journal of English Linguistics, December 2006 vol. 34 no. 4 283-311

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]