André Bolkonsky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cyrillic letter Dzhe.svg Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.
André Bolkonsky
Personnage de fiction apparaissant dans
Guerre et paix

Mel Ferrer interprétant André Bolkonsky dans Guerre et Paix
Mel Ferrer interprétant André Bolkonsky dans Guerre et Paix

Origine Russie
Sexe Masculin
Caractéristique(s) Prince. Naissance en 1778
Entourage Natacha Rostova, Pierre Bézoukhov, Nicolas Bolkonsky, Marie Bolkonskaya, Lise Bolkonskaya, Nicolas Andreïevitch

Créé par Léon Tolstoi
Interprété par Mel Ferrer, Viatcheslav Tikhonov, Alessio Boni
Roman(s) Guerre et paix

Le prince Andrei Nikolaievich Bolkonsky (russe : Андрей Николаевич Болконский) est l'un des personnages principaux du roman de Léon Tolstoï, Guerre et Paix.

Fils du prince Nicolas Bolkonsky, ami intime de Pierre Bézoukhov et fiancé à Natacha Rostova, le prince André est l'un des héros les plus emblématiques et complexes de l'œuvre de Tolstoï.

D'une intelligence fine et réservée, nous suivons l'évolution intérieure de cet homme rationnel, fort et ambitieux pourtant insatisfait de son existence. Sa rencontre avec Natacha bouleverse cependant le pessimisme résigné auquel les événements tragiques de sa vie l'ont conduit.

Côtoyant les grands personnages historiques du roman (Koutouzov, Napoléon, Alexandre Ier), sa réflexion personnelle sur le pouvoir s'ajoute à la pensée générale de l'auteur sur la Guerre elle-même.

Héros quasi « métaphysique », loin pourtant d'être tourmenté comme son ami Pierre, c'est face à la mort et à sa capacité de pardon (Anatole Kouraguine) qu'il découvre son humanité profonde et le prix qu'il accorde à la vie et à son amour pour Natacha.

Il participera aux plus grandes batailles des Russes contre la Grande Armée napoléonienne, est mortellement blessé à celle de la Moscova (ou Borodino), et meurt un mois plus tard de cette plaie entre sa sœur la princesse Marie et Natacha Rostova.


« Cet être innommé, c’est la mort, la mort qui vient à lui, et il faut à tout prix qu’il lui échappe !… Il saisit la porte… la refermer n’est plus possible, mais, en rassemblant ce qui lui reste de forces, peut-être pourra-t-il du moins l’empêcher de passer ?… Hélas ! ses forces s’épuisent, il s’agite dans le vide, et la porte remue de nouveau !… Il tente une fois encore de résister à la pression du dehors… Peine inutile !… Le spectre entre, il est entré… et le prince André se sent mourir ! » (Livre 4)

Inspiration[modifier | modifier le code]

Le prince André Bolkonsky est inspiré par la figure tragique du comte Ferdinand von Tiesenhausen, aristocrate russe fils de l'une des plus grandes familles de la noblesse germano-balte, il fut l'époux de la princesse Elizabeth Koutouzova, fille du maréchal prince Koutouzov. Le comte combattit à Austerlitz sous les ordres de son beau-père et devint aide de camp de l'empereur Alexandre Ier avant d'être mortellement blessé sur le champ de bataille, un drapeau à la main. Napoléon, s'approchant de lui alors qu'il était encore vivant, déclara : « Quelle belle mort ! » (dans l’œuvre de Tolstoï, le prince André est aussi blessé à Austerlitz, et Napoléon le voyant, énonce cette même phrase).

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]