André Gernez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gernez.

André Gernez

Description de cette image, également commentée ci-après

André Gernez en 2010.

Naissance 25 janvier 1923
Avesnes-les-Aubert, Nord, France
Décès 8 janvier 2014 (à 90 ans)
Marcq-en-Barœul, Nord, France
Nationalité Drapeau de France Français
Profession docteur en médecine
Distinctions
Prix « Hans Adalbert Schweigart » de l'Union mondiale pour la protection de la vie
Médaille d'or de la Société d'Encouragement au Progrès

André Gernez, né le 25 janvier 1923 à Avesnes-les-Aubert et mort à Marcq-en-Barœul[1] le 8 janvier 2014, est un médecin adepte des méthodes dites « non-conventionnelles ».

Carrière[modifier | modifier le code]

Bachelier à quinze ans et docteur en médecine à vingt et un ans[réf. souhaitée], André Gernez devient attaché à Paris auprès de la Fondation française contre le cancer, l'Institut Curie après la guerre[2].

De 1946 à 1949, ses recherches portent sur le syndrome de Plummer-Vinson (également appelé Brown-Kelly-Paterson), fréquent en Suède. Gernez étudie cette affection en Angleterre (Radcliff's, Oxford), en Suède (Karolinska, Stockholm), aux États-Unis (Presbyterian Hospital, New York), puis au Canada ; il défend l'idée d'empêcher le cancer d'apparaître en intervenant à un stade précoce[3].

De 1950 à 1976, le docteur André Gernez vient travailler à Lille comme chef de travaux de radiologie[4] puis établit son cabinet de radiologie à Roubaix[5].

Suite au moratoire sur le cancer proposé par Antoine Lacassagne qui présidait le congrès international du Cancer à Tokyo en 1966[pas clair], André Gernez commence à rédiger sa théorie biologique. Jusqu'en 1969, Gernez et Delahousse soumettent à l'Académie des sciences quatre mémoires intitulés Néo-Postulats biologiques et pathogéniques, La Carcinogénèse (mécanisme et prévention), Le Cancer (dynamique et éradication) et Loi et Règles de la cancérisation. Ces travaux sont refusés par les comités de lecture.

En 1970, avec Pierre Delahousse, Jacques Lacaze, Dumont et Deston, André Gernez conteste l'idée d'absence de neurogenèse après la naissance : leur théorie repose sur la fixité neuronale après la naissance[6]. Gernez fonde l'association Union biologique internationale (qui deviendra l'Association biologique internationale) avec Paul Gellé, le professeur de biologie Nihous et les médecins Delahousse, Jacques Lacaze, Dumont, Deston et Jean-Pierre Willem.

Il émet également la théorie d'un « besoin biologique de croire » alléguant que le fait religieux serait fixé génétiquement dans le cerveau limbique[7].

Le 22 octobre 1983, André Gernez expose à l'Académie des Sciences sa théorie structurale de la schizophrénie[réf. nécessaire], qui affirme que l'homme utilise deux réseaux cérébraux pour penser ; le dernier réseau cérébral accessoire, tardif et terminal, prévalant sur le réseau primaire en inversant la réalité de l'information chez les schizophrènes.

André Gernez décède le mercredi 8 janvier 2014, vers 17 heures 30, d'une insuffisance respiratoire, au centre hospitalier de Roubaix, où il avait été chef de service de radiologie. Il avait 90 ans.

Théories médicales[modifier | modifier le code]

Appel de Gernez à créer la banque du sang universel Universal blood (en), extrait audio de la vidéo Le scandale du siècle de Jean-Yves Bilien.

La théorie médicale de Gernez part du postulat[réf. nécessaire] que, chez l'espèce humaine, « le potentiel cinétique d'une cellule souche est de 70 mitoses[Note 1] avant épuisement d'un épithélium et de 100 pour une colonie conjonctive[8][réf. insuffisante]. » Depuis le début des années 1970, il préconise plusieurs méthodes pour optimiser le rythme des divisions cellulaires afin de supprimer les cellules dégénérées. Selon lui, c'est le meilleur moyen de limiter le risque de développer des maladies dégénératives ou d'allonger la durée de vie biologique.

André Gernez a lancé un appel au Comité consultatif national d'éthique pour expérimenter les trois protocoles suivants :

  1. le protocole unifié d'adoption immunitaire (dit de « transfusion sanguine universelle par adoption immunitaire »)[9][réf. insuffisante] ;
  2. le protocole préventif contre le cancer dit « de prévention active » ;
  3. le protocole chirurgical curatif visant à tarir l'hormone de croissance par irradiation hypophysaire avec le Gamma Knife (L'appareillage des gamma-unit étant peu répandu, le professeur P. Tonnelier suggère de lui substituer la voie médicamenteuse somatostatine et somavert[réf. nécessaire])). Cette dernière méthode irréversible consiste à tarir de l'hormone de croissance par une intervention stéréotaxique dite « Stéréo GIHF » (Stéréo Gammathérapie Interstitielle Hypophysaire Freinatrice) ou un flash de gamma-irradiation sur la selle turcique. L'effet est acquis après une latence de 6 à 18 mois[10][réf. insuffisante],.

Sa « théorie des cellules souches » et ses « protocoles de prévention » sont cités comme référence par Maurice Israël et Laurent Schwartz[11],[12].

Pour le Dr Jallut, spécialiste en oncologie, les traitements préventifs préconisés par Gernez sont trop risqués et ne sont pas acceptables ; quant aux traitements curatifs ils n'ont « aucune légitimité scientifique »[13], il reprend les propos de Vigeral de 1988, « aucune base scientifique, étude aléatoire non coordonnée, méthodes d'évaluation déficiente, etc. »[14] et déconseille cette méthode jugée « inefficace et potentiellement dangereuse ».

Récompenses[modifier | modifier le code]

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • Les grands médicaments, avec Henri Pradal, éd. Édition du Seuil, Paris (France), 1975.
  • Néo-postulats biologiques et pathogéniques, impr. J. Verschave, 1re édition 1968, 122 pages.
  • Loi et règles de la cancérisation, éd. Verschave, Roubaix (France), 1970, 168 pages.
  • Le Cancer (écrit avec la collaboration de Georges Beau) - Presses de la Cité, mars 1972.
  • L. Léger, J. Bertrand, A. Gernez, J. Castaing « La dysphagie sidéropénique, maladie de Plummer-Vinson; état précancéreux [Sideropenic dysphagia; Plummer-Vinson's diseases; precancerous state] » La Presse médicale 1951;59(82):1736-9. PMID 14911667
  • « Dysphagie sidéropénique et membranes oesophagiennes » La Presse médicale 1949;57:362.
  • « L'intérêt du syndrome de Plummer-Vinson en cancérologie » Paris médical 14 mai 1949, no 18. (cité, ainsi que le précédent, dans l'ouvrage Iron Metabolism, chapitre Iron deficiency, de I. Bernàt, Ed. Springer, 1983:215-274)
  • Les Maladies dégénératives - Les Propositions du Docteur André Gernez - Soline Abbeville - Editeur :Kontre Kulture

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pierre Lance, Savants maudits, chercheurs exclus, Éditions Trédaniel, 2003-2010.
  • André Gernez, Le Scandale du siècle, Vidéo/DVD produit par Jean-Yves Bilien, 2007-2008.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. La vie biologique éternelle serait donc une utopie puisque la cellule génératrice disposerait d'un nombre de mitoses limité à 50 au stade enfant + 20 au stade adulte.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Voix du Nord du 11janvier 2014
  2. André Gernez, Les problèmes du vieillissement, Lettre de l'Association internationale Carità politica concernant le rôle des ambassadeurs accrédités près le Saint-Siège, septembre 2006, page 72-75.
  3. « Protocole contre le cancer : plan de déroulement et ingrédients », André Gernez, Magazine Enquêtes de santé, nº 1, juin-juillet 2010, p. 28
  4. « À propos du Docteur André Gernez », Jean-Yves Bilien, Magazine Enquêtes de santé, nº 1, juin-juillet 2010, p. 29
  5. Relations extérieures de la direction de l'Université Paris Diderot, page 40.
  6. « une cellule génératrice engendre deux cellules génératrices pendant la période embryonnaire. Après la croissance, une cellule génératrice engendre une cellule génératrice et une cellule fonctionnelle » (Néo-postulats biologiques et pathogéniques, André Gernez, impr. J. Verschave, 1968, p. 102).
  7. Gérard Minart, Salle comble à la Sorbonne pour trois médecins de Roubaix qui ont traité de la biologie du phénomène religieux, ''La Voix du Nord'' du 27 février 1980
  8. André Gernez, Loi et règles de la cancérisation, éd. Verschave, 1970, p. 93-101 (OCLC 490501880)
  9. André Gernez, Le scandale du siècle
  10. « Le rôle central de la somathormone » Magazine Enquêtes de santé, no 1, juin-juillet 2010, page 23.
  11. (en) [PDF] Maurice Israël, Laurent Schwartz « Carcinogenic mechanisms: Anticancer drugs that target tumor metabolism » Biomedical Research 2011;22(2):132-66. ISSN 0970938X
  12. (en) [PDF] Maurice Israël, Laurent Schwartz « The metabolic advantage of tumor cells » Molecular Cancer 2011; doi:10.1186/1476-4598-10-70
  13. Olivier Jallut, Médecines parallèles et cancers, L'horizon chimérique, page 315, 1992.
  14. P. Vigeral, La scandaleuse « campagne de prévention de la dégénérescence cancéreuse et artérielle », Prescrire 8, pp. 188-192, 1988, cité par Olivier Jallut dans Médecines parallèles et cancers.
  15. Le Scandale du siècle, tome 1, DVD André Gernez, produite par Jean-Yves Bilien, 2007
  16. La Tribune du Progrès n°34, hiver-printemps 2009
  17. Discours du Dr Delahousse lors de la remise de la Grande médaille d'or au Sénat

Liens externes[modifier | modifier le code]