André Favory

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Plaque commémorative sur le domicile parisien d'André Favory au n° 2 de la rue Auguste-Vitu

André Favory, né le 29 mars 1889 à Paris 10e[1], ville où il est mort le 5 février 1937, est un peintre et illustrateur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Élève de l'Académie Julian, et fortement influencé par Cézanne, Favory peint dans un style cubiste pendant les premières années de sa carrière.

En 1914, mobilisé, il part pour la guerre. Lorsqu'il expose de nouveau en 1919, l'expérience des tranchées a profondément modifié sa conception de l'art. Il s'éloigne alors du mouvement cubiste, qu'il juge trop intellectuel, pour s'approcher davantage des aspects charnels de la nature et de la vie.

Il fait de fréquents voyages en Belgique pour étudier l'œuvre de Rubens, qui exerce dès lors sur lui une influence déterminante.

Devenu un maître de la couleur, Favory peint désormais des paysages aux tons chauds, des nus voluptueux et des portraits féminins très sensuels. Il expose régulièrement dans les grands Salons (Salon d'automne en 1921-1923, Salon des Tuileries en 1923-1924, etc.). Pendant les années 1920, les œuvres de Favory sont exposées dans de nombreuses galeries à Paris et à Bruxelles, ainsi qu'à Londres, Amsterdam, New York et Tokyo. Pour des critiques aussi influents que Louis Vauxcelles, il est un artiste majeur de sa génération.

Il mène parallèlement une activité d'illustrateur, pour des ouvrages tels que Les Poèmes de l'humour triste de Jules Supervielle (1919), une réédition de L'Éducation sentimentale de Gustave Flaubert (1924), Ouvert la nuit de Paul Morand (1924), Le Jeu de la "Madame Malade" de Maurice Beaubourg (1926), ou encore Drogues et peintures, album d'art contemporain de François Quelvée (non daté).

Atteint d'une maladie grave et invalidante, il doit cesser de peindre au début des années 1930, et meurt en 1937.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Œuvres[modifier | modifier le code]

Plusieurs de ses œuvres, dont Le Repos du modèle (1924), sont conservées au Musée national d'art moderne à Paris.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de l'état civil de Paris en ligne, acte de naissance n° 10/1569/1889. Il est né en 1889 et non en 1888. En mentions marginales, deux mariages : en 1920 avec Hélène Hermil, puis en 1933 avec Théodosie Tyczynski.