Angélique officinale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’Angélique vraie, l’Archangélique ou l’Angélique officinale (Angelica archangelica) est une espèce de plantes de la famille des Apiacées, cultivée comme plante condimentaire et médicinale pour ses pétioles, tiges et graines très aromatiques et stimulantes et pour sa racine utilisée en phytothérapie.

Dénomination, étymologie[modifier | modifier le code]

Nom botanique : Angelica archangelica L., famille des Apiacées (ombellifères).

Noms communs : angélique officinale, angélique des bois, angélique des jardins, angélique des prés, angélique sauvage, angélique vraie, grande angélique, herbe aux anges, herbe du Saint-Esprit, herbe impériale, racine du Saint-Esprit. (da : Kvan, de : Engelwurz, en : angelica, es : angélica, it : angelica).

Description[modifier | modifier le code]

C'est une plante herbacée bisannuelle, très aromatique, mesurant de 80 cm à deux mètres de haut[réf. nécessaire]. Les feuilles sont poilues sur la face inférieure, à long pétiole, finement divisées, avec le segment terminal trilobé (si ce segment n'est pas lobé, il s'agit probablement d'Angelica sylvestris dont les feuilles sont par ailleurs glabres).

L'inflorescence est une grande ombelle composée (ombelles d'ombellules) de fleurs verdâtres (si les fleurs sont blanches, il s'agit probablement d'Angelica sylvestris).

Habitat et répartition[modifier | modifier le code]

Angéliques au bord de la Sèvre niortaise dans le Marais poitevin

On la trouve notamment sur les berges de zones humides, dans les mégaphorbiaies, sur les bords de fossés.

Culture[modifier | modifier le code]

L'angélique apprécie un sol frais, voire humide, légèrement acide ; elle supporte bien le froid (zone 3).

Elle se multiplie par semis, de juillet à septembre.

La récolte se fait la seconde année pour les pétioles et tiges coupés avant la floraison, et la troisième année pour les graines, lesquelles perdent rapidement leur pouvoir germinatif et doivent être semées peu de temps après leur récolte.

Utilisation[modifier | modifier le code]

Usage culinaire[modifier | modifier le code]

  • Les feuilles tendres peuvent servir de condiment pour aromatiser salades et potages.

Distillerie[modifier | modifier le code]

  • Graines et tiges servent à la préparation de liqueurs.

Usage thérapeutique[modifier | modifier le code]

Sa racine est un excellent tonique de l'état général, contre la fatigue, l'asthénie.

La racine d'angélique contient une huile essentielle qui est bénéfique pour tout le système digestif.

L'angélique se révèle être un bon stimulant de l'appareil digestif. Indiquée en cas de douleurs et spasmes intestinaux, dyspepsies (mauvaises digestions). L'angélique évite la formation de gaz intestinaux qui peuvent provoquer des problèmes de ballonnements et d'aérophagie.

Outre ses vertus carminatives, l'huile essentielle a également des propriétés sédatives, particulièrement indiquée en cas d'anxiété, de fatigue nerveuse, d'insomnie et de troubles du sommeil.

Enfin, l'huile essentielle est également citée pour ses propriétés anticoagulantes.

Les propriétés anxiolytiques de la plante seraient liées aux coumarines (impératorine et isoimpératorine) qu'elle contient[6]

Contre-indication et effets indésirables[modifier | modifier le code]

La plante peut avoir une action abortive et elle est donc contre indiquée durant la grossesse. La présence de furocoumarines (substances pigmentantes et photosensibilisantes), peut favoriser des réactions lors de bains de soleil ou d'exposition intensive aux rayons UV.

L'herbe aux anges[modifier | modifier le code]

Angelica Archangelica

L’angélique, dite encore « herbe aux anges », doit son nom à ses prétendues vertus magiques et à l'odeur aromatique suave et musquée qu'elle répand[7]. Cette ombellifère géante passait en effet pour conjurer les envoûtements et les sorciers ne résistaient pas à sa bonne odeur. Accrochée au cou des enfants, elle les protégerait en particulier des maléfices de toute nature. Mais elle pouvait également servir d’amulette aux adultes.

Les médecins de la Renaissance la surnommaient « racine du Saint-Esprit », à cause de ses « grandes et diverses propriétés contre de très-graves maladies ». Ainsi Paracelse (1490-1541) rapporte-t-il que, lors des grandes épidémies de peste de 1510, de nombreux Milanais furent sauvés grâce à ses prescriptions : de l'angélique en poudre dissoute dans du vin. Selon Olivier de Serres (1539-1619), la précieuse plante « sert à tenir la personne joyeusement »[8].

Édité en 1716, un Dictionnaire botanique et pharmaceutique à durable succès qualifie l’angélique de « stomacale, cordiale, céphalique, apéritive, sudorifique, vulnéraire. Elle résiste au venin. On l’emploie pour la peste, pour les fièvres malignes, pour la morsure du chien enragé, à laquelle on l’applique en cataplasme. On en avale un dragme contre la peste, qui chasse le venin par la sueur. » L’angélique pousse à l’état sauvage dans les régions septentrionales et en Europe centrale. Elle n'est plus guère cultivée pour la confiserie et la liquoristerie qu'à Niort et dans la plaine de la Limagne, au nord de Clermont-Ferrand. Il en existe en France deux espèces sauvages : Angelica sylvestris, présente à peu près partout sauf sur le pourtour méditerranéen, et, sur les flancs du Canigou, la variété sauvage angélique de Razouls (Angelica razulii), où les amateurs la traquent dès le début de l’été, pour la Saint-Jean en particulier. Afin de la distinguer de la redoutable ciguë, il suffit de froisser quelques feuilles : l’angélique dégage une odeur agréable, alors que la ciguë empeste. On lui prête de multiples vertus: les différentes parties de la plante possèdent en effet les diverses propriétés médicinales anciennement reconnues.Tonique, excitante, stomachique, sudorifique, emménagogue, carminative…, l’herbe aux anges pourrait concurrencer le ginseng de Corée.»[8].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.angelique-niort.com/ Le dernier fabricant Niortais
  2. Bien-être au naturel : angélique officinale sur www.rustica.fr
  3. Jean Louis Auguste Loiseleur-Deslongchamps, Manuel des plantes usuelles indigènes, ou Histoire abrégée des plantes de France, distribuées d'après une nouvelle méthode ... (première partie), Volume 1, chez Méquignon aîné père,‎ 1819, p. 251-252
  4. Pierre Larousse, Grand dictionnaire universel du XIXe siècle. Français, historique, géographique, mythologique, bibliographique, littéraire, artistique, scientifique, etc... Volume 1, Larousse & Boyer,‎ 1864, p. 357 : « L'angélique officinale a été détachée par Hoflman du genre angélique, et constitue le genre archangélique ; elle est surtout [...] Les tiges, confites au sucre, font des conserves très-recherchées ; les plus estimées viennent de Niort. [...] Voici la méthode à employer pour préparer, confire l'angélique, qui est d'un usage si général sur nos tables et dans la pâtisserie. »
  5. <Jacques Daléchamps, Jean Des Moulins, Histoire générale des plantes, contenant XVIII livres egalement departis en deux tomes ..., Trifouilly, chez les heritiers Guillaume Rouille,‎ 1615, p. 623-625
  6. (en) Kumar D, Bhat ZA, Kumar V, Shah MY., « Coumarins from Angelica archangelica Linn. and their effects on anxiety-like behavior. », Prog Neuropsychopharmacol Biol Psychiatry., vol. 447,‎ 10 janvier 2013, p. 272-276
  7. Traité pratique et raisonné de l'emploi des plantes medicinales indigènes de F J Cazin
  8. a et b nos grand-mères savaient : petit dictionnaire des plantes qui guérissent de Jean Palaiseul

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :