Andre Williams

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Andre Williams est un auteur, compositeur, nouvelliste, et musicien américain de sleaze rock, punk blues, rock'n'roll et R&B[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Zephire Andre Williams est né le 1er novembre 1936 à Bessemer dans l'État d'Alabama. Orphelin à 6 ans suite au décès de sa mère, il est alors recueillit par son oncle et sa tante qui l’élèveront. À 16 ans, il part habiter Détroit, où il fait la connaissance de Jack et Devora Brown, propriétaires de Fortune Records, un établissement à l'arrière d'un salon de coiffure.

Carrière[modifier | modifier le code]

En 1955, il devient chanteur d’un groupe, The 5 Dollars, groupe produit chez Fortune Records[2]. Même si les premiers titres affichent « Andre Williams and the Don Juans », Bacon Fat et Jail Bait sont des réalisations en solo. Bacon Fat[3] se classe #9 au Billboard dans la liste R&B en 1957. À cette époque, on le surnomme Mr. Rhythm. Bacon Fat, qu’il a écrit et composé seul[4], connaît un tel succès que son label vend la chanson à Epic Records, qui sort le single Bacon Fat/Just because of a Kiss. En 1960, Fortune Records édite un LP compilant tout son travail en compagnie des Don Juans[5], qui agrandit le succès d’Andre Williams : intitulé JailBait[6]elle. La chanson parle d'un homme qui se justfie devant le juge d'un tribunal. En 1960, il sort Rosa Lee, qui paraît chez Motown. Un peu plus tard, il travaille avec Stevie Wonder et cosigne son premier succès Thank You for Loving Me. En 1963, Williams sort Shake a Tail Feather, nouveau un grand succès, repris par the Five Du-Tones et Ike & Tina Turner. Il travaille encore à quelques titres qui se vendent bien, supervise deux albums du groupe The Contours, et devient également manager et roadie de Edwin Starr.

En 1966, Williams sort deux albums pour le label Avin Record, puis deux autres pour Wingate Record, Loose Juice et Do it, puis un suivant pour Ric-Tic Records en 1967 : You Got It and I Want It. Deux ans plus tard, il signe sur le label Chicagoan Chess Records (label de Howlin' Wolf). La collaboration avec Chess Records se passe bien, Andre joue dans de nombreux clubs, sort les succès Humpin' Bumpin' and Thumpin' ou encore Cadillac Jack, puis collabore avec plusieurs autres labels de musique afro-américaine ; c'est à cette époque que sortent Sweet Little Pussy Cat et Rib Tips, Pts. 1 & 2. Dans la décennie de 1970, Williams écrit pour les groupes Parliament et Funkadelic, puis retravaille avec Ike Turner en tant que producteur. Dans la décennie de 1980, Andre Williams vit à Chicago, connaît la pauvreté dans les affres de l’addiction à la drogue et à l’alcool, et finit gueux sous un pont. En 1996, il sort Mr. Rhythm, une compilation qui marque son retour à l'avant de la scène. Il adapte dès lors son style et sort l'album Silky, album sleaze rock. En 1999, il collabore avec Bloodshot Records et enregistre Red Dirt, album country en compagnie de The Sadies dans lequel figure le classique Psycho[7]. En l'an 2000, Andre Williams sort The Black Godfather en compagnie de The Dirtbombs. Sa carrière reprend, et son nouveau surnom est « The Black Godfather »[8]. En 2001, il se convertit au judaïsme et discute de circoncision[9], puis retourne sur scène en 2002–2003 Cette année-là, il sort The Black Godfather (en compagnie du groupe The Countdowns)

Tournées[modifier | modifier le code]

Il part en tournée à partir de 2001, puis en 2005 et 2006, et termine un album qui sort en 2008, Can You Deal With It, paru chez Bloodshot Records. En 2010, il sort une autre reprise, The Way You Dog Me Around pour une compilation Daddy Rockin Strong : A Tribute to Nolan Strong & The Diablos. En 2007, celui dont l'un des pseudonymes est Rudibaker[10] or "Rutabaga"[11], est la vedette d'un documentaire intitulé Agile Mobile Hostile : A Year with Andre Williams. En 2012, Andre Williams est toujours actif, et effectue toujours des tournées : il sort deux albums cette année-là, et un Best of en téléchargement payant sur le site de son Label. En août 2013, Andre Williams entame une tournée, européenne à partir du mois d’octobre.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Paul Du Noyer, The Illustrated Encyclopedia of Music, Fulham, London, Flame Tree Publishing,‎ 2003, 1e éd. (ISBN 1-904041-96-5), p. 181
  2. le groupe est alors composé de Jay Johnson, Gino Purifoy, Bobby Calhoun et Steve Gaston et McGriff
  3. le nom fait référence à une danse
  4. Les références du disque donnent pour auteurs Andre Williams & Devora Brown
  5. cet album ressortira en 1986
  6. le titre de la chanson éponyme est une expression désignant une mineure d’âge, d’apparence plus âgée, aguichante et consciente de son attraction sexu
  7. Chanson de Leon Payne dont les reprises les plus connues sont dues au groupe australien Beasts of Bourbon et Elvis Costello
  8. son premier avait été « Mr. Rhythm »
  9. (en) Joss Hutton, « The Black Godfather: Andre Williams », Perfect Sound Forever,‎ September 2001 (consulté le September 6, 2012)
  10. (en) « Rudibaker Discography at Discogs », Discogs.com (consulté en 2012-10-03)
  11. (en) « Rutabaga Discography at Discogs », Discogs.com (consulté en 2012-10-03)

Discographie Sélective[modifier | modifier le code]

  • 1960: Jail Bait
  • 1986: Bacon Fat
  • 1990: Directly from the Streets
  • 1994: Mr. Rhythm is Back
  • 1996: Mr. Rhythm
  • 1996: Greasy
  • 1998: Silky
  • 1999: Red Dirt avec The Sadies
  • 2000: The Black Godfather
  • 2000: Fat Back & Corn Liquor
  • 2001: Bait & Switch
  • 2006: Aphrodisiac (avec The Diplomats of Solid Sound)
  • 2008: Can You Deal with It? (avec The New Orleans Hellhounds)
  • 2010: That's All I Need
  • 2012: Hoods and Shades
  • 2012: Life
  • 2012: Night & Day (avec The Sadies)

Hors séries[modifier | modifier le code]

  • 2003: Holland Shuffle (Live)
  • 2012: Nightclub (avec The Goldstars) : uniquement disponible sur internet dans un premier temps, l'album est sorti et disponible dès l'année suivante.
  • 2013: Bad Motherfucker en concert avec The Goldstars au Slow Club, Fribourg (Allemagne)
  • 2013: Bad Motherfucker (avec The Gold Stars)

Liens Externes[modifier | modifier le code]