Andrea Orcagna

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Statue d'Andrea Orcagna dans le piazzale des Offices

Andrea di Cione di Arcangelo (Florence, v. 1308 - Florence, 1368), dit Andrea Orcagna est un peintre, sculpteur, orfèvre, mosaïste et architecte florentin du XIVe siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Andrea Orcagna fut l'élève d'Andrea Pisano et de Giotto di Bondone. Ses frères Jacopo et Nardo di Cione furent également peintres, Matteo di Cione, sculpteur.

Selon le peintre du XVIe siècle Giorgio Vasari, Andrea Orcagna est la plus forte personnalité de Florence au milieu du XIVe siècle.

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

Tabernacle à Orsanmichele
  • le polyptyque du Christ en gloire entre des anges et des saints (1354-1357) pour l’autel de la chapelle Strozzi à Santa Maria Novella.
  • Tabernacle ciborium en marbre, incrusté de mosaïque d'or et de lapis-lazuli, plaques émaillés (1349-1359), Orsanmichele à Florence, comportant :
    • Un bas relief de la Mort de la Vierge et son Assomption,
    • La Madonna delle Grazie de Bernardo Daddi (1348), (qui était visible de l'extérieur pendant la période de la loggia)
  • la fresque Le Triomphe de la mort qui inspira à Franz Liszt sa Totentanz, une de ses pièces pour piano et orchestre les plus connues.
  • Crucifixion, New York, Metropolitan Museum of Art, Collection Robert Lehman
  • La Mort et le Jugement dernier, Campo Santo, Pise

En collaboration avec son frère Jacopo[modifier | modifier le code]

  • le triptyque de la Pentecôte,
  • Retable démembré de la Vierge à l’Enfant avec quatre saints (Panneau central et panneaux latéraux à la Galleria dell'Accademia de Florence),
  • la Vierge à l’Enfant avec des anges (collection Kress, Washington),
  • le polyptyque Saint Matthieu, avec quatre épisodes de sa vie à la Galerie des Offices de Florence. Il fut commandé le 15 septembre 1367 par les "consuls" de l'Art du Change pour décorer un pilier de l'Eglise Orsanmichele. Il fut achevé en août 1368 par Jacopo. La prédelle vit l'intervention d'un collaborateur de l'atelier familial, le Maître de la prédelle de l'Ashmolean Museum[1].

Avec son frère Matteo[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Mina Gregori, Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Editions Place des Victoires,‎ 2000 (ISBN 2-84459-006-3), p. 36

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :