André Pringolliet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Pringolliet
André Pringolliet en 1932
André Pringolliet en 1932
Fonctions
Parlementaire français
Député 1932-1940
Gouvernement 3e République
Groupe politique PSdF (1932-1936)
USR (1936-1940)
Biographie
Date de naissance 23 janvier 1879
Date de décès 13 juillet 1965
Résidence Savoie

André Pringolliet est un homme politique français, né le 23 janvier 1879 et mort le 13 juillet 1965 à Ugine, en Savoie.

Fonctionnaire à la mairie d'Albertville, puis cultivateur-négociant, il est président de la Fédération des mutuelles du bétail de la Savoie quand il s'engage en politique. Il devient en 1908, à 29 ans, maire de sa ville natale, en gagnant contre le candidat soutenu par le propriétaire des aciéries d'Ugine, Paul Girod. Acteur de la modernisation de la commune (routes jusqu'aux hameaux, constructions d'écoles, assainissement, mise en place de la séparation de l'Église et de l'État...), il est ensuite élu conseiller d'arrondissement, en 1910, puis conseiller général, en 1919.

Au début des années 1930, après avoir été battu aux législatives par le radical Antoine Borrel en 1928, il rejoint la SFIO de Savoie (laminée après la création de la SFIC en 1920), dont il reprend la direction.

En 1932, il se présente une deuxième fois à la députation, et est élu de peu. Il est le premier député socialiste à être élu en Savoie. Après un passage au nouveau Parti socialiste de France, issu d'une scission de la SFIO, il est réélu de justesse en 1936, cette fois-ci en tant que membre de l'Union socialiste républicaine, il réintègre finalement la SFIO.

Le 10 juillet 1940, André Pringolliet vote en faveur de la remise des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain. Il rejoint ensuite la Résistance uginoise, puis retrouve son siège de maire de 1944 à 1945, avant de se voir interdit de mandat à la Libération et exclu de la SFIO. Il retrouvera néanmoins en 1947 son mandat de maire, qu'il exercera jusqu'en 1959. Son beau-frère Jules Bianco lui succède ensuite à la mairie.

Il meurt en 1965.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Jean Jolly (dir.), Dictionnaire des parlementaires français, notices biographiques sur les ministres, sénateurs et députés français de 1889 à 1940, Paris, PUF, 1960.
  • Franck Gavard-Perret, Paul Girod d'Ugine, Université de Savoie , 2 vol., 2007

Lien externe[modifier | modifier le code]