André Géraud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

André Géraud, de son nom de plume « Pertinax », né le 18 octobre 1882 à Saint-Louis-de-Montferrand, mort le 11 décembre 1974 à Brive-la-Gaillarde, était un journaliste, spécialiste des relations internationales.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Géraud dirigeait le service étranger du quotidien L'Écho de Paris.

Ce nationaliste, politiquement à droite, combattit tous les régimes fascistes. Il collabora successivement au Daily Telegraph, à L'Écho de Paris, au Temps, à L'Europe nouvelle, fonda L'Ordre pour lutter contre l'esprit munichois[1].

Son hostilité à Franco, soutenu par L'Écho de Paris, le marginalisa. Il s'exile à New-York pendant l'Occupation où il publia en 1943 à New-York un livre, Les Fossoyeurs, défaite militaire de la France, armistice, contre-révolution[2] qui reste un ouvrage de référence sur la France des années 1930, son personnel politique et militaire, et la situation de la presse.

De retour en France à la Libération, il collabora à France-Soir sous la direction de Pierre Lazareff[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b https://saintyrieixlaperche.wordpress.com/2013/05/29/pertinax-le-celebre-journaliste-qui-a-fini-sa-vie-a-segur-le-chateau/
  2. NY, éditions de la maison française, 1943, tome 1 : Les derniers chefs de la IIIème république, Gamelin, Daladier, Reynaud - tome 2 : Pétain