André Stil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rassemblement de protestation à Berlin-Est en 1952 contre l'incarcération d'André Stil

André Stil est un écrivain et journaliste français né le 1er avril 1921 à Hergnies, dans le Nord, et mort le 3 septembre 2004 à Camélas (Pyrénées-Orientales). Il est connu pour son engagement communiste, qui lui vaut d'être le seul Français à recevoir le prix Staline, et pour avoir été juré du prix Goncourt pendant plus d'un quart de siècle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et débuts[modifier | modifier le code]

Issu d'un milieu ouvrier, fils d'un tailleur et d'une mère au foyer, il grandit à Hergnies, petite ville du bassin minier du Nord proche de la frontière belge, dans un foyer qu'il décrit comme heureux malgré le manque d'argent. Montrant tôt des capacités pour l'étude et un goût pour l'écriture, il est inscrit au lycée Henri-Wallon de Valenciennes, où il fait partie des élèves les plus pauvres. Il est moqué pour cette raison, ce qui lui endurcit le caractère. « Ma vie ici, elle m'a marqué pour toujours, y compris physiquement », dira-t-il à la télévision en 1979.

Il obtient le baccalauréat, devient instituteur en 1940 et se marie. Puis il est enseignant dans le secondaire au Quesnoy à partir de 1942. Il se consacre de plus en plus à l'écriture, publiant de la poésie surréaliste dans La Main à la plume. Communiste, il rejoint la Résistance (groupes Voix du Nord et Front national) et participe aux combats de la Libération du Quesnoy.

Cette expérience de la guerre le convainc d'abandonner la poésie pour devenir un écrivain réaliste proche du peuple, dans la droite ligne du réalisme socialiste. Fin 1944 il part pour Lille, où il est journaliste au quotidien Liberté, et étudiant, obtenant une licence de lettres et un DES de philosophie. Son premier ouvrage, intitulé Le Mot « mineur », camarades..., est un recueil d'essais rédigés à partir de 1945, durant la « bataille du charbon ». Il est publié en 1949 grâce à Louis Aragon qui est fasciné par cette corporation. André Stil devient le protégé de l'auteur d’Aurélien, qui l'invite par la même occasion à devenir rédacteur en chef de son quotidien, Ce soir.

L'écrivain et éditorialiste communiste[modifier | modifier le code]

À partir du moment où il monte à Paris, Stil écrit en moyenne un livre par an. Il conservera ce rythme jusqu'à ce que ses forces l'abandonnent. La plupart de ses ouvrages sont courts, dont beaucoup de recueils de nouvelles, un genre qui lui est cher. Comme il est le tenant d'une version orthodoxe du rôle de l'écrivain communiste, exposée dans l'essai Vers le réalisme socialiste en 1953, la réception de ses ouvrages conçus dans la plus pure tradition du roman jdanovien est tranchée : enthousiaste chez les membres ou proches du Parti, critique ailleurs. Abondamment traduit en Union soviétique et dans les pays de l'Est, il reçoit le prix Staline de littérature en 1952 pour un roman exaltant l'action des militants communistes dans le port de La Rochelle, Le Premier Choc. Il lui sera régulièrement reproché d'avoir accepté cette distinction de Moscou.

Il est pendant dix ans rédacteur en chef de L'Humanité (1950-1959), pendant vingt ans membre du comité central du Parti communiste (1950-1970), et également membre du Mouvement de la paix. Ses convictions le mèneront deux fois en prison, en 1952 puis en 1953, pour avoir appelé à manifester contre la venue à Paris du général américain Ridgway. Toute sa vie il restera fidèle au PCF, signant en 1993 un essai où il justifie ses convictions et défend un parti sur le déclin, Du non au oui, le pari communiste.

Auteur prolifique[modifier | modifier le code]

Estimant qu'il doit trouver une esthétique littéraire qui lui permettrait d'être aussi lu par des non-communistes, il décide dès les années 1950 de séparer son œuvre romanesque de ses activités politiques et journalistes. Beaucoup de ses romans et nouvelles, habités par un grand optimisme, dépeignent la possibilité d'un bonheur privé et d'un engagement politique pour la classe ouvrière de son temps, malgré des conditions de vie rudes. En 1960, le roman Le Foudroyage, qui raconte la vie de deux frères, l'un mineur de fond, l'autre mobilisé en Algérie, est saisi dès sa parution. Devant les protestations d'intellectuels et la menace d'une action en Justice, le gouvernement autorise le livre.

André Stil est aussi l'auteur de six drames pour la télévision (1973-1980), de récits pour la jeunesse, d'essais philosophiques sur le bonheur et de quelques ouvrages historiques, notamment Quand Robespierre et Danton inventaient la France qui sera suivi d'un roman sur la vie privée de Robespierre.

Après être parti dans les années 1960 vivre dans la Marne, dans les années 1970 il prend sa retraite de journaliste et militant en s'installant dans les Pyrénées-Orientales, où il fait construire une maison au hameau de la Vallicrosa (commune de Camélas). Elle inspire Les Quartiers d'été, roman qui décrit la joie de vivre dans le Roussillon d'un Nordiste retraité des mines, et plusieurs de ses dernières œuvres.

Il est élu membre de l'académie Goncourt en 1977, ce qui constitue pour lui une sorte de revanche vis-à-vis du monde littéraire, dont il s'est toujours senti exclu et incompris. Jusqu'à sa mort en 2004, il sera le titulaire du couvert numéro 1, où lui succède Bernard Pivot.

Il a eu cinq enfants, dont le benjamin a été assassiné, ce qu'il raconte dans Le Mouvement de la terre. Joueur d'échecs, il a fait partie des personnalités ayant affronté Garry Kasparov lors d'une partie simultanée filmée par Canal+ en 1989.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

  • Le Mot « mineur », camarades... (essai, 1949)
  • La Seine a pris la mer (nouvelles, 1950)
  • Le Premier choc (roman, prix Staline, Moscou 1952), ultérieurement appelé Au château d'eau
  • Le Coup du canon (roman, 1952, deuxième tome de la trilogie Le Premier choc)
  • Paris avec nous (roman, 1953, troisième tome de la trilogie Le Premier choc)
  • Vers le réalisme socialiste (essai, 1953)
  • La Question du bonheur est posée (essai, 1956)
  • Nous nous aimerons demain (roman, 1957)
  • Le Foudroyage (roman, 1960)
  • La Douleur (roman, 1961)
  • Le Dernier Quart d’heure (roman, 1962)
  • Viens danser, Violine (roman, 1964), republié en 1994 dans Violine et André
  • André (1965, Prix du roman populiste 1967), republié en 1994 dans Violine et André
  • Pignon sur ciel (nouvelles, 1967)
  • Beau comme un homme (roman, 1968)
  • Qui ? (roman 1969)
  • Fleurs par erreur (roman, 1973)
  • Romansonge (roman, 1976)
  • L’Ami dans le miroir (roman, 1977)
  • Dieu est un enfant (roman, 1979)
  • L’Optimisme librement consenti (essai, 1979)
  • Le Médecin de charme (roman, 1980)
  • Les Berlines fleuries (récit, 1981)
  • J’étais enfant au pays minier (récit, 1981)
  • L’Homme de cœur (roman, 1982)
  • Les Quartiers d’été (roman, 1984)
  • Soixante-quatre coquelicots (roman, 1984)
  • Pêche à la plume (récit, 1985)
  • Une histoire pour chaque matin (jeunesse, 1986)
  • Quand Robespierre et Danton inventaient la France (essai, 1988)
  • Maxime et Anne (roman, 1989)
  • Le Roman de Constance (roman, 1990)
  • Gazelle (roman, 1991)
  • L'Autre Monde, etc... (fausses nouvelles) et Au mot amour (poèmes) (1992)
  • Une vie à écrire (autobiographie, 1993)
  • Du non au oui, le pari communiste (essai, 1993)
  • Le Mouvement de la terre (roman, 1995)
  • La Neige fumée (roman, 1996)
  • L'Homme fleur (roman, 1997)
  • L'Enchanterie (roman, 1998)
  • Bélesta (roman, 2000)
  • Malaguanyat (roman, 2002)

Scénarios pour la télévision[modifier | modifier le code]

  • Le Petit Boxeur (1972)
  • La Correspondante (1973)
  • La Croisée (1975)
  • L’Ami dans le miroir (1978)
  • Le Dernier train (1979)
  • Les Petits soirs (1979)

Liens externes[modifier | modifier le code]