Angiostrongylus vasorum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Angiostrongylus vasorum

alt=Description de l'image Defaut 2.svg.
Classification
Règne Animalia
Embranchement Nematoda
Classe Secernentea
Ordre Strongylida
Super-famille Metastrongyloidea
Famille Angiostrongylidae
Genre Angiostrongylus

Nom binominal

Angiostrongylus vasorum
(Baillet, 1866) Kamensky, 1905

Synonymes

  • Angiocaulus raillieti
  • Angiostrongylus raillieti

Angiostrongylus cantonensis est un nématode responsable de l'angiostrongylose canine. On connait très peu de choses sur la biologie de cette espèce[1].

Description[modifier | modifier le code]

C'est un petit ver de couleur rosâtre. Sa longueur varie de 14 à 20,5 mm et sa largeur est de 0,170 à 0,306 mm[2].

Cycle vital[modifier | modifier le code]

Ses hôtes naturels intermédiaires sont les limaces, les escargots terrestres et d'eau douce[3]. Il montre peu de spécificité chez son hôte intermédiaire[4].

Son hôte naturel est la grande limace[2].

Ses hôtes définitifs naturels sont les chiens domestiques[3] et divers autres carnivores dont notamment[5]:

Les hôtes naturels paraténiques peuvent être des grenouilles, des lézards, des souris et des rats[3].

Les hôtes intermédiaires expérimentaux comprennent:

Les hôtes définitifs expérimentaux comprennent:

Répartition[modifier | modifier le code]

Sa région d'origine (enzootique) est l'Europe occidentale (Royaume-Uni, Irlande, France, Espagne)[3],[6].

D'autres zones sont connues comme:

Des larves du premier stade ont été découvertes en Australie[3], Argentine et Grèce[6].

La zone où se trouve cette espèce est en pleine expansion[1]

On l'a également signalé en Amérique du Sud: Brésil et Colombie, mais l'analyse moléculaire a révélé que l'espèce en provenance du Brésil a un génotype différent[5]. Il est donc possible que ce soit une espèce différente au Brésil et dans d'autres d'Amérique du Sud[5].

Pathologie[modifier | modifier le code]

L'adulte hémtophage vit dans le ventricule droit du cœur et l'artère pulmonaire[3]. On retrouve les larves dans les alvéoles et les bronches d'où elles peuvent remonter jusque dans le tractus digestif et être éliminées avec les matières fécales. L'infection peut provoquer des complications cardiaques, pulmonaires, circulatoires, rénales et être fatale[6].

Traitement[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas de traitement approuvé. On peut utiliser des anti-helminthiques comme le Lévamisole, le Fenbendazole et l'ivermectine. Ce traitement doit être associé à un traitement corticoïde pour éviter les chocs anaphylactiques et antiagrégant plaquettaire.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b E. R. Morgan, S.E. Shaw, S. F. Brennan, T. D. De Waal, B. R. Jones & G. Mulcahy (février 2005) "Angiostrongylus vasorum: a real heartbreaker". Trends in Parasitology 21(2): 49-51. DOI:10.1016/j.pt.2004.11.006
  2. a et b G. A.Conboy (30 mai 2000) "Canine Angiostrongylosis (French Heartworm)". In: Bowman D. D. (Ed.) Companion and Exotic Animal Parasitology. International Veterinary Information Service. Consulté le 24 novembre 2009.
  3. a, b, c, d, e, f, g et h T. A.Barçante, J. M. de P. Barçante, S. R. C. Dias & W. d. S. Lima (décembre 2003) "Angiostrongylus vasorum (Baillet, 1866) Kamensky, 1905: emergence of third-stage larvae from infected Biomphalaria glabrata snails". Parasitology Research 91(6): 471-475. DOI:10.1007/s00436-003-1000-9.
  4. J. C. Boray (1973) "The role of the relative susceptibility of snails to infection with helminths and of the adaptation of the parasites in the epidemiology of some helminthic deseases". Malacologia 14: 125-127.
  5. a, b, c et d R. Jefferies, S. E. Shaw, M. E. Viney, E. R. Morgan (janvier 2009) "Angiostrongylus vasorum from South America and Europe represent distinct lineages". Parasitology 136(1): 107-115.
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k A. Bourque, G. Conboy, L. Miller, H. Whitney & S. Ralhan S. (novembre 2002) "Angiostrongylus vasorum infection in 2 dogs from Newfoundland". Canadian Veterinary Journal 43(11): 876-879. Modèle:PMCID
  7. J. Torres, J. Miquel & M. Motjé (avril 2001) "Helminth parasites of the eurasian badger (Meles meles L.) in Spain: a biogeographic approach. Parasitology Research 87(4): 259-263. PMID : 11355672
  8. C. A. J. Pereira, R. L. Martins-Souza, P. M. Z. Coelho, W. S. Lima & D. Negrão-Corrêa (juillet 2006) "Effect of Angiostrongylus vasorum infection on Biomphalaria tenagophila susceptibility to Schistosoma mansoni". Acta Tropica 98(3): 224-233. DOI:10.1016/j.actatropica.2006.05.002.
  9. T. Ferdushy, C. M. O. Kapel, P. Webster, M. N. S. Al-Sabi & J. Grønvold (décembre 2009, online 22 mai 2009) "The occurrence of Angiostrongylus vasorum in terrestrial slugs from forests and parks in the Copenhagen area, Denmark". Journal of Helminthology 83(4): 379-383.DOI:10.1017/S0022149X09377706.