André Lagarrigue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

André Lagarrigue, né en 1924 à Aurillac et mort en 1975 à Orsay, est un physicien français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien élève de École Polytechnique (X1944)[1], il a étudié par la suite la physique aux États-Unis, à Berkeley, jusqu'en 1955.

Il fait partie, avec Bernard Gregory, Albert Messiah et d'autres, qui comme lui ont séjourné aux États-Unis, de ceux qui ont profondément rénové l'enseignement supérieur de la physique après-guerre. Il est nommé professeur à l'Université d'Orsay en 1964.

Il dirige le Laboratoire de l'accélérateur linéaire d'Orsay de 1969 à 1975 ; il est un des spécialistes mondiaux de l'étude de la force d'interaction faible, il a notamment découvert, en 1973, les courants neutres de Interaction électrofaible avec l'expérience Gargamelle au CERN.

Il meurt prématurément en 1975, d'une crise cardiaque, à la sortie d'un de ses cours à la Faculté des sciences d'Orsay.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Il est lauréat en 1975 de la deuxième édition du prix Ampère de l'Académie des Sciences, après Jean Brossel qui en fut le premier titulaire en 1974.

Hommages[modifier | modifier le code]

  • Un prix André Lagarrigue a été créé en son hommage par la Société française de physique.
  • Une salle de cours a été nommée en son honneur à l'École polytechnique.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

L'hommage de l'IN2P3 à André Lagarrigue, avec les allocutions prononcées en son honneur le 12 mars 1975.