Andreas Cassius (1605-1673)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis André Cassius)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Cassius.

Andreas Cassius

Naissance 1605
Schleswig (Danemark)
Décès 1673
Hambourg (Saint-Empire romain germanique)
Nationalité Drapeau de l'Allemagne Allemand
Champs Chimie, médecine

Andreas Cassius, né à Schleswig en 1605 et mort à Hambourg en 1673 est un médecin et chimiste allemand. Il ne doit pas être confondu avec son fils Andreas Cassius (1645-v. 1700), qui fut également médecin et chimiste.

Résumé biographique[modifier | modifier le code]

Il fait ses études de médecine à Leyde où il obtient son diplôme en 1632. Il exerce par la suite en qualité de médecin du duc de Holstein et du prince-évêque de Lübeck[1].

Son nom a été donné à la pourpre de Cassius, un pigment minéral obtenu par réduction du chlorure aurique par le chlorure stanneux. C'est son fils homonyme, dit « de Hambourg »[N 1] qui, en 1685, publie le procédé mis au point par son père (douze ans après la mort de ce dernier et sans le citer), dans un ouvrage en latin[2] dont le titre extrêmement long est souvent abrégé en « De Auro » (l'Or)[N 2].

Bien que le précipité pourpre porte le nom d'Andreas Cassius père, Johann Rudolf Glauber en signale, dès 1659, une autre méthode de préparation[3], et il est déjà utilisé dans une usine de Potsdam en 1679[1].

Ce « précipité d'or » fut exporté en Chine vers 1720, où il permit la réalisation des porcelaines dites de la « famille rose », sous la dynastie Qing.

Andreas Cassius est aussi à l'origine de la fabrication de l'essence de bézoard.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon Hunt (1976), Andreas Cassius fils naît à Hambourg en 1645, fait ses études de médecine à Gröningen (Saxe) où il obtient son diplôme en 1668, exerce la médecine à Lübeck où il meurt à la fin du XVIIe siècle (la date exacte de son décès n'étant pas précisée). Il est l'auteur de plusieurs ouvrages médicaux, ainsi que du traité De Auro, publié en 1685, qui se présente comme un ouvrage d'alchimie.
  2. Le titre complet de l'ouvrage est :
    De extremo illo et perfectissimo naturae opificio ac principe terraenorum sidere Auro ; de admiranda ejus natura, generatione, affectionibus, effectis, atque ad operationes artis habitudine. Cogitata, Nobilioribus experimentis illustrata.
    (Réflexions, illustrées des expériences les plus nobles, à propos de ce dernier et très parfait chef-d'œuvre de la nature et le premier des métaux : l'Or ; de ses admirables propriétés, génération, affections, effets et de son utilisation habituelle dans les opérations de l'art.)

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) L. B. Hunt, « The true story of purple of Cassius », Gold Bull., vol. 4, no 9,‎ 1er septembre 1976, p. 134-139 (ISSN 0017-1557, lire en ligne)
  2. (la) Andreas Cassius D., Hamburgensis, De Extremo Illo Et Perfectissimo Naturae Opificio Ac Principe Terraenorum Sidere Auro, Wolffus,‎ 1685, 152 p. (lire en ligne)
  3. (de) Johann Rudolf Glauber, Des Teutschlandts Wohlfart, vol. 4, Amsterdam, Jansson,‎ 1659, 148 p., p. 35-36