Andréi Nakov

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Andréi Nakov (né à Sofia, en 1941), dit aussi Andreï Borisovitch Nakov ou Andrei Boris Nakov (forme reconnue), est un historien de l’art, spécialiste en art moderne.

Aperçu biographique[modifier | modifier le code]

Diplômé d’universités européennes et américaines, Andréi Nakov est, depuis le début des années 1970, l’auteur de nombreux ouvrages théoriques, monographies et catalogues d'expositions consacrés à l'avant-garde russe, au futurisme, au dadaïsme, au constructivisme russe, à l'art abstrait européen et à l'art contemporain. Il est conseiller éditorial des éditions Champ libre dans les années 1970.

Son ouvrage L'avant-garde russe (Éditions Hazan, Paris, 1984) a été édité à plusieurs reprises et traduit dans plusieurs langues, dont le russe.

Depuis l'édition critique des écrits de Nikolaï Taraboukine en 1972 puis ceux de Malewicz aux éditions Champ libre en 1975, Andréi Nakov a consacré ses recherches à l'œuvre de ce dernier et publié Kazimir Malewicz - Catalogue raisonné (Adam Biro, 2002).

Depuis 1972, il a également organisé des expositions consacrées à Malewicz (Tate Gallery, Londres 1976) et à divers aspects de l’avant-garde russe et aux origines de l’art moderne en général.

La monographie d'Andréi Nakov en 4 volumes Kazimir Malewicz - le peintre absolu, a été publiée en avril 2007 chez Thalia Édition, Paris.

En mars 2009, Andréi Nakov a porté plainte pour faux, contrefaçon de signature et escroquerie contre Jean Chauvelin, expert en avant-garde et initiateur de l'exposition de l'artiste d'avant-garde russe Alexandra Exter (1882-1949). Selon Andréi Nakov, détenteur du droit moral sur l'œuvre d'Alexandra Exter, plus de 90 % des tableaux exposés étaient des faux[1].

Note sur l'orthographe « Malewicz »[modifier | modifier le code]

À propos du choix de l’orthographe du nom de l’artiste, il s’agit tout simplement de revenir à la graphie polonaise du nom, dont la résonance symbolique est de surcroît hautement importante pour un peintre ; ce nom désigne certes un peintre russe, mais aussi un artiste aux ambitions universelles, un peintre de surcroît d’origine polonaise, ce dont il a toujours fait état. De même qu'Andréi Nakov a rétabli sa date de naissance (1879 et non 1878), le rétablissement de l’orthographe originelle de son nom obéit à un souci de précision historique.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Publications monographiques[modifier | modifier le code]

Traductions commentées de textes théoriques russes[modifier | modifier le code]

Ouvrages de synthèse[modifier | modifier le code]

  • Abstrait/Concret : Art non-objectif russe et polonais - Édition française (Paris, 1981, traduit en russe sous le titre Bespredmetnyj mir, éd. Iskusstvo, Moscou, 1997)
  • Abstrait/Concret : Art non-objectif russe et polonais - Édition russe
  • L'avant-garde russe - Édition française (Paris, 1984 - traductions allemande, italienne, anglaise et américaine en 1976 et russe, éd. Iskusstvo, Moscou en 1991)
  • L'avant-garde russe - Édition russe éd. Iskusstvo, Moscou, 1991

Catalogues d'exposition[modifier | modifier le code]

  • Tatlin's Dream (Fischer Fine Art, Londres, 1973)
  • Russian Constructivism, the Laboratory Period (Art Gallery of Ontario, Toronto, 1975)
  • Kasimir Malevich (Tate Gallery, Londres, 1976)
  • The Suprematist straight line (Londres, 1977)
  • Liberated Colour and Form (Scottish National Gallery of Modern Art, Edinbourgh et Shefield Art Gallery, The Art Council of Great Britain, 1978)
  • The First Russian Show (Londres, 1983)
  • Dada-Constructivism : The Janus Face of the twenties (Londres, 1984)
  • Mikhail Larionov (Francfort-Genève, 1987-1988)
  • Dada and Constructivism - Édition anglaise (Tokyo, 1988)

Préface[modifier | modifier le code]

  • Pour une nouvelle méthodologie, préface à George Kubler (1912-1996), Formes du temps. Remarques sur l’histoire des choses, éditions Champ libre, Paris, 1973.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Site officiel
  • Andréi Nakov, historien de l’art [entretien], dans Le Journal des Arts, 265, 21 septembre 2007 (en ligne).

Notes[modifier | modifier le code]

  1. 190 tableaux saisis à Tours, à la suite d'une plainte pour faux - LeMonde.fr Andréi Nakov porte plainte contre l'initiateur d'une exposition sur Alexandra Exter, Le Monde, 26 mars 2009.