André Lassagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Lassagne
Fonctions
Parlementaire français
Sénateur
19481953
Gouvernement IVe République
Biographie
Date de naissance 23 avril 1911
Date de décès 4 avril 1953 (à 41 ans)
Résidence Département du Rhône

André Lassagne

Naissance 23 avril 1911
Lyon, Rhône, France
Décès 4 avril 1953 (à 41 ans)
Lyon, Rhône, France
Nationalité France Français
Profession Professeur d'italien
Activité principale Résistant français
Adjoint à l'état-major de l'Armée Secrète
Formation
Agrégé de lettres
Distinctions

André Louis Lassagne, né le 23 avril 1911 à Lyon et décédé le 4 avril 1953 également à Lyon, est un résistant et homme politique français, sénateur du Rhône de 1948 à 1953.

Jeunes années[modifier | modifier le code]

Orphelin de père dès l'âge de trois ans, il vit avec sa mère. Admis en classe de troisième au lycée du Parc en 1924, il obtient ensuite son baccalauréat littéraire. Il effectue son service militaire au sein du 23e Bataillon de chasseurs alpins où il est promu sous-lieutenant, puis revient à Lyon où il s'inscrit à la faculté de Lettres. Il obtint ainsi, en 1932, une licence de lettres accompagnée de certificats d'italien. En 1938, il devient professeur au lycée Chateaubriand de Rome où il enseigne l'italien jusqu'à la déclaration de guerre qui provoque sa réquisition sur le front des Alpes. Décoré de la croix de guerre, il est démobilisé le 18 août 1940.

De retour en France, il est nommé professeur d'italien au lycée du Parc où il prépare une agrégation. Il entre également dans la Résistance contre l'occupant allemand.

Le résistant[modifier | modifier le code]

Dès octobre 1940, il est chargé d'organiser des actions de type militaire : cache d'armes et munitions, matériel de transmission, évasion de prisonniers de guerre et passages par l'Espagne, reconnaissance.

En juillet 1941, intéressé par l'information dans la zone Sud, il signe le premier numéro de Libération avec Raymond Aubrac et Jean Cavaillès.

Au printemps 1943, il devient l’adjoint de Joseph Gastaldo, chef du deuxième bureau de l’Armée secrète, puis inspecteur général et adjoint du général Charles Delestraint. Ce dernier sera arrêté à Paris le 9 juin 1943, peu avant un agent de liaison de Daniel Cordier, Jean-Louis Théobald et le capitaine Gastaldo ; Jean Moulin doit alors réorganiser l'armée secrète, et demande à André Lassagne de trouver un lieu sûr afin d'organiser une réunion d’état-major.

Lassagne propose Caluire, où son ami le docteur Dugoujon accepte que la réunion se déroule chez lui. Le 21 juin 1943 vers 13h30, Lassagne va chercher Henri Aubry à l'arrêt de la ficelle de Lyon.

Aubry et Lassagne rejoignent la maison où se trouvent déjà le colonel Lacaze, Bruno Larat et Jean Moulin. À 14h40, le Sipo-SD mené par Klaus Barbie investit la maison du docteur Dugoujon.

Détention[modifier | modifier le code]

André Lassagne sera d'abord détenu dans la prison Montluc[1], puis à Fresnes. Le 24 octobre 1943, il sera confronté au Tribunal militaire allemand du Gross Paris, présidé par le juge Ernst Roskothen avec comme motif d'inculpation « aide à l'ennemi et espionnage ».

En application du décret Nacht und Nebel, Lassagne est déporté au camp de concentration de Natzwiller-Struthof avec le général Delestraint, le capitaine Gastaldo et Emile Schwarzfeld. Il est ensuite transféré au camp de Brieg, puis à la prison de Liegnitz, au camp de Gross-Rosen et enfin au camp de Flossenbürg où il restera trois mois; il contractera une grave affection pulmonaire durant ce dernier transfert.

L'homme politique[modifier | modifier le code]

André Lassagne est libéré le 23 avril 1945. De retour en France le 27 mai 1945, il est reçu second de l'agrégation qu'il avait commencé à préparer avant la guerre. Il se consacre alors à la politique, adhérant au RPF. Par la suite, il occupera plusieurs fonctions : conseiller municipal de Lyon, vice-président du conseil général du Rhône et sénateur du Rhône[2]. Enfin, il sera l'un des délégués français au conseil de l'Europe.

Vie privée[modifier | modifier le code]

André Lassagne s'est marié et a eu quatre enfants. Il meurt le 4 avril 1953[3].

Hommages[modifier | modifier le code]

Plusieurs bâtiments scolaires ont été baptisés « André-Lassagne ». De plus, un quai porte son nom à Lyon, sa ville natale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) Archives départementales du Rhône, « Fiche de renseignements », sur rhone.fr (consulté le 25 juillet 2011)
  2. (fr) « Anciens sénateurs IVème République : Lassagne André », sur senat.fr (consulté le 25 juillet 2011)
  3. « Lassagne André », sur senat.fr (consulté le 24 juin 2013)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]