André Aschieri

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Aschieri
André Aschiéri à Mouans-Sartoux en 2012
André Aschiéri à Mouans-Sartoux en 2012
Fonctions
Député de la 9e circonscription des Alpes-Maritimes
12 juin 199719 juin 2002
Élection 1er juin 1997
Groupe politique RCV
Prédécesseur Pierre Bachelet
Successeur Michèle Tabarot
Vice-président du conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur
22 mars 1992 – 1995
En fonction depuis le 28 mars 2004
Réélection 21 mars 2010
Maire de Mouans-Sartoux
En fonction depuis le 1974
Réélection 20 mars 197713 mars 198319 mars 198919 mars 198918 juin 199518 mars 200116 mars 200823 mars 2014
Biographie
Date de naissance 8 mars 1937 (77 ans)
Lieu de naissance Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes)
Parti politique Les Verts

André Aschieri, né le 8 mars 1937 à Mouans-Sartoux (Alpes-Maritimes), est un homme politique français, député de la 9e circonscription des Alpes-Maritimes de 1997 à 2002. Il a été membre du « Grenelle de l'environnement ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Après avoir effectué son service militaire en Algérie de 1960 à 1962, il est marié et a un enfant. Il entame une carrière de professeur de mathématiques en collège.

Il est d'abord élu, conseiller municipal de Mouans-Sartoux aux élections municipales de 1971. Il en devient maire en décembre 1974 lorsque son prédécesseur démissionne suite au vaste projet de construction sur la commune de logements sociaux par la ville de Cannes[1]. Depuis 1977, il a toujours été largement réélu au premier tour, dont une fois avec 100 % des voix[2]. À ce titre, il siège à la communauté d'agglomération Pôle Azur Provence dont il est vice-président depuis sa création en 2001.

À la fin des années 1980 et jusqu'à son abandon à la fin des années 1990, il est l'un des leaders du combat contre le projet de l'A8 bis (doublement de l'autoroute A8 passant à travers le moyen-pays grassois et vençois)[3]. Dans les années 1990, il s'oppose à un grand projet immobilier sur la basse vallée de la Siagne[3] et contribue largement à la réouverture au de la ligne ferroviaire Cannes-Grasse par la région Provence Alpes Côte d'Azur dirigée par l'union de la gauche de Michel Vauzelle.

Il est élu conseiller régional à la tête d’une liste départementale d’union des écologistes, le 22 mars 1992. Conformément à l’engagement pris par les candidats écologistes en 1992 (selon le principe de rotation qui a été également appliqué par les Verts allemands ou autrichiens), il démissionne de son siège de conseiller régional en 1995, pour le céder à son suivant de liste[4].

Élu député de la neuvième circonscription des Alpes-Maritimes le 1er juin 1997 face à un candidat FN (avec le soutien du Parti Socialiste et des Verts), il est alors apparenté au groupe des Verts[5].

Créateur de l'Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (AFSSET), à l’initiative de la création de l'Établissement français du sang (EFS) et de l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), il est vice-président de l’AFSSET depuis novembre 2003[6]. Il s'intéresse alors plus particulièrement aux impacts des produits chimiques sur la santé et sur l'environnement ainsi qu'aux effets des rayonnements électro-magnétiques. Il se heurte alors à un certain nombre de lobbys[7].

En 2002, il échoue à conserver son siège de député, battu sur le fil [8],[9]au second tour par la candidate UMP Michèle Tabarot.

Élu conseiller régional en 2004, il fait partie du groupe « Socialistes, Radicaux, Citoyens ». Il participe activement à la création du futur parc naturel régional des Préalpes d'Azur. En 2010, il est tête de liste départementale dans les Alpes-Maritimes sur la liste Europe Écologie menée par Laurence Vichnievsky en Provence-Alpes-Côte-d'Azur[10] et obtient 12,6 % des voix. En 3e position de la liste fusionnée de la gauche, il est réélu conseiller régional le 21 mars 2010 et devient 7e vice-président de la région chargé du foncier et du logement[11]. Pour mieux se consacrer à cette nouvelle tache, il démissionne du poste de vice-président de la communauté d'agglomération Pôle Azur Provence.

André Aschieri est en revanche à nouveau battu en 2007 aux élections législatives par Michèle Tabarot qui l'emporte dès le premier tour[12]. Pour les élections européennes de 2009, il accepte de figurer en 4e position sur la liste Europe Écologie de la circonscription Sud-Est pour « tirer » la liste, mais il ne sera pas élu, celle-ci n'obtenant que trois sièges[13].

En 2012, il est candidat (soutenu par la majorité présidentielle) à la députation sur la nouvelle deuxième circonscription des Alpes-Maritimes qui regroupe le moyen-pays grassois et vençois, la vallée de l'Estéron et la haute vallée du Var[14]. Avec 28,72 % des suffrages exprimés, il se qualifie pour le second tour face à Charles-Ange Ginésy. Il est battu au second tour avec 46,7 % des voix contre 52,3 % à son adversaire UMP.

Pour les élections municipales de 2014, il est candidat à un 8e mandat. Il est réélu avec 70.41% des voix. Il devient vice-président de la nouvelle Communauté d'agglomération du Pays de Grasse

Mandats électifs[modifier | modifier le code]

Mandats locaux
  • depuis 1971 : conseiller municipal de Mouans-Sartoux (réélu en 1977, 1983, 1989, 1995, 2001, 2008,2014)
  • depuis 1974 : maire de Mouans-Sartoux
  • 2001-2010 : conseiller communautaire et vice-président de la communauté d'agglomération Pôle Azur Provence (réélu en 2008)
  • 1992-1995 : conseiller régional Provence-Alpes-Côte d'Azur
  • depuis 2004 : conseiller régional Provence-Alpes-Côte d'Azur (réélu en 2010)
  • depuis 2014 : conseiller communautaire et vice-président de la Communauté d'agglomération du Pays de Grasse
Mandats nationaux

Publications[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Les distinctions reçues par André Aschieri sont :

Décoration Ruban Observations
Officier de la Légion d'honneur
Legion Honneur Officier ribbon.svg
Nommé chevalier le 15 avril 1990 et promu officier le 1er janvier 2013[15].
Chevalier de l'ordre national du Mérite
Ordre national du Merite Chevalier ribbon.svg
Le 10 août 1985
Commandeur de l'ordre des Arts et des Lettres
Ordre des Arts et des Lettres Commandeur ribbon.svg
Remis le 15 avril 2012 par Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication
Médaille d'argent de la jeunesse et des sports
Medaille de la Jeunesse et des Sports Argent ribbon.svg
Le 14 juillet 1982

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ce projet aurait conduit à un quintuplement immédiat de la population. Ces logements ont finalement été construits dans les quartiers cannois de Ranguin et des Bosquets
  2. L'opposition n'ayant pu monter une liste, il lui laisse les 2 dernières places sur la sienne. André Aschieri a été réélu en 2001 avec 76,5 % des voix et en 2008 avec 81,71 %.
  3. a et b Sixième réunion du débat public sur le contournement routier de Nice Mouans-Sartoux, le 16 janvier 2006 [PDF]
  4. Il sera le seul à le faire.
  5. Site de l'assemblée nationale
  6. JO du 06/02/2007
  7. voir bibliographie
  8. Site du Ministère de l'Intérieur
  9. Neuvième circonscription des Alpes-Maritimes
  10. Conférence de presse à Mouans-Sartoux le 21 novembre 2009.
  11. http://www.regionpaca.fr/index.php?id=64&tx_ttnews[tt_news]=23871&tx_ttnews[backPid]=35&cHash=17028224f7 site de la région paca consulté le 30 mars
  12. Site du Ministère de l'Intérieur
  13. Site d'Europe Écologie
  14. Nice-Matin du 27 janvier 2012.
  15. Décret du 31 décembre 2012 portant promotion et nomination

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]