Andrey Sheptytsky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Le métropolite Andrey Sheptytsky

Roman Alexander Maria Sheptytsky ou Szeptycki, en religion Andrey Sheptytsky, ukrainien : Андрей Шептицький, né le 29 juillet 1865 à Prylbytchi en Galicie, fut métropolite de l’Église grecque-catholique ukrainienne de 1900 à sa mort, le 1er novembre 1944.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années[modifier | modifier le code]

Il est né à Prylbychi, un village situé à 40 km à l'ouest de Lviv en Ukraine occidentale (Galicie) qui faisait alors partie de l'Empire autrichien. Sa famille était d'une lignée aristocratique ruthène, qui au XIXe siècle siècle s'était polonisée et était devenue catholique et francophone. Parmi ses ancêtres, il y avait de nombreuses personnalités ecclésiastiques importantes, dont deux métropolites de Kiev, Atanasy et Lev. Son grand-père maternel était l'écrivain polonais Aleksander Fredro. Un de ses frères est le bienheureux Clément Sheptytsky, moine Studite, tandis qu'un autre Stanislaw Szeptycki est devenu général dans l'armée polonaise.

Sheptytsky a étudié le droit à Cracovie et Wroclaw, et obtenu son doctorat en 1888. Pendant ses études, il visita l'Italie où il fut reçu en audience par le Pape Léon XIII ; Kiev, alors sous domination russe, où il a rencontré quelques-unes des personnalités ukrainiennes les plus en vue de l'époque, et Moscou.

La vie religieuse[modifier | modifier le code]

Malgré l'opposition de son père, il entra au monastère basilien (grec-catholique) de Dobromyl, retournant par là à ses racines ruthènes. Il y prit le nom d’André, le fondateur de l'Église de Constantinople. Étudiant au séminaire des Jésuites de Cracovie, il reçut le diplôme de docteur en théologie en 1894.

En 1892, il fut ordonné prêtre à Peremyshl puis nommé recteur du monastère de Saint-Onuphre à Lviv en 1896.

En 1899, il fut nommé évêque gréco-catholique de Stanyslaviv (aujourd'hui Ivano-Frankivsk) et consacré évêque à Lviv le 17 septembre 1899 par le Métropolite Julian Sas-Kuilovsky. Un an plus tard, le 12 décembre 1900, et à la suite de la mort du métropolite, Sheptytsky fut nommé, à l'âge de trente-six ans, archevêque métropolite de Lviv et intronisé le 17 janvier 1901.

Cathédrale Saint-Georges où repose le corps du métropolite Andrey Szeptycki

En 1910 il se rendit en l’Amérique du Nord pour visiter les communautés d'immigrants ukrainiens des États-Unis et du Canada.

Après le déclenchement de la Première Guerre mondiale et l'occupation de Lviv pat les Russes, le métropolite fut arrêté, emprisonné à Kiev puis exilé à Novgorod en Russie. Après la chute du régime tsariste, il fut libéré en mars 1918 et retourna à Lviv.

Après la proclamation de l'indépendance de l'Ukraine, le métropolite établit des contacts étroits avec le gouvernement ukrainien. Pendant la guerre avec la Pologne, le métropolite fut interné par les autorités polonaises. Libéré, il repartit visiter les communautés ukrainiennes d'Amérique du Nord et du Sud, son message principal étant l'indépendance de l'Ukraine, politique, culturelle et religieuse. À son retour, il poursuivit ses efforts inlassables dans la défense de la cause de la Galicie, il s'opposa à la politique de conversion forcée des fidèles orthodoxes menée par la République polonaise. Il obtint du pape Pie XI l'envoi d'un message aux autorités polonaises demandant de cesser la persécution.

Quant à la suite du Pacte germano-soviétique les troupes soviétiques occupent, en septembre 1939, l'ouest de l'Ukraine, une répression massive fut été lancée contre la Religion ; la plupart des églises et des monastères furent fermés ou démolis. Le métropolite, en dépit de son âge avancé, poursuivit sa défense des droits de l'Église et des fidèles. Pendant cette période, il consacra secrètement Josyf Slipyj appelé à lui succéder.

Pendant l'occupation allemande, il fit recueillir des centaines de juifs dans sa résidence et dans les monastères gréco-catholiques[1]. En 1942 il écrivit et diffusa la lettre pastorale « Tu ne tueras pas »[2] dans laquelle il condamnait sans appel la politique nazie en Ukraine, en particulier à l'encontre des Juifs[3].

Il meurt en 1944 et est enterré dans la cathédrale Saint-Georges à Lviv.

Sheptytsky fut également un mécène et un pionnier de l'œcuménisme. Le Musée National de Lviv, fondée par lui en 1905, porte aujourd'hui son nom.

Divers[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Témoignage en lien externe.
  2. Lettre pastorale "Tu ne tueras pas".
  3. Iaroslav Lebedynsky , Ukraine, une histoire en questions, L'harmattan, 2008, p. 201

Source[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Cyril Korolevsky (trad. Serge Keleher), Metropolitan Andrew, 1865-1944, L'viv, Stauropegion,‎ 1998 (présentation en ligne)
  • (en) Jaroslav Pelikan, Confessor Between East and West, Grand Rapids, William B. Eerdmans Publishing Company,‎ 1990 (ISBN 0-8028-3672-0)
  • (en) Aharon Weiss, Andrei Sheptytsky dans Encyclopedia of the Holocaust vol. 4, p. 1347–8

Liens externes[modifier | modifier le code]

Images[modifier | modifier le code]