André Rossinot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Rossinot
André Rossinot à un meeting de Nicolas Sarkozy, en 2012.
André Rossinot à un meeting de Nicolas Sarkozy, en 2012.
Fonctions
Maire de Nancy
Prédécesseur Claude Coulais
Successeur Laurent Hénart
Président du Parti radical
20032007
En tandem avec Jean-Louis Borloo (2005-2007)
Prédécesseur François Loos
Successeur Jean-Louis Borloo
19931997
Prédécesseur Yves Galland
Successeur Thierry Cornillet
19831988
Prédécesseur Didier Bariani
Successeur Yves Galland
Ministre de la Fonction publique
Gouvernement Édouard Balladur
Prédécesseur Michel Delebarre
Successeur Jean Puech
Ministre chargé des Relations avec le Parlement
Gouvernement Jacques Chirac II
Prédécesseur André Labarrère
Successeur Jean Poperen
Biographie
Date de naissance (74 ans)
Lieu de naissance Briey (Meurthe-et-Moselle)
Nationalité Française
Parti politique UDF
UMP
UDI
RAD
Diplômé de faculté de médecine de Nancy
Profession oto-rhino-laryngologiste

André Rossinot, né le à Briey (Meurthe-et-Moselle), est un homme politique français. Ancien député, ancien ministre, ancien président du Parti radical, ancien maire de Nancy, il est actuellement président de la communauté urbaine du Grand Nancy.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir suivi ses études au lycée Henri-Poincaré de Nancy, puis à la faculté de médecine de Nancy, André Rossinot devient médecin oto-rhino-laryngologiste (ORL).

Conseiller municipal de Nancy à partir de 1969 et adjoint au maire à partir de 1977, André Rossinot est constamment élu député en Meurthe-et-Moselle entre 1978 et 1997. Il cède ses fonctions à son suppléant après ses nominations au gouvernement : il est ainsi ministre chargé des Relations avec le Parlement du deuxième gouvernement Jacques Chirac (1986-1988), puis ministre de la Fonction publique du gouvernement Édouard Balladur (1993-1995).

Réélu député après son départ du gouvernement en 1995, il est battu de justesse, deux ans plus tard, par le socialiste Jean-Jacques Denis. André Rossinot se recentre alors sur ses mandats locaux. Il est en effet maire de Nancy depuis 1983. Réélu en 1989, 1995, 2001 et 2008, il brise ainsi la tradition qui veut qu'un maire de Nancy n'accomplisse pas plus de deux mandats. En 2008, André Rossinot est le deuxième maire UMP à autoriser la signature des Pacs en mairie, après Christian Estrosi à Nice. Depuis 2001, il préside la communauté urbaine du Grand Nancy (CUGN).

André Rossinot est président du Parti radical à plusieurs reprises : de 1983 à 1988, de 1993 à 1997 et de 2003 à 2007 (en tandem avec Jean-Louis Borloo à partir de 2005). L'hypothèse d'une candidature d'André Rossinot à l'élection présidentielle de 1988, sous l'étiquette du Parti républicain, est évoquée[1]. Également membre de l'UMP, dont il est membre du comité exécutif, il prend ses distances avec la méthode employée par Dominique de Villepin lors de la crise du CPE (recours à l'article 49-3 de la constitution et refus du dialogue avec les partenaires sociaux au début de la crise), sans pour autant critiquer le projet[2]. Il apporte son soutien à Nicolas Sarkozy aux élections présidentielle de 2007 et 2012.

Après avoir rejoint l'UDI à sa création, en 2012, il annonce, l'année suivante, qu'il ne sera pas candidat à la mairie de Nancy en 2014[3],[4]. Le candidat qu'il soutenait, Laurent Hénart, lui succède le .

Détail des mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

Au gouvernement
À l'Assemblée nationale
Au niveau local
Autres responsabilités

Écrits[modifier | modifier le code]

Distinctions honorifiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alexis Massart, L'Union pour la démocratie française, L'Harmattan, 2000.
  2. Selon lui « ce n'est pas en faisant des croisades individuelles au mépris des institutions républicaines que l'on peut engager le chemin de la réforme ». De fait, il préconise un dialogue avec les partenaires sociaux et les chefs d'entreprises afin de réformer le modèle social de la France, de réduire les inégalités et de lutter contre le chômage.
  3. À Nancy, André Rossinot prépare sa succession, Le Monde, 24 mai 2013.
  4. Nancy : le roi Rossinot cède son trône, Le Point, 24 mai 2013.
  5. « André Rossinot quitte la présidence de la FNAU », La Gazette des communes,‎ 13 octobre 2010 (lire en ligne)
  6. Chirac et les Francs-Maçons, actualité Politique : Le Point
  7. http://www.arretsurimages.net/media/pdf/le-siecle.pdf

Lien externe[modifier | modifier le code]