André Rigaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rigaud.
André Rigaud
Image illustrative de l'article André Rigaud

Naissance 17 janvier 1761
Les Cayes
Décès 18 septembre 1811 (à 50 ans)
Les Cayes
Origine Français, Arada, Mulâtre
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Drapeau français Royaume de France
Drapeau français République française
Flag of Haiti 1806.svg État d'Haïti
État du Sud
Grade Général de brigade
Années de service 17791811
Conflits Guerre de la Révolution américaine
Guerre de la Révolution haïtienne
Faits d'armes Siège de Savannah
Bataille de la Croix-des-Bouquets
Bataille de Léogane
Bataille de Trutier
Bataille de Tiburon
Bataille des Irois (1796)
Bataille des Irois (1797)
Expédition de Saint-Domingue
Siège de la Crête à Pierrot
Autres fonctions Président de l'État du Sud (1810-1811)

André Rigaud, né le 17 janvier 1761 et mort le 18 septembre 1811, est un général français ayant participé à la révolution haïtienne, et chef du parti mulâtre opposé à Toussaint Louverture. Il devient éphémère chef de l'État du sud, après l'indépendance d'Haïti.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Rigaud naît aux Cayes, ville de la péninsule sud de Saint-Domingue en 1761. Il est le fils d'un huissier de justice blanc du nom de Charles François Rigaud et d'une esclave, Rose Bossy. Il est un mulâtre né libre. Son père a 13 enfants dont 8 de sa femme Élisabeth Rigaud née Poulain (Française) et 5 autres de Rose Bossy (esclave) venu d'Afrique. Il part pour Bordeaux en France pour apprendre le métier d'orfèvre. En 1779, l'amiral d'Estaing vient à Saint-Domingue lever une légion de volontaires parmi les gens de couleur libres (mulâtres ou noirs affranchis) afin d'aider à la guerre d'indépendance américaine. Rigaud est volontaire. Au sein d'un corps de 1 500 hommes, il combat, entre autres, au siège de Savannah et y apprend l'art de la guerre.

La révolte haïtienne[modifier | modifier le code]

La Révolution française est pour lui comme pour tous les libres, l'occasion de réclamer l'égalité entière avec les blancs. L'exécution des libres Vincent Ogé et Chavannes en février 1791 le convainc de devoir recourir aux armes. Rapidement, il soulève le sud et participe au siège de la capitale Port-au-Prince en novembre. Il soutient les commissaires civils Sonthonax et Polverel dès leur arrivée en septembre 1792. Il les accueille aux Cayes quand Port-au-Prince tombe aux mains des Britanniques le 1er juin 1794. C'est à lui que Sonthonax et Polverel, embarquant pour la métropole le 14 juin 1794, remettent le décret d'abolition de l'esclavage pour le sud du pays. Il maintient le sud hors de la domination britannique.

Son autorité est orageuse. Il ne s'entoure que de mulâtres, se méfiant des noirs. En 1799, Toussaint Louverture n'a qu'à lui tendre un piège assez grossier pour qu'il déclare lui-même la guerre des couteaux. La victoire des armées noires en août 1800 l'oblige à fuir pour la France. Napoléon Bonaparte l'enrôle dans l'armée de Leclerc, chargée de reconquérir Saint-Domingue en 1802. Après l'échec de cette expédition, il est emprisonné par Napoléon au fort de Joux, à quelques cellules de distance de Toussaint Louverture. Il réussit à s'échapper et, en cachant son identité, peut retourner en 1810 dans son pays, devenu indépendant : Haïti. Le président Alexandre Pétion lui fait d'abord bon accueil, mais Rigaud entend constituer son État dans la péninsule ; il fait sécession le 3 novembre 1810. Il meurt le 18 septembre 1811. Quelques mois plus tard, Pétion rattache la péninsule à la république haïtienne.

Famille[modifier | modifier le code]


Charles François Rigaud a cinq enfants avec Rose Bossy : André, Augustin, Angélique, Joseph et François. André Rigaud est quant à lui le père de 9 enfants. Marié avec Marie Anne Villeneuve, il a 4 enfants : André Vincent, Françoise-Henriette, François Guillaume et Augustin. De ses relations avec 3 maîtresses naissent également 6 autres enfants.

Avec Marie-Magdelaine Renard :

  • Louis Rigaud

Avec Jeanne Marie Moline :

  • Luxis « André » Rigaud
  • Rose Angélique Uranie Rigaud

Avec sa troisième maîtresse :

  • Cyrille Rigaud
  • Numa Rigaud

La majorité de la famille Rigaud vit actuellement à Camp-Perrin, aux États-Unis et au Canada.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel R. Doret, André Rigaud : La vraie silhouette, éd. Xlibris Corporation, 2011, 158 p.
  • Henri Castonnet Des Fosses, Le perte d’une colonie : La révolution de Saint-Domingue, Paris, A. Faivre,‎ 1893, 380 p. (lire en ligne), p. 152-194

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • André Rigaud, Réponse du général de brigade André Rigaud à la proclamation du citoyen Roume, agent du Directoire Exécutif à Saint-Domingue, en date du 15 Messidor l’an 7ème, Aux Cayes, [s.n.],‎ 1799, 26 p. (lire en ligne)