Angelo De Gubernatis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Angelo De Gubernatis.

Le comte Angelo De Gubernatis, né à Turin le 7 avril 1840 et mort à Rome le 20 février 1913, est un écrivain, poète, linguiste, philologue et orientaliste italien.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à l’université de Turin notamment sous la houlette de l’écrivain Michele Coppino, du latiniste Tommaso Vallauri et de l’historien Ercole Ricotti, De Gubernatis devint, avant même d’avoir obtenu son diplôme, professeur au lycée local de Chieri. En 1862, tout juste diplômé, il obtient une bourse d’études à l’université de Berlin, où il entame des études de philologie avec le linguiste Franz Bopp et le professeur et expert en sanskrit, Albrecht Weber. Nommé professeur de sanskrit à l’université de Florence, il démissionna, après avoir épousé une cousine du théoricien socialiste Mikhaïl Aleksandrovitch Bakounine, dont il partageait les vues, et voyagea plusieurs années. À son retour à Florence, en novembre 1863, il fut nommé à la chaire de sanskrit et de linguistique comparée, par décision directe de Michele Amari, le célèbre orientaliste et ministre de l’Éducation en poste à l’époque. Il devint alors un éminent orientaliste, poète et linguiste et intégra, en 1891, l’université La Sapienza de Rome.

Il fonde l’Italia litteraria (L’Italie littéraire, 1862), la Rivista orientale (Revue orientale, 1867), la Rivista europea (Revue européenne, 1869), le Bollettino italiano degli studii orientali (Bulletin italien des études orientales, 1876) et la Revue internationale (1883). En 1878, il débute le Dizionarie biografico degli scrittori contemporanei (Dictionnaire international des écrivains du jour, Florence, Louis Niccolai, 2 vols). En 1887, il devient de plus directeur du Giornale della società asiatica (Revue de la société asiatique).

Ses travaux sur l’Orient, sa littérature et sa mythologie, incluent également la Piccola enciclopedia indiana (Petite encyclopédie indienne, 1867), les Fonti vediche (Sources védiques, en 1868), une étude de la zoologie mythologique, en 1872, puis une autre sur la flore dans la mythologie (1878). Il a, par ailleurs, édité la monumentale encyclopédie Storia universale della letteratura (Histoire universelle de la littérature, 23 vols, Milan, U. Hoepli, 1883-1885).

Il avait écrit ses premières pièces de théâtre dès l’âge de dix-sept ans. Ses œuvres littéraires et poétiques comprennent les drames Gala, Romolo, Il Re Nala, Don Rodrigo, Savitri, etc.

Une partie de la collection des artéfacts qu’il a recueillis au cours de ses voyages en Inde est au Musée d’Anthropologie de Florence. Il a été nommé pour le prix Nobel de littérature.

Angelo De Gubernatis était membre de l'Académie roumaine.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Publications scientifiques[modifier | modifier le code]

  • I primi venti inni del Rigveda, texte et traduction, Florence, G. Polverini 1864 ;
  • La vita ed i miracoli del Dio Indra, Florence, Tip. delle Muse, 1866 ;
  • Studii sull’epopea indiana, Florence, Turin Löscher, 1868 ;
  • Fonti vediche dell’epopea, Florence, Tipografia Fodratti, 1867 ;
  • Piccola enciclopedia indiana, Rome ; Turin ; Florence, E. Loescher ; Cellini, etc., 1867 ;
  • Storia comparata degli usi nuziali, Milano, E. Treves, 1869 ;
  • Le Novelline di Santo Stefano precedute da una introduzione sulla parentela del mito con la novellina, Torino, A. F. Negro, 1869.
  • Zoological mythology, or the legends of animals, London, Trubner, 2 vol., 1872.
  • Mythologie Zoologique, ou Les Légendes animales, trad. de l'anglais par Paul Regnaud, Paris, A. Durand et Pedone-Lauriel, 2 vol., 1874.
  • La Mythologie des Plantes, ou Les Légendes du Règne Végétal, C. Reinwald, Paris, 2 vol., 1878-1882.

Théâtre[modifier | modifier le code]

  • Werner, 1859 ;
  • La morte di Catone, 1863 ;
  • Il re Nala, trilogie, 1869-1870 ;
  • Re Dasarata, 1871 ;
  • Maya, 1872 ;
  • Romolo, 1873 ;
  • Romolo Augustolo, élégie dramatique, 1876 ;
  • Savitri, 1877.

Autres[modifier | modifier le code]

  • Gabrielle, roman (paru en feuilleton dans Perseveranza), 1866.

Liens externes[modifier | modifier le code]