André Vauchez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

André Vauchez

texte=Importez l'image de cette personne

Biographie
Naissance
Thionville (Moselle
Nationalité Drapeau : France Français
Vie universitaire
Formation École normale supérieure
Titres Professeur des universités
Directeur de l'École française de Rome
membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres
Approche disciplinaire Histoire des mentalités, histoire religieuse du Moyen Age

Principaux travaux

  • Thèse de doctorat, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge (1198-1431) (1978)

André Vauchez, né le à Thionville[1], est un historien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Formation[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'École normale supérieure, reçu premier à l'agrégation d'histoire, membre de l'École française de Rome (1965-1968), il s'est spécialisé dans l'histoire de la sainteté et de la spiritualité médiévales. Sa thèse sur l'histoire de la canonisation et de la sainteté à la fin du Moyen Âge, La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge (1198-1431), Recherches sur les mentalités religieuses médiévales, soutenue en 1978, a fait date.

Carrière universitaire[modifier | modifier le code]

Il a été successivement assistant et maître-assistant à l'université Paris IV, directeur des études pour le Moyen Âge à l'École française de Rome (1972-1979) puis maître de recherches au CNRS avant d'être professeur d'histoire médiévale à l'université de Rouen (1980-1982) puis à l'université Paris X Nanterre (1983-1995). Il a été nommé membre senior de l'Institut universitaire de France en 1991 pour une durée de cinq ans[2]. Il a été directeur de l'École française de Rome de 1995 à 2003.

Il est membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres depuis 1998, de l’Accademia nazionale dei Lincei (Rome), de la Pontificia Accademia romana di Archeologia (Vatican) et de l'Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique (Bruxelles). Il est président de l'Académie des inscriptions et belles-lettres pour 2009.

Il a dirigé la Revue Mabillon.

Il est membre du comité de parrainage de la Coordination française pour la Décennie de la culture de non-violence et de paix. En 2013 il a obtenu le Prix Balzan en histoire du Moyen Âge.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • La spiritualité du Moyen Âge occidental VIIIe ‑ XIIIe siècle, Paris, Presses universitaires de France, 1975.
  • La sainteté en Occident aux derniers siècles du Moyen Âge (1198-1431), Rome, École française de Rome, 1981 [trad. angl. : Sainthood in the Later Middle Ages, Cambridge, 1987 et trad. ital. : La santità nel Medioevo, Bologne, 1989].
  • Les laïcs au Moyen Âge, Paris, Cerf, 1987.
  • Saints, prophètes et visionnaires : le pouvoir du surnaturel au Moyen Âge, Paris, Albin Michel, 1999.
  • François d'Assise, Paris, Fayard, 2009 (Prix Chateaubriand 2010)[3]

Sous sa direction :

  • Histoire du christianisme, Paris, Desclée, t. IV, V et VI, 1990-1993.
  • Dictionnaire encyclopédique du Moyen Âge, Paris, Cerf, 2 vol., 1997-1998.
  • Christianisme : dictionnaire des temps, des lieux et des figures, Paris, Le Seuil, 2010.
  • Rome au Moyen Âge, Riveneuve éditions, 2010.
  • Prophètes et prophétisme, Payot, 2012, 496 p.

Notes et références[modifier | modifier le code]