Angerville-Bailleul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Angerville-Bailleul
Château de Bailleul.
Château de Bailleul.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Haute-Normandie
Département Seine-Maritime
Arrondissement Le Havre
Canton Saint-Romain-de-Colbosc
Intercommunalité Communauté de communes de la campagne de Caux
Maire
Mandat
Huguette Lesauvage
2014-2020
Code postal 76110
Code commune 76012
Démographie
Gentilé Angervillais
Population
municipale
212 hab. (2012)
Densité 46 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 40′ 03″ N 0° 27′ 20″ E / 49.6675, 0.455649° 40′ 03″ Nord 0° 27′ 20″ Est / 49.6675, 0.4556
Altitude Min. 93 m – Max. 136 m
Superficie 4,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte administrative de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Angerville-Bailleul

Géolocalisation sur la carte : Seine-Maritime

Voir sur la carte topographique de Seine-Maritime
City locator 14.svg
Angerville-Bailleul

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Angerville-Bailleul

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Angerville-Bailleul

Angerville-Bailleul est une commune française située dans le département de la Seine-Maritime en région Haute-Normandie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Carte de la commune.

Commune du pays de Caux, Angerville-Bailleul est située dans le canton de Saint-Romain-de-Colbosc.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de La Plantée[1],[2].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Michel Roussel SE  
mars 2008 en cours
(au avril 2014)
Huguette Lesauvage SE  

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 212 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
293 290 290 304 328 338 343 340 345
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
330 315 341 343 322 287 284 283 253
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
287 281 308 264 230 218 224 268 263
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
245 196 192 189 212 203 190 181 211
2012 - - - - - - - -
212 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de Bailleul : demeure renaissance construite en 1543 par Bertrand de Bailleul et appartenant toujours aujourd'hui à ses descendants. Dans le parc, alignements de hêtres, grange dîmière et vestiges d'une rampe de lancement de V1 de la seconde Guerre mondiale. Il est inscrit et classé aux monuments historiques[4].
  • monument aux morts surmonté d'une croix de guerre

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Ehess-Cassini et Noms révolutionnaires des communes de France, p. 64 donnent également le nom de Saint-Médard qui semble douteux dans la mesure où il s'agit d'un nom à connotation religieuse. Appellation non trouvée dans les registres d'état-civil de la commune.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  4. « Notice no PA00100540 », base Mérimée, ministère français de la Culture