André Herbelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

André René Celestin Herbelin (9 décembre 1889 au Havre - 16 décembre 1966 (à 76 ans)) est un militaire et as de l'aviation français de la Première Guerre mondiale, au cours de laquelle il remporta onze victoires aériennes homologuées. Il participera également à la défense de son pays pendant la Seconde Guerre mondiale, en s'engageant dans la Résistance contre l'Allemagne nazie[1].

Il est enterré au cimetière de Brasse à Belfort[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, Herbelin est un officier de réserve dans l'infanterie. Le 19 août 1914, il est appelé sous les drapeaux et affecté au 8e escadron du train des équipages avec le grade de sergent. Il y restera deux ans, avant d'être transféré dans l'aviation et débute un entrainement de pilote à Avord, le 28 janvier 1916. Le 29 mars 1916, il reçoit le brevet de pilote no 3088, et part suivre un entrainement complémentaire à Pau et Cazaux, qu'il terminera le 20 août 1916. Le 4 septembre, il intègre l'Escadrille 102[1].

Il vole sur des Nieuports lorsqu'il remporte sa première victoire aérienne le 25 janvier 1917, un succès qui sera suivi par deux nouvelles victoires les 16 et 19 mars. Il est promu au grade d'adjudant le 25 mars 1917. Le 8 avril, Herbelin est transféré à l'Escadrille 81, qui volait également sur des Nieuports. Le 20 avril, il reçoit la Médaille militaire en plus de la croix de guerre reçue précédemment. Il remportera de nouvelles victoires en août 1917 en abattant trois avions allemands, dont l'une sera partagée avec Gabriel Guérin et Marcel Hugues. En septembre, il remporte deux victoires, qui ne pourront toutes fois pas être homologuées. Puis, le 11 octobre, il est brièvement hospitalisé. Alors qu'il est en convalescence, il est promu sous-lieutenant. Le 25 octobre, il rejoint son escadrille. En décembre 1917, Herbelin fait à nouveau équipe avec Marcel Hugues, Jacques Leps, et l'adjudant Levecque avec lesquels il remporte deux victoires[1].

Sa neuvième victoire a lieu le 30 janvier 1918, et sa dixième le 5 mars. Un mois plus tard, le 6 avril 1918, il est fait Chevalier de la Légion d'honneur. Il est transféré à l'Escadrille 97, le 22 mai 1918, au sein de laquelle il volera désormais sur des SPADs. Le 15 juillet, il remporte sa dernière victoire. À la fin de la guerre, André Herbelin totalise onze victoires homologuées et cinq non homologuées et 1400 heures de vol[1].

Après la Guerre, il continue à voler sur des avions civils. La liste des pilotes français de l'aviation civile établie en 1920 indique qu'Herbelin opérait alors sur des SPAD VII, dont le code était F-ABEI et F-ABEJ[3],[4].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Herbelin rejoindra la Résistance intérieure française et se battra contre l'Occupant, ce qui lui vaudra d'être fait commandeur de la Légion d'Honneur après la guerre et d’être promu au grade de lieutenant colonel. Herbelin a rempli les fonctions de Secrétaire de Association des as français, jusqu'à sa mort le 16 décembre 1966[1].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d et e (en) Over the Front: A Complete Record of the Fighter Aces and Units of the United States and French Air Services, 1914-1918, p. 176.
  2. Bertrand Beyern, Guide des tombes d'hommes célèbres, Le Cherche midi,‎ 2011, 385 p. (ISBN 9782749121697, lire en ligne), p. 274.
  3. Golden Years of Aviation : Civil Aircraft Register - France Consulté le 6 septembre 2010.
  4. Golden Years of Aviation : CoR index - France Retrieved on 6 September 2010.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Over the Front: A Complete Record of the Fighter Aces and Units of the United States and French Air Services, 1914-1918 Norman L. R. Franks, Frank W. Bailey. Grub Street, 1992. (ISBN 0-948817-54-2), 9780948817540.