Andreas Albrecht

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Andreas Johann Albrecht est un cosmologiste actuellement en poste à l'université de Californie à Davis où il est professeur depuis 1998.

Biographie[modifier | modifier le code]

Andreas Albrecht a effectué ses études à l'université Cornell. Il a obtenu son doctorat en 1983 à l'université de Pennsylvanie sous la direction de Paul Steinhardt, sur le thème de l'inflation cosmique[1] à l'époque récemment proposée par Alan Guth. Il a ensuite été chercheur post-doctoral à l'université du Texas à Austin (1983-1985) puis au Laboratoire national de Los Alamos (1985-1987). Son activité professionnelle s'est poursuivie au Fermilab (1987-1992), puis à l'Imperial College de Londres (1992-1998).

Travaux scientifiques[modifier | modifier le code]

Andreas Albrecht est surtout connu pour avoir été coauteur, avec son directeur de thèse Paul Steinhardt, d'un article important sur l'inflation cosmique en 1982[2], où ils discutaient des mécanismes pouvant permettre la fin de la phase inflationnaire[3].

Il a travaillé durant toute sa carrière sur les modèles d'inflation, et sur certaines de ses conséquences, comme le réchauffage, la phase qui termine l'inflation et pendant laquelle se crée la matière ordinaire qui avait disparu du fait de la fantastique dilatation causée par l'inflation[4]. Il a aussi étudié d'autres modèles de formation des grandes structures basé sur des hypothèses radicalement différente. Un des concurrents de l'inflation depuis les années 1970 était l'hypothèse des cordes cosmiques. Andreas Albrecht a été un des premiers à proposer à la fin des années 1980 en collaboration avec Neil Turok une analyse détaillée à l'aide de simulations numériques relativement lourdes pour l'époque[5] du comportement de ces objets. Il a été également un des premiers à calculer de façon approchée les anisotropies du fond diffus cosmologique, permettant ainsi d'exclure ces objets comme étant prépondérant dans le processus de formation des grandes structures[6]. Il a plus récemment travaillé sur diverses problématiques liées à l'énergie noire.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en)A. Albrecht, A new inflationary cosmology, Voir le résumé en ligne.
  2. (en) Andreas Albrecht & Paul J. Steinhardt, Cosmology For Grand Unified Theories With Radiatively Induced Symmetry Breaking, Physical Review Letters, 48, 1220 (1982) Voir en ligne (accès restreint).
  3. Ces mécanismes supposaient une brisure spontanée de symétrie et étaient au début des années 1980 difficile à implémenter dans un cadre convaincant, d'où l'apport de cet article. Ces mécanismes sont aujourd'hui moins en vogue, les modèles plus récents d'inflation comme l'inflation chaotique terminant la phase inflationnaire par une dynamique très différente.
  4. (en) Andreas Albrecht, Paul J. Steinhardt, Michael S. Turner & Frank Wilczek, Reheating An Inflationary Universe, Physical Review Letters, 48, 1437 (1982) Voir en ligne (accès restreint)
  5. (en) Andreas Albrecht & Neil Turok, Evolution Of Cosmic String Networks, Physical Review D 40, 973 (1989) Voir en ligne
  6. Voir (en) Andreas Albrecht, Richard A. Battye et James Robinson, The Case against scaling defect models of cosmic structure formation, Physical Review Letters, 79, 4736 (1997), astro-ph/9707129 Voir en ligne, ainsi que Andreas Albrecht, Richard A. Battye & James Robinson, Detailed study of defect models for cosmic structure formation, Physical Review D 59, 023508 (1999), astro-ph/9711121 Voir en ligne.