André Girard (1909-1993)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis André Girard (résistant))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir André Girard.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec André Girard (peintre).

André Girard, né à Cahors le 22 avril 1909 et décédé à Lyon le 4 juin 1993, est un ancien cadre de la SEITA et membre de la Résistance française.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Girard était, sous le pseudonyme "Pointer", le chef régional d'un réseau de renseignements clandestin en France occupée de 1940 à 1945, le réseau Alliance ou Arche de Noé, dirigé par Marie-Madeleine Fourcade (Alias "Hérisson").

Ce réseau avait pour spécificité les noms d'animaux portés par la quasi-totalité de ses 3 000 agents : Bleu d'Auvergne, Setter, Labrador, Bichon, Abeille, Aigle... Découpé par régions, le réseau était dirigé pour l'actif district "Hôpital" (secteur Centre-ouest) et ce, de 1943 à septembre 1944, par André Girard. En juin 1944, son secteur dénombrait 185 agents principaux répartis sur 16 départements, du sud de la Loire au nord de la Garonne, secteur gardant encore le souvenir des tragiques massacres de Tulle et d'Oradour-sur-Glane.

Ces agents étaient issus des catégories sociales les plus diverses : le colonel de réserve maire de La Rochelle Léonce Vieljeux, l'étudiant Roland Creel, le vicaire de la cathédrale de Tulle Charles Lair, le docteur d'Ussel Jean Sirieix, le commissaire des Renseignements généraux Henry Castaing, l'employé de commerce de Brive-la-Gaillarde Pierre Bordes, l'agent du service des mesures et dérangements de Cahors Anthème Besson, le secrétaire général de la mairie de Guéret Roland Deroubaix, l'avocat creusois René Nouguès ou l'électricien Victor Renaud, mais aussi des paysans, chirurgiens, cheminots...

André Jean Louis Girard est né le 22 avril 1909 à Cahors ; rédacteur à l'administration des Tabacs depuis 1929, il exerçait ses fonctions, après sa capture à Dunkerque en juin 1940 et son évasion d'Allemagne en 1941, à Brive-la-Gaillarde et rejoignait rapidement les rangs de l'Armée des ombres.

Le 30 juin 1945, chargé de mission de 1re classe (assimilé au grade de capitaine) de la Direction générale des études et recherches, il était démobilisé à sa demande. Reversé dans son administration d'origine, il était muté à la manufacture des tabacs de Riom puis devenait directeur administratif et inspecteur de la Manufacture des tabacs de Lyon jusqu'à sa retraite. Il succédait également à Jacques Soustelle au conseil municipal de Lyon en 1962 au cours de la mandature de Louis Pradel.

Décédé le 4 juin 1993 à La Mulatière, commune limitrophe de Lyon, et inhumé dans le cimetière de Saint-Sauves d'Auvergne, André Girard était pendant de nombreuses années le trésorier national de l'Amicale des anciens du réseau Alliance. Il a publié ses mémoires de guerre en 1965 aux éditions France-Empire sous le titre Le temps de la méprise.

Décorations[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]