André Fauconnet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fauconnet.

André Fauconnet est un philosophe, écrivain et esthéticien français, né en 1881 et décédé en 1965[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Agrégé de philosophie, professeur de langue et littérature allemandes à la Faculté des lettres de l'Université de Poitiers, où il compte parmi ses élèves Paul Cognasse (1914-1993), peintre, sculpteur et verrier. Professeur de sociologie et de science de l'éducation à la Faculté des lettres de Paris (1921-1938).

Il adresse à Jean-Richard Bloch une correspondance, suite au texte de celui-ci Notre Temps (cette correspondance est conservée à la Bibliothèque nationale de France, fonds J.R Bloch, tome 19, lettre du 20 octobre 1931). Cette lettre sera transmise par son destinataire à Georges Canguilhem.[évasif]

Œuvres[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

  • L'esthétique de Schopenhauer, Bibliothèque de philosophie contemporaine, 1913
  • Wilhelm Waiblinger et André Fauconnet, Liebe und Hass, ungedrucktes Trauerspiel, 1914
  • « La Psychologie de la femme chez Wagner et Schopenhauer », dans Le Monde musical no 5 du 15 mars 1914
  • « L'Esthétique de Schopenhauer » dans Le Monde musical no 5 du 15 mars 1914
  • « Sur la dépopulation de la France » dans le Mercure de France no 603 du 1er août 1923
  • Un philosophe allemand contemporain Oswald Spengler. Le prophète du déclin de l'Occident, 1925
  • « Schopenhauer précurseur de Freud » dans le Mercure de France no 852 du 15 décembre 1933
  • Étude sur l'Allemagne, première série, Félix Alcan, 1934

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]