Andreï Voznessenski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Voznessenski.
Andreï A. Voznessenski en 2008

Andreï Andreïevitch Voznessenski (en russe : Андрей Андреевич Вознесенский) est un poète soviétique puis russe né le 12 mai 1933 à Moscou et mort le 1er juin 2010. En 1978, il reçoit le prix d'État de l'URSS, la récompense la plus prestigieuse de l'Union soviétique.

À l'âge de 14 ans, il envoie ses poésies à Boris Pasternak qui le reçoit et qui devient son mentor. Toutefois, son maître et poète préféré est Vladimir Maïakovski. Il est introduit dans les cercles culturels moscovites[1].

Il suit des études d'architecture tout en poursuivant sa carrière de poète.

Au début des années 1960, Voznessenski s'affronte à Nikita Khrouchtchev, secrétaire général du Parti lors d'une réunion sur la culture au Kremlin. Critiqué pour des « positions antiparti » et « antisoviétiques », Voznessenski est hué par une partie de la salle remplie d'apparatchiks. Il rencontre sa seconde femme Zoïa Bogouslavaskaïa lors du buffet. Il se cache pendant près d'une année. Dans ses mémoire post-soviétiques, Voznessenski déclare ne pas en vouloir à Khrouchtchev qui a « rendu des hommes à la liberté[1]

Recueils[modifier | modifier le code]

  • Les Anti-mondes, 1964
  • La Poire triangulaire, 1962

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Référence[modifier | modifier le code]

  1. a et b Au vent virtuel, A. Voznesseneski, Imaginaire du monde, Éditions Caractères, 2005.